Compte rendu: Municipalités méditerranéennes. Les réformes urbaines ottomanes au miroir d’une histoire comparée ( Moyen-Orient, Maghreb, Europe méridionale). Sous la direction de Nora Lafi, Berlin, Klaus Schwarz Verlag, Berlin, 2005 (Noémi Lévy)

Municipalités méditerranéennes. Les réformes urbaines ottomanes au miroir d’une histoire comparée ( Moyen-Orient, Maghreb, Europe méridionale). Sous la direction de Nora Lafi, Berlin, Klaus Schwarz Verlag, Berlin, 2005, 373 p. (Noémi Lévy)

Cet ouvrage est le produit d’un programme collectif de recherches sur les municipalités en Méditerranée du XVIIIe au XXe siècles. Se définissant comme une « étude comparative d’histoire institutionnelle et sociale », il rassemble neuf contributions qui constituent un apport important à l’historiographie urbaine du monde méditerranéen et une nouvelle preuve du dynamisme de ce champ de recherches.

L’introduction de Nora Lafi pose très clairement les enjeux méthodologiques et scientifiques de cet ouvrage. Elle explique et défend l’originalité de la démarche comparative adoptée, conçue non comme la juxtaposition a posteriori d’études de cas, mais comme la construction collective d’un objet autour de questionnements et résultats établis de manière concertée et progressive[1]. Les modalités de la transition entre des systèmes de gestion urbaine traditionnels et des institutions municipales de type moderne constituent la problématique principale de l’ouvrage. Fondées sur des fonds d’archives locales, ottomanes et coloniales souvent peu exploités jusqu’à ce jour, les recherches effectuées se sont articulées autour de quelques grandes questions détaillées par Nora Lafi, telles l’influence des institutions urbaines héritées de l’Ancien Régime, les promoteurs des réformes municipales, leurs principales caractéristiques, leur réception et leurs conséquences sur l’urbanisme. Les quatre parties de l’ouvrage, de volume très inégal, suivent une progression chronologique tout en reflètant ces différents questionnements : après un retour sur la fin de l’Ancien Régime municipal en Italie, le coeur de l’ouvrage est consacré aux réformes municipales. La troisième partie est constituée de deux réflexions sur l’irruption des enjeux coloniaux dans le jeu municipal, tandis que la quatrième partie se contente d’une contribution sur l’action municipale à Tunis à la fin du XXe siècle.

Il est difficile de rendre compte de la richesse de neuf études de cas s’inscrivant dans un cadre spatio-temporel aussi large. Nous nous contenterons donc de mettre l’accent sur quelques axes forts qui parcourent le recueil. Affirmée dès l’introduction, la volonté de « désorientaliser » la problématique des réformes municipales dans le territoire ottoman est sans nul doute l’un des éléments qui fédèrent l’ensemble des contributions. L’objectif avoué de la comparaison avec deux villes italiennes, Livourne et Rome, est ainsi de démontrer une fois de plus l’inexactitude de l’opposition traditionnelle – aujourd’hui largement abandonnée – entre la ville européeenne précocément dotée d’institutions municipales et la ville islamique qui serait dépourvue de toute institution de gestion urbaine. L’étude de Samuel Fettah sur Livourne à la fin du XVIIIe siècle (p. 37-50), en mettant en évidence la persistance de l’importance des institutions communautaires, notamment juives, dans un système municipal réformé en 1780, rappelle que le facteur communautaire n’est pas propre à la rive sud de la Méditerrannée. Elle souligne aussi la lenteur de la modernisation administrative de la ville tout au long du XIXe siècle, conduisant à relativiser le « retard » des villes ottomanes en la matière. Ce caractère très progressif des réformes urbaines est encore plus flagrant dans le cas de Rome, étudié par Denis Bocquet (p. 51-68). En dépit des multiples réformes municipales, le suffrage censitaire y permet la perpétuation de la domination de la noblesse municipale sur la gestion urbaine jusqu’à l’intégration de la ville pontificale au royaume d’Italie en 1870, et même ultérieurement, incitant là-aussi à repenser la définition et la chronologie de la modernité en matière de gestion municipale.

Les relations complexes entre traditions et modernité en matière d’institutions et de pratiques urbaines sont au coeur de la seconde partie, consacrée aux réformes urbaines dans les villes ottomanes. Depuis plus d’une décennie maintenant, les études urbaines constituent l’un des domaines les plus féconds de l’historiographie ottomane. Sur un plan théorique, ce renouvellement a permis de déconstruire l’image stéréotypée de la ville islamique mentionnée précédemment. La multiplication des monographies a également mis en valeur l’importance du facteur local, tout en faisant apparaître des convergences frappantes dans le processus de modernisation urbaine qui marque le XIXe siècle ottoman. Les quatre contributions, consacrées respectivement à Jérusalem, Beyrouth, Damas et Tunis, s’appuient sur les acquis de cette nouvelle historiographie, tout en adoptant un point de vue légèrement différent. Alors que le rôle modernisateur de l’état ottoman et l’importance débattue de l’influence étrangère sur les transformations urbaines constituent souvent la problématique centrale des études de la modernisation urbaine ottomane, les auteurs choisissent ici de mettre l’accent sur la dimension locale et l’importance de l’héritage des institutions urbaines préexistantes dans le processus de formation de municipalités modernes au XIXe siècle.

Les similarités entre les quatre cas choisis sont nombreuses. La chronologie des réformes municipales y est semblable. La création des conseils municipaux s’inscrit en effet dans la réorganisation administrative impulsée par l’État ottoman dans la capitale à partir des années 1850 et dans les provinces dans les années 1860-70 (loi provinciale de 1864 et loi municipale de 1877 notamment). Sans nier ce rôle de l’État central, tous les auteurs s’attachent néanmoins à souligner l’importance des dynamiques locales dans la réorganisation municipale. Le corpus inédit des procès verbaux du Conseil Municipal ottoman de Jérusalem dépouillé par Yasemin Avcı et Vincent Lemire (p. 73-138), les listes de membres de la municipalité analysées par Jens Hanssen dans son article sur Beyrouth (p.139-178), les transformations du paysage urbain de Damas décrites par Stefen Weber (p. 177-227) ou les règlements municipaux tunisois cités par Nora Lafi (p. 229-251) soulignent, à différents niveaux, la perpétuation de l’influence de la notabilité urbaine ancienne et son rôle déterminant dans le système municipal réformé. En ressort le tableau d’une modernisation sans rupture, où les institutions nouvellement créées reflètent les rapports de force hérités de la période antérieure. Les nouvelles municipalités de Jérusalem, Beyrouth ou Damas, créées intègrent ainsi de manière officielle le facteur communautaire, en assurant une représentation proportionnelle des différentes communautés au sein de leur assemblée. Quant à Tunis, les institutions antérieures à la municipalité ne sont pas abolies, d’où une superposition d’institutions qui traduit la difficulté de remettre en cause les prérogatives de l’élite traditionnelle.

Les conclusions des auteurs sur les sphères de compétence des nouvelles municipalités et leur capacité  réelle à peser sur les transformations urbaines sont plus attendues. C’est l’urbanisme qui apparaît comme la priorité de l’action municipale, à travers la publication de nombreux règlements et la tentative de planification pour rationaliser le tissu urbain. Cette dimension est particulièrement bien mise en valeur pour le cas de Damas, où Stefen Weber, plans et photographies à l’appui, détaille la construction d’un nouveau complexe administratif et d’un nouveau suq. L’importance accordée à la politique sanitaire à une époque où le discours hygiéniste a une influence certaine dans l’Empire ottoman est aussi soulignée dans les études sur Jérusalem et Damas. On peut toutefois regretter que la question des relations de la municipalité avec l’État ottoman et ses représentants dans les provinces (gouverneur notamment), de leur rôle respectif et de leur éventuelle rivalité dans la gestion urbaine n’ait été abordée frontalement par aucun des auteurs. Si l’influence persistante des élites traditionnelles est une des causes des limites des réformes municipales, le renforcement du pouvoir central ottoman dans les provinces promu par le sultan Abdülhamid II (1876-1909) restreint également les champs d’action des institutions municipales et leur autonomie. Le développement des municipalités est en effet contemporain de l’augmentation des fonctionnaires chargés par le pouvoir central de l’administration et de la sécurité de ces territoires, ainsi que de la multiplication des monuments visant à marquer la présence de l’État central au cœur du sein du tissu urbain[2]. Le place des municipalités dans ce processus reste à approfondir.

Par ailleurs, on peut regretter que la question de l’influence étrangère sur la modernisation municipale ottomane, considérablement nuancée par l’historiographie récente, n’ait retenu l’attention d’aucun des auteurs. La référence aux villes européennes et son influence sur les institutions, règlements et choix urbains de la municipalité reste une des données à prendre en compte dans l’étude des réformes municipales, fusse-t-il pour en contester l’importance.

L’articulation entre pouvoir central et pouvoir local est mieux mise en valeur dans la troisième partie de l’ouvrage qui pose le problème du devenir des municipalités face à la montée des nationalismes et de la colonistation à travers deux exemples : Beyrouth pendant le Mandat français (Carla Edde, p. 255-299), et Rhodes en 1912 (Denis Bocquet, p. 301-336). Carla Edde met ainsi en lumière la situation paradoxale de la municipalité de Beyrouth, où la modernisation de l’organisation municipale et le renforcement de ses moyens d’action coincident avec la mise sous contrôle étroite de l’institution par les autorités mandataires et sa perte d’autonomie politique. Dans le cas de Rhodes, ville ottomane conquise par l’Italie en 1912, le choix des Italiens de ne pas remettre en cause le système municipal existant ne suffit pas à assurer la pérennité de celui-ci. L’affirmation du nationalisme de la communauté grecque qui suit le changement de souveraineté conduit en effet à une résurgence des instances communautaires traditionnelles qui privent progressivement la municipalité de son rôle dans l’administration urbaine.

La dernière contribution offre une ouverture sur la période contemporaine à travers une étude sur l’action de la municipalité de Tunis à la fin du XXe siècle (Emna Bchir El Aouani (p. 339-356). Ici encore, la question des rapports de force entre municipalité et structures étatiques sont au centre de l’étude, qui met cependant aussi en valeur l’importance de l’initative privée, spécificité de la période actuelle.

L’ouvrage se clôt par une bibliographie générale, instrument précieux malgré quelques lacunes, en particulier sur les villes ottomanes à l’époque des réformes (l’ouvrage de Meropi Anastassiadou sur Salonique à l’âge des réformes, ou celui de Zeynep Çelik sur Istanbul par exemple)[3]. En conclusion, en dépit des quelques réserves exprimées, l’ouvrage constitue par sa démarche originale et la qualité des études qui le composent une contribution importante non seulement à l’étude des réformes ottomanes, mais aussi à la problématique plus large de l’administration municipale sur le pourtour méditérannéen.

 

 

Noémi Lévy

[1] L’ouvrage a été nourri par une série de réunions rassemblant les auteurs et des intervenants extérieurs entre 1999 et 2003.

[2] Cf. Selim Deringil, The Well-Protected Domains, Ideology and Legitimation of Power in the Ottoman Empire, 1876-1909, London-New-York, I.B. Tauris, 1998.

[3] Cf. Meropi Anastassiadou,  Salonique 1830-1912: Une ville ottomane à l’âge des Réformes, Leiden, Brill, 1997; Zeynep Çelik, The remaking of Istanbul, Portrait of an Ottoman city in the 19th century, Washington, University of Washington Press, 1986.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.