Compte rendu: Michel Hau et Nicolas Stoskopf, Les Dynasties alsaciennes du XVIIe siècle à nos jours, Perrin, Paris, 2005. (Jean Lorcin)

Michel Hau et Nicolas Stoskopf,  Les Dynasties alsaciennes du XVIIe siècle à nos jours, Perrin, Paris, 2005, 611 p. (Jean Lorcin)

Cet ouvrage collectif se rattache à l’histoire urbaine dans la mesure où son premier chapitre, intitulé « Une tradition d’autonomie urbaine », insiste sur le rôle pionnier des villes alsaciennes dans l’industrialisation. Les auteurs y soulignent en effet le rôle de la décentralisation, de l’autonomie urbaine qui a opposé l’Alsace à la France de l’intérieur, paralysée par le colbertisme, dans le développement précoce de la grande industrie : c’est ce qu’illustre l’exemple de l’indiennerie de Mulhouse, qui a profité de la prohibition des indiennes à l’intérieur du royaume de France.

Mais, comme on le voit, l’essentiel du développement est consacré à l’histoire économique. Dans un grand élan de patriotisme local, il souligne le rôle pionnier de l’Alsace dans la première industrialisation, à base de capitalisme familial. Pour l’expliquer, les auteurs rejettent d’emblée tout déterminisme géographique, comme la position sur l’axe rhénan, favorable aux échanges entre la mer du Nord et les Alpes, ou le bon marché de la main-d’œuvre, au profit de facteurs culturels, comme ils le soulignent dans leur introduction :

« Chemin faisant, c’est, à travers l’étude du cas alsacien, toute l’histoire de l’industrialisation, du XVIIIe siècle à nos jours, qui sera revisitée : en se plaçant délibérément du côté des entrepreneurs, de leurs motivations et de leurs comportements, de la transmission de leurs valeurs dans la chaîne des générations, il s’agit d’identifier quelques ressorts culturels mis à l’œuvre dans la construction des sociétés industrielles. »

Ce recours par l’histoire culturelle pour expliquer un processus économique comme l’industrialisation met l’accent sur la convergence, propre à l’Alsace, d’un facteur sociodémographique, la « famille souche », pour reprendre le vocabulaire d’Emmanuel Todd, et d’un facteur religieux, le protestantisme. Les dynasties patronales, dont la longévité – elles sont exceptionnellement nombreuses à franchir le cap fatidique des trois générations et s’enracinent dans la « noblesse de cloche » de l’Ancien Régime – ferait l’originalité de l’Alsace, ont su en effet éviter la dispersion de l’héritage à la faveur d’un droit d’aînesse ou, plus exactement, de rétrocession de leurs parts par les héritiers au plus apte à diriger l’affaire de famille. De plus, les auteurs reviennent avec vigueur à la théorie, tant décriée de nos jours, de Max Weber[1] qui explique l’essor du capitalisme par l’éthique protestante : le travail est sanctifié, l’austérité puritaine favorise l’investissement. Enfin, comme chez les Juifs, cette religion du Livre promeut l’éducation, à la base du rationalisme moderne, facteur de progrès économique. Les Lumières, au XVIIIe siècle, n’auront qu’à reprendre le flambeau. Si les catholiques, minoritaires à Mulhouse,  ont parfois suivi la même voie, c’est par contamination, par une sorte de « métamorphisme de contact », image empruntée à la géologie, sous l’influence des réformés. Ce modèle, transposé par une première « diaspora » jusqu’en Haute Normandie, comme l’a montré Serge Chassagne[2], a survécu, après l’apogée du Second Empire, à trois guerres et deux annexions. En revanche, il n’a pas résisté à la croissance des « Trente Glorieuses », marquée par la crise des industries traditionnelles et la substitution de la société anonyme à l’entreprise familiale.

Si séduisante que soit cette démonstration, elle n’en laisse pas moins place à quelques interrogations. L’Alsace n’a-t-elle pas bénéficié de sa position qui n’en a pas fait seulement la plaque tournante de la contrebande entre le Royaume et l’Empire sous l’Ancien Régime ? En effet,  elle lui a donné accès à l’axe rhénan, l’a placée au cœur d’une zone de libre échange allant de la mer du Nord aux Alpes, l’Alsace, tardivement rattachée au royaume de France, étant considérée, du point de vue douanier, comme « à l’instar de l’étranger effectif »[3], sous l’Ancien Régime. D’autre part, elle était loin de former un tout sous l’Ancien Régime, un morcellement perpétué par la division en deux départements : il a fallu l’annexion de 1871 pour voir Strasbourg érigée en capitale régionale. A la différence de Mulhouse, Strasbourg, où de vieux interdits ont orienté le patriciat vers le grand commerce et la banque, n’a connu qu’une industrialisation tardive, à base d’industries alimentaires comme la brasserie ; d’autre part, à la différence de Mulhouse, les managers des sociétés anonymes y ont eu très tôt le pas sur les dynastes. Les auteurs n’ont-ils pas tendance, emportés qu’ils sont par leur patriotisme alsacien, à sous-estimer le rôle des liens privilégiés de Mulhouse avec Bâle, d’où sont venus les capitaux à la phase du démarrage[4] ? Ils n’en font pourtant pas mystère : le tissage du ruban, spécialité de Bâle, a gagné la Haute Alsace[5] ; en revanche, la chimie, dont Mulhouse fut un berceau, a dû émigrer à Bâle, devant la législation restrictive des brevets en France[6] ; le chemin de fer de Bâle à Mulhouse, une réalisation pionnière, a joué un rôle décisif dans l’expansion économique de toute la région[7]. Enfin, l’originalité de l’Alsace ne résisterait peut-être pas à l’étude approfondie, qui fait malheureusement trop souvent défaut, de la première industrialisation dans d’autres régions pas toujours marquées par le protestantisme : la région de Saint-Etienne, où se sont d’ailleurs implantés des Alsaciens protestants, les Holtzer, pionniers des aciers spéciaux, offre aussi des exemples de dynasties patronales dont Jules Janin, après Stendhal, soulignait le caractère « anglais ». Le risque des monographies est toujours d’ériger en exception ce qui peut n’être qu’une variante de modèles plus généraux, comme le modèle « rhénan », étudié par Michel Hau.

[1] L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme, Plon, Paris, 1964.

[2] Le Coton et ses patrons, France, 1760-1840, Paris, EHESS, 1991.

[3] P. 31, n. 17.

[4] P. 118.

[5] Pp. 100-101.

[6] Pp. 208-211.

[7] Pp. 185-189.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.