Compte rendu: Dieter Schott, Bill Luckin et Geneviève Massard-Guilbaud (ed.), Resources of the City. Contributions to an Environmental History of Modern Europe, Aldershot, Ashgate, 2005. (Stéphane Frioux)

Dieter Schott, Bill Luckin et Geneviève Massard-Guilbaud (ed.), Resources of the City. Contributions to an Environmental History of Modern Europe, Aldershot, Ashgate, 2005, 285 p. Stéphane Frioux

 

Ce livre rassemble une quinzaine de communications présentées à la 2e table ronde d’histoire de l’environnement urbain tenue à Leicester en 2002 (la 4e se tiendra à Paris en novembre 2006). Ces contributions offertes au lecteur dans une seule langue (anglais)  présentent le fruit d’une collaboration internationale – il faut souligner l’effort des rédacteurs des articles, des traducteurs et des directeurs de l’ouvrage pour parvenir à l’unité linguistique. Outre la variété des pays d’origine des auteurs, l’organisateur, Dieter Schott, souligne la diversité des champs disciplinaires dont sont issus les participants à la table ronde : histoire urbaine, histoire de l’urbanisme, histoire des techniques, etc. Mais sur le plan méthodologique, on peut repérer des approches similaires, notamment dans les communications qui retracent avec finesse le jeu des acteurs locaux sur les questions environnementales. Dans un article liminaire long et stimulant, Dieter Schott rappelle les conceptions qui sous-tendent ces tables rondes, avant de présenter et résumer toutes les contributions de l’ouvrage. Ces pages seront utiles au lecteur français peu habitué à entendre parler d’histoire de l’environnement urbain, car elles retracent l’émergence de ce champ, à la fois aux Etats-Unis, où se trouvent les pionniers de la discipline, et en Europe. Force est de constater que les références bibliographiques anglo-saxonnes et allemandes constituent la quasi-totalité de la littérature citée.

La recherche hexagonale est cependant à l’origine des tables rondes sur l’histoire de l’environnement : le sujet abordé à Leicester, « les ressources », fait suite à la « pollution », mise à l’honneur lors de la première réunion de ce genre organisée par Geneviève Massard-Guilbaud à Clermont-Ferrand en 2000. Au fil des articles, il est décliné selon plusieurs grands axes thématiques.

Un premier axe, autour du « métabolisme urbain », supprime la frontière trop souvent tracée entre la ville et la campagne en s’intéressant à la manière dont elles s’échangent leurs ressources. Sabine Barles fait l’histoire du devenir des déchets urbains à partir de l’exemple parisien, depuis leur exploitation industrielle et agronomique au XIXe siècle jusqu’à la rupture entre ville, industrie du recyclage et campagne qui s’opère à partir de l’Entre-deux-Guerres. Joel Tarr, l’un des précurseurs de l’histoire environnementale de la ville, présente avec Clay McShane divers aspects de la production et du commerce du foin et du rôle du cheval dans les relations ville/hinterland  ; étude sur le couple ville-campagne représentative d’une historiographie américaine marquée par les travaux de William Cronon sur la manière dont Chicago a transformé le Midwest.

Un deuxième thème concerne la ressource en « espaces libres », zones menacées dont l’utilisation est de plus en débattue à partir de la fin du XIXe siècle et au moment de la naissance de l’urbanisme. Quatre papiers sur des villes et des pays différents illustrent comment l’histoire de l’environnement urbain examine les jeux d’acteurs et les processus de prise de décision, en montrant comment les villes sont structurées par des groupes sociaux aux intérêts souvent divergents. Michèle Dagenais relate la « colonisation » de l’espace suburbain de Montréal à mesure des progrès des transports (chemin de fer puis automobile) : les classes aisées y transforment la nature d’un monde rural dont elles veulent exclure les nuisances, non sans conflits avec les paysans. Helen Meller, dresse un panorama européen du mouvement des jardins ouvriers (dans lequel la France, Abbé Lemire en tête, a joué un rôle notable), et de sa mutation après la dernière Guerre mondiale, où le relais est pris par l’aspiration à la maison familiale avec jardin. Gabriella Corona, étudiant la ville de Naples, montre comment jeu politique et corruption provoquent disparition de la nature et engendrent de nouveaux problèmes environnementaux. En France, la compétition entre habitat et industrie et son arbitrage par les pouvoirs publics est analysée par Geneviève Massard-Guilbaud à travers les cas de Nantes et de Clermont-Ferrand.

Dans un troisième temps, le lecteur est invité à étudier la gestion d’une ressource cruciale pour la santé, l’eau. Encore une fois, des terrains variés (une banlieue victorienne ; le système complexe de canaux de Milan, Düsseldorf, Eisenhüttenstadt, ville nouvelle de l’ex-RDA) permettent de mettre en lumière la pluralité des facteurs qui interviennent sur l’approvisionnement en eau potable et l’évacuation des eaux usées : le rôle du marché immobilier dans le processus d’assainissement (évoqué par Ulrich Koppitz), le rapport entre science et expertise en ce qui concerne la qualité de l’eau (Nicholas Goddard, Laurence Lestel), la volonté politique d’un régime (Christoph Bernhardt).

Enfin, une dernière partie, peut-être légèrement moins cohérente, rassemble les « ressources immatérielles » (les espaces de calme évoqués implicitement dans la contribution de Michael Toyka-Seid sur la pollution sonore), et les questions politiques et conceptuelles. La dimension historiographique et programmatique de certains de ces articles peut constituer un lien entre eux. Bill Luckin prolonge la présentation historiographique de Dieter Schott, en montrant comment les chercheurs américains posent des problèmes que les Européens ont encore à peine abordés : leur raisonnement en terme de « justice environnementale », influencé par les débats contemporains, examine l’exposition aux pollutions, inégale selon la « race », le genre ou la classe. Ivo Engels fait l’étude des mouvements environnementalistes en RFA après la Seconde Guerre mondiale et met en lumière convergences et divergences  entre les mouvements des grandes villes et ceux du monde des campagnes ou des petites villes. Martin Melosi conclut cet ouvrage par une présentation de l’approche en terme de « path dependence » au cœur de débats chez les économistes américains, ce qui dépayse quelque peu l’historien français. Retenons de cette approche qu’elle insiste sur l’importance des contraintes que les choix du passé font peser sur le présent, notamment dans les questions de technologie.

Ce volume, illustré de documents iconographiques (certains croquis ou cartes sont plus lisibles que d’autres) et de tableaux en nombre appréciable, se conclut par un index général qui rassemble noms de villes, de personnes et de thèmes. La lecture d’un tel ouvrage conduit inévitablement à « préférer » certains articles à d’autres. Sans vouloir être chauvin, on retiendra les contributions françaises – écrites en anglais ! – ainsi que celles qui s’appuient sur des archives précises, ce qui n’est malheureusement pas le cas de toutes, et, pour les lecteurs pressés, la présentation liminaire de Dieter Schott.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.