Comptes rendus: Claire Etienne-Steiner, Le Havre, un port des villes neuves, Cahier du Patrimoine, 71, 365 p., Momum, éditions du patrimoine, Paris 2005. Hélène Bocard, De Paris à la mer, la ligne de chemin de fer Paris-Rouen-Le Havre, Images du patrimoine, 239, 152 p., Inventaire Général du patrimoine de la France, région Ile-de-France et Haute-Normandie, APPIF, Paris 2005 (Colette Vallat)

Claire Etienne-Steiner, Le Havre, un port des villes neuves, Cahier du Patrimoine, 71, 365 p., Momum, éditions du patrimoine, Paris 2005.

Hélène Bocard, De Paris à la mer, la ligne de chemin de fer Paris-Rouen-Le Havre, Images du patrimoine, 239, 152 p., Inventaire Général du patrimoine de la France, région Ile-de-France et Haute-Normandie, APPIF, Paris 2005 (Colette Vallat)

Il va sans dire qu’il fallait faire un seul compte rendu pour ces deux ouvrages même si l’un, celui sur le Havre, est plus  touffu que l’autre, celui sur la ligne de chemin de fer (365 p contre 152), puisqu’ils rassemblent une somme de données permettant d’approcher l’histoire et l’aménagement des territoires aval de la Seine. Le plus gros restitue non seulement l’histoire et l’architecture de la ville du Havre depuis le VIIe siècle (abbaye de Montivilliers), mais il présente encore les caractères et les aménagements successifs d’un site naturel marécageux, somme toute peu propice à l’établissement d’un grand port (chapitre Des havres avant Le Havre), les activités qui y ont pris place en relation avec la guerre (chapitre Le havre, port de guerre : la mainmise de la Marine royale), le commerce (chapitre La victoire du commerce : un port neuf et une ville neuve), l’industrie (chapitre Expansion, la zone portuaire) et la résidence (chapitre Reconstruire la ville : l’urbaniste et l’architecte). L’autre, celui sur la liaison ferrée Paris-Rouen-Le Havre, propose nécessairement une plongée dans le temps plus réduite (premiers projets datant de 1825, inauguration du trajet complet en 1847). Il livre au lecteur une analyse à plus grande échelle (celle des gares, des paysages ferroviaires), bien plus technique (derniers chapitres sur le matériel roulant et l’hébergement des cheminots).

La présentation unique des deux ouvrages était rendue nécessaire pour des raisons de logique, car leur lecture successive permet de reconstituer intellectuellement, dans le temps et dans l’espace, un axe crucial dans l’organisation du territoire français. Le rôle décisif des transports dans l’aménagement du territoire y est restitué grâce aux références à l’établissement, au XIIIe siècle, du village de Leure sur les alluvions de l’embouchure (depuis cette date, le site ne sera sans cesse amendé), à l’évocation de la volonté politique de François 1er qui souhaite avoir, depuis Paris, un libre accès à la mer (pour ce faire, une commission ad hoc est mise en place, dirigée par le sieur de Bonnivet, elle sera suivie de maintes autres, toutes évoquées et référencées dans le livre sur Le Havre) et par la présentation précise menée dans De Paris à la mer. Dans cet ouvrage, le lecteur trouvera tout ce qui concerne le travail des architectes ayant dessiné les gares, il pourra suivre chronologiquement leur édification (p. 38/46), puis leur reconstruction (p. 104). De même, dans ces pages, les réalisations des ingénieurs sont scrupuleusement reconstituées depuis l’édification des ouvrages d’art (p. 79) jusqu’à l’entretien du matériel (p. 127).

La recollection et la reproduction systématiques d’un nombre impressionnant de documents rendent ces deux ouvrages à la fois aisément comparables et parfaitement complémentaires. L’historien des techniques trouvera des fac-similés de vignettes représentant des outils du XVIèmesiècle, les pratiques des constructeurs à différentes époques, les plans des remparts, bassins et remblais ou encore des photographies de cheminots au travail. Celui s’intéressant à l’évolution de la société trouvera des données sur l’évolution de la population havraise, sur la pratique du voyage ou de la villégiature. L’histoire économique est tout aussi bien documentée. Il y a là encore tout ce qui concerne les casernements ou la construction des bateaux de guerre, mais aussi des photos anciennes ou des dessins montrant ce qu’était le Havre avant et au moment de sa destruction. Bref, chaque rue, chaque villa classée, chaque façade intéressante, chaque plan d’aménagement, chaque extension portuaire, chaque poste d’aiguillage, chaque avancée technique des navires ou des locomotives, des façon de construire et de planifier un tracé ou un quartier : tout est consigné, illustré, référencé selon un ordre chrono-géographique clair. C’est bien tout le patrimoine caractérisant cette région fluvio-maritime qui est rassemblé, rien de ce qui concerne les modifications topographiques, l’héritage monumental, ou de la mémoire ouvrière n’est oublié. La richesse de ces opus tient aussi à la diversité de la nature des sources : photographies de l’état ancien et de l’état actuel, dessins à la plume, à la mine, photos aériennes, plans d’aménagement, élévations de façades, statistiques des trafics, inventaires, coupes géologiques, cartes maritimes, affiches et publicités, peintures de Claude Monet…. tout est réuni. Ces ouvrages sont donc précieux de par leur exhaustivité mais l’on peut regretter que le genre de la collection veuille que si tout est présenté, rien n’est ni réellement analysé, ni mis en perspective si bien qu’il ne faut rien chercher d’autre dans ce type de publication que des restitutions chronologiques fidèles, mais figées.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.