Compte rendu : Raymond Unwin, Étude pratique des plans de villes. Introduction à l’art de dessiner les plans d’aménagement et d’extension, présentée par Jean-Pierre Frey, éd. Parenthèses, coll. Eupalinos, Marseille, 2012 (Hélène Noizet)

Raymond Unwin, Étude pratique des plans de villes. Introduction à l’art de dessiner les plans d’aménagement et d’extension, présentée par Jean-Pierre Frey, éd. Parenthèses, coll. Eupalinos, Marseille, 2012 (Hélène Noizet)

Cette publication de 412 p. correspond à la réédition d’un texte ancien, un manuel d’urbanisme opérationnel, publié pour la première fois à Londres en 1909 par Raymond Unwin (1863-1940). Cet ouvrage, qui relève des catégories anglaises du town planning et de l’urban design, livre une réflexion sur le « nécessaire aménagement global des villes et sur les techniques particulières de planification de leurs extensions périphériques sous la forme de cités-jardins ». Le texte est ici proposé dans une traduction française jusque-là inédite. Il est précédé d’une substantielle et forte utile introduction de Jean-Pierre Frey, intitulée « L’invention du manuel d’urbanisme » (32 pages sur le total des 412 p.)

  1. Unwin, disciple d’Ebenezer Howard, le maître à penser des cités-jardins, a participé avec ce dernier au dessin du plan de Letchworth (1903-1904), considérée comme la première véritable cité-jardin. Les propagandistes de ce modèle, parmi lesquels on trouve également Edward Carpenter, William Morris, John Ruskin, Richard Norman Shaw, se soucient de l’insertion esthétique des constructions dans leur environnement. Ils cherchent également à promouvoir une écologie domestique pittoresque, typique du socialisme homespun, en luttant contre la laideur envahissante des produits industriels mis sur le marché, par une vie quotidienne qui se veut plus harmonieuse car centrée sur l’espace domestique.

Dans ce manuel, R. Unwin ne se contente pas de faire part de l’expérience, fondatrice de Letchworth, mais il réfléchit plus largement aux moyens de faire face aux conséquences d’une urbanisation galopante à la suite de l’industrialisation du XIXe siècle, et qui s’est traduit par des constructions jugées hideuses, informes et donc socialement dommageables. Cependant, comme l’indique J.-P. Frey, « il n’a pas conçu son texte pour être une sorte de pamphlet ou de programme politique, mais plutôt comme l’exposé d’une démarche s’appuyant sur le respect des traces du passé, des spécificités du site et sur une façon originale de mobiliser les potentialités matérielles et sociales d’un territoire à façonner, conçu comme un terroir à protéger de l’indifférence et de l’homogénéisation » (p. 33).

Le texte de R. Unwin comporte 12 chapitres, que J.-P. Frey regroupe en 3 parties thématiques :

– chapitres 1 à 4 : dispositions et état d’esprit dans lesquels les aménageurs doivent se mettre pour être à même de planifier des aires péri-urbaines, avec un primat d’ordre esthétique ;

– chapitres 5 à 9 : véritable manuel de la composition urbaine, avec des propositions sur les manières de disposer et d’aménager les limites et les accès des villes, les centres et les places, les rues, les habitations ;

– chapitres 10 à 12 : moyens d’actions techniques et institutionnels à mettre en œuvre pour garantir une harmonie d’ensemble (nécessité de la coopération pour établir les plans d’aménagement et de règlement des constructions) ;

Ce livre, publié en langue anglaise en 1909, fut réédité de très nombreuses fois (huit fois en Angleterre entre 1911 et 1932), et traduit dans plusieurs langues (français et russe). L’ouvrage, proposé ici dans une traduction française déjà ancienne, faite par Henri Sellier dès 1914, était resté sous forme de tapuscrit jusqu’à la présente édition. Toutefois, il fut suivi d’une publication en français en 1924 dans une traduction de William Mooser. Si Jean-Pierre Frey indique que la traduction de Sellier, grand promoteur du logement social et fondateur des premiers enseignements d’urbanisme en France dans les années 1920, apparaît plus sobre et plus proches des modes de pensée et des préoccupations des milieux urbanistiques français, les différences entre les deux traductions n’apparaissent pas majeures (tableau de comparaison p. 32).

En 1924, seule référence pédagogique destinée aux acteurs de l’urbanisme, discipline en pleine phase d’institutionnalisation depuis le début du XXe siècle,  il a servi de manuel dans les nouveaux enseignements, créés en France à partir de 1919 dans le contexte de la reconstruction de nombreuses villes et villages détruits pendant la première guerre mondiale. Les autres ouvrages publiés en anglais sur le sujet n’ont été ni diffusés en France, ni traduits.

Dès la première édition, l’ouvrage est pourvu d’une riche iconographie, ce qui participe nettement de sa dimension didactique : au total, 299 figures sont insérées au fil du texte, qu’il s’agisse de plans, croquis, ou de photos. Ces documents iconographiques sont commentés par Unwin et servent d’exemples à son discours. S’y ajoutent sept plans en annexes, reproduits en double-page contrairement aux autres : il s’agit de Nuremberg (en 1878 et du plan d’extension), Rottenbourg, Karlsruhe, Cologne, et des deux réalisations de cités-jardins par l’auteur, Hampstead et Letchworth.

L’article introductif de Jean-Pierre Frey, dans la lignée de ses travaux précédents, est très éclairant sur la genèse et la circulation des idées qui se cristallisent alors dans la discipline naissante de l’urbanisme. Il contextualise de façon très fine la biographie et les travaux de R. Unwin, en mettant en valeur les circulations des idées, les échanges, les relations personnelles, les disputes aussi au sein du groupe social, en pleine formation, des professionnels urbanistes à la charnière de la compétence architecturale et de l’activité politique.

Cette publication, qui pourrait s’apparenter au genre de l’édition de sources, sera particulièrement utile pour ceux qui travaillent sur l’histoire de l’urbanisme, et notamment sur le mouvement des cités-jardins. Elle fournit ainsi un regard nouveau sur ce qui fut un texte de référence dans cette discipline. Le rôle de l’Angleterre – et par comparaison le retard de la France – comme terre de réception et de formalisation de ces savoirs émergents apparaît également assez net. On repère par exemple à quel point les travaux de Joseph Stübben et Camillo Sitte, auxquels R. Unwin fait abondamment référence, constituent alors des modèles qui ont formé les premières générations d’urbanistes en ce début de XXe siècle. On observe également la proximité intellectuelle de R. Unwin avec le milieu des urbanistes « culturalistes » français, qui considèrent la ville comme un organisme vivant, tels Marcel Poëte et Pierre Lavedan.

Par ailleurs, sur le plan de l’histoire des idées, on mesure comment l’urbanisme s’est positionné, de manière hésitante à cette époque, entre art et science, comme le montre par exemple cet extrait du chapitre : « Il est indispensable de faire ressortir quelques parties, d’en atténuer d’autres et, à cet égard, le meilleur moyen d’obtenir ce résultat dans un plan de ville est d’y déterminer des centres bien définis. L’effet d’ensemble des édifices publics est détruit s’ils sont dispersés sans raison dans la ville : on ne les voit que d’une façon imparfaite dans les rues ordinaires et on ne peut en tirer un parti aussi avantageux qu’en les groupant dans des places centrales ou des squares ou bien le long des bords d’une rivière. S’ils sont groupés ainsi, les édifices s’équilibrent mutuellement, le contraste violent de dimensions et d’échelles entre eux et les constructions avoisinantes est évité dans une large mesure et s’ils sont judicieusement répartis leur ensemble peut être d’un caractère tel qu’il produise une heureuse impression. Il peut créer un trait central véritablement caractéristique, dans le dessin de la ville » (p. 181).

On observe aussi de quelle manière l’histoire est convoquée, de manière alors assez pauvre, au service d’une analyse des formes fondamentalement typologiques : l’auteur part de formes urbaines à aménager (par exemple la place), il mentionne ensuite diverses réalisations historiques puisés à des périodes aussi différentes que l’Antiquité, le Moyen Âge ou l’époque contemporaine, dont le seul point commun est la forme matérielle. Pour R. Unwin, ces éléments historiques servent d’exemples ayant produit un résultat urbain harmonieux et dont il faut s’inspirer pour les réalisations contemporaines, sans chercher pour autant à les reproduire de façon mimétique. Si, évidemment, le traitement historique n’y est pas satisfaisant dans la mesure où le social est réduit à sa seule dimension matérielle et tend vers l’anhistoricisme (au-delà d’être un espace de circulation, une place a-t-elle le même rôle social à Athènes et aujourd’hui ?), on mesure comment ce type d’analyse, qui cherche à prendre en compte les héritages et à tirer les leçons des sociétés antérieures, a constitué une autre voie que l’urbanisme de la table rase qui dominera après la seconde guerre mondiale avec le mouvement des CIAM.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.