Appel à propositions : Congrès 2018 de la SFHU – La renommée des villes : acteurs, outils et enjeux de la communication urbaine

Congrès de la Société Française d’Histoire Urbaine

18 & 19 janvier 2018

Institut d’études politiques de Rennes

 

Appel à communications

 

La renommée des villes :

acteurs, outils et enjeux de la communication urbaine

 

La communication ainsi que le marketing territorial sont devenus aujourd’hui des registres incontournables de l’action publique des territoires urbains. Si le processus de décentralisation engagé depuis 1982 en France a paru marquer une étape déterminante dans la manière dont les villes ont elles-mêmes construit leurs politiques de communication, la variété des enjeux qui s’y rapportent nécessite de mener la réflexion sur la longue durée. À ce titre, la manière dont les auteurs de la période antique traitent de la renommée des villes témoigne de sa réelle prise en compte (les célèbres « délices de Capoue » pour ne citer que cet exemple). Il en va de même pour les périodes médiévale et moderne avec les éloges, les chroniques, les cérémonies et les fêtes qui célèbrent la cité. Pourtant, les historiens ont encore très peu appréhendé le champ de l’histoire de la communication contrairement aux politistes ou bien évidemment les chercheurs en sciences de la communication (notamment au sein de la revue Hermès).

Le premier enjeu doit nous conduire à dépasser le simple cadre de l’histoire des techniques de communication pour appréhender la manière dont les territoires urbains ont organisé, au fil de l’histoire, leurs propres méthodes de valorisation territoriale. Sans se détourner des méthodes empiriques, la réflexion doit s’inscrire dans une portée plus large qui est celle d’une histoire à la fois politique et culturelle des territoires urbains. On pense ici notamment aux travaux d’Odile Parsis-Barubé sur la construction des savoirs et les systèmes de représentations des territoires aux XVIIIe et XIXe siècles. Il conviendra également d’être attentif aux enjeux politiques de la question. Déterminer les choix opérés par les villes depuis les temps anciens suppose par exemple de s’interroger sur les différents registres utilisés jusqu’à la prise en compte du volet propagande, voire parfois de manipulation de l’opinion. S’agit-il d’une représentation partagée du territoire ou l’expression de ce dernier donne-t-il lieu également à l’expression de rapports de force, notamment entre élites et classes populaires ? Dans une approche différente, il conviendra également d’aborder la question des relations entre l’État et les villes à l’aune des techniques de communication entreprises par ces dernières. De ce point de vue, l’exemple de la banlieue rouge de l’entre-deux-guerres est édifiant. Les municipalités communistes ont en effet à cœur de mettre en place une communication qui s’oppose en tout point aux orientations définies par les gouvernements dits « bourgeois ».

La seconde échelle de réflexion concerne davantage les modalités de réception auprès des populations. Est-on ainsi plus dans l’imposition que dans le partage d’informations ? Peut-on aussi évoquer l’idée de récit territorial partagé ? Ce qui renvoie notamment à la supposée normalisation du territoire entreprise par la Troisième République mais dont certains travaux comme ceux de Jean-François Chanet sur la persistance des « petites patries » ont montré la limite. Dans ce cas, il s’agit de s’interroger aussi sur les vecteurs de communication entre les dirigeants et les populations. Peut-on ainsi parler de « médiateurs » concernant la diffusion de l’image des villes auprès des citadins eux-mêmes ? Ceux-ci ont-ils évolué dans le temps ? Les questions peuvent également renvoyer à la notion même de démocratie locale dans la mesure où, dans certains cas, la communication des villes peut également donner lieu à la valorisation des expressions locales, ou bien au contraire, les annihiler lorsqu’elles s’opposent à la ligne fixée par les autorités municipales.

Le troisième volet concerne le fait de savoir si la communication urbaine a, ou non, contribué à façonner d’une certaine manière les sociétés urbaines ? Un colloque consacré à l’urbaphobie (Arnaud Baubérot – Florence Bourillon [dir.], Urbaphobie. La détestation de la ville aux XIXe et XXe siècles, 2009) avait justement mis en lumière les différentes formes de rejet de la ville contemporaine ainsi que ses influences sociales. Dans le cas présent, il s’agit au contraire de s’attacher au fait de savoir si la communication a pu ou non contribuer à la valorisation de certains territoires urbains. Il s’agit là aussi d’une question peu traitée. Si l’on connaît assez bien les techniques de réprobation des grands ensembles (notamment la fameuse « sarcellite »), on connaît moins bien la manière dont l’État et les promoteurs ont tenté de valoriser les nouvelles villes censées incarner la modernité sociale de la France de l’expansion d’après-guerre. Le programme des villes nouvelles engagé au cours des années suivantes a aussi donné lieu à l’établissement d’une savante communication à destination notamment des cadres moyens et supérieurs que l’on voulait y attirer. À cet égard, le lancement des villages expo à partir de 1965 constitue en soi une nouvelle approche en matière de communication urbaine.

En conclusion, il paraît donc utile de ne pas limiter la réflexion générale sur les modalités de fabrication de la ville mais de l’étendre à la manière dont on communique sur les enjeux qui s’y rapportent. De la renommée des lieux de villégiatures antiques à la promotion des villes nouvelles au cours des années 1970, le champ d’investigation apparaît donc à la fois vaste et fécond pour les historiens du fait urbain.

 

Contact et organisation : Thibault Tellier (IEP Rennes), thibault.tellier@sciencespo-rennes.fr

Envoi des propositions :

Les propositions de communication seront envoyées par courriel en fichier joint à l’adresse suivante : Thibault Tellier (IEP Rennes), thibault.tellier@sciencespo-rennes.fr

Elles comporteront un titre et un résumé d’environ 1 500 signes, de même que les coordonnées de l’intervenant.e (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale).

Date limite d’envoi des propositions : 1er novembre 2017.

La SFHU propose de soutenir la participation de doctorants et de post-doctorants au Congrès, en attribuant trois bourses destinées à couvrir une partie des frais d’hébergement et de transport. Montant de 150 € chacune.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *