Compte rendu: Véronique Terrasse, Provins : une commune du comté de Champagne et de Brie (1152-1355), Paris, L’Harmattan, collection « Villes, histoire, culture, société », 2005, 330 p. (Judith Förstel)

Véronique Terrasse, Provins : une commune du comté de Champagne et de Brie (1152-1355), Paris, L’Harmattan, collection « Villes, histoire, culture, société », 2005, 330 p. (Judith Förstel)

 

Cet ouvrage, qui brosse l’histoire de la commune de Provins depuis sa création vers le milieu du XIIe siècle, jusqu’à sa disparition en 1355, constitue la publication d’une thèse de doctorat soutenue en 2000 par Véronique Terrasse à l’EHESS, sous la direction de Philippe Braunstein. Le sujet est éminemment prometteur, puisque Provins est l’une des principales villes du comté de Champagne grâce au rayonnement de ses foires, bien connues depuis les travaux d’Elisabeth Chapin et Robert-Henri Bautier.

L’auteur examine tout d’abord les aspects institutionnels, parfois difficiles à appréhender car les textes ne sont pas toujours limpides. Ainsi les débuts de la commune de Provins demeurent-ils très obscurs : seules quelques allusions dans des actes du XIIe siècle permettent de supposer qu’il s’agit d’une création du comte Henri le Libéral, vers 1152. Le paysage s’éclaire avec la charte comtale de 1230, qui définit les droits et les obligations de la commune provinoise. Ce texte fondamental fait ici l’objet d’une relecture interne, mettant en relief les relations entre les différents acteurs : le comte, les communiers et le reste de la population résidant ou commerçant à Provins. La charte de 1230 précise notamment les conditions d’exercice de la magistrature communale, confiée à un groupe collégial de douze jurés et un maire ; l’auteur souligne l’ambiguïté de leur fonction, au service à la fois du comte et de la communauté. Les attributions de la commune en font en effet un rouage de l’administration comtale. La concession par Thibaut IV de nombreuses chartes de franchises dans les années 1230, laisse d’ailleurs supposer la volonté de réorganiser le contrôle de la Champagne par le biais de ces communes ; mais celle de Provins est l’une des rares à perdurer.

Elle se heurte toutefois à d’importantes difficultés, financières (sans doute en lien avec la construction des murailles, entreprise vers 1230), mais aussi institutionnelles : le prévôt comtal use de tous les expédients pour limiter les prérogatives de la commune, qui vient empiéter sur ses propres compétences. En 1252, Thibaut IV s’efforce de remédier à ces problèmes par une nouvelle charte. Celle-ci a notamment pour objet d’assainir les finances communales en accordant au maire la possibilité de lever un impôt annuel (« prinse » ou « mise ») – privilège qui fait de Provins l’une des rares villes françaises à pouvoir s’imposer librement.

Ces remaniements semblent avoir porté leurs fruits, puisque contrairement à celle de Troyes, la commune de Provins se maintient jusqu’au milieu du XIVe siècle. Elle génère une série d’archives très intéressantes, tels que les Actes et comptes de la commune de Provins de l’an 1271 à l’an 1330, édités par M. Prou et J. d’Auriac en 1933. Parmi les documents liés à la commune figurent deux listes de ses membres, établies vers 1320. Ces listes, publiées en 1852 par F. Bourquelot, le grand historien de Provins au XIXe siècle, forment la base de l’étude socio-économique menée par V. Terrasse dans la deuxième partie de l’ouvrage.

L’auteur prend soin de distinguer ces listes d’un recensement de la population provinoise : les quelques 2700 membres de la commune ne peuvent correspondrent au montant total des habitants de Provins, dont plusieurs indices (tels que le nombre des bouchers) montrent qu’il était nettement supérieur. V. Terrasse, sans se prononcer définitivement sur une question aussi controversée, tend à ranger Provins parmi les grandes villes du royaume et suppose que sa population pouvait dépasser les 20 000 habitants – hypothèse assez hardie, quand on sait que la moyenne généralement admise pour Provins tourne autour de 10 000 habitants.

Malgré leurs limites, les listes de 1320 offrent un « panel » représentatif de la population masculine de Provins et de sa banlieue. La commune s’étend en effet au-delà des murailles, sur des zones rurales dont les habitants se déclarent presque tous « laboureurs » ou « vignerons » : l’auteur soulève la question de l’absence du textile, qui occupe pourtant de nombreux ouvriers ruraux aux XIVe et XVe siècles. Par ailleurs, en ville comme à la campagne, les catégories les plus pauvres ne sont pas représentées dans les listes communales. Tout en faisant la part du silence des sources (près de la moitié des personnes recensées en zone rurale n’ont pas d’activité déclarée), l’auteur en conclut que ces pauvres n’ont probablement pas accès à la commune, sans que l’on connaisse précisément le mode de sélection qui les en exclut : paiement d’un droit de bourgeoisie ou astreinte à résidence (impliquant la possession d’une maison) ? Quoi qu’il en soit, la commune apparaît comme le monde des « classes moyennes », avec pour la ville, une prépondérance écrasante des métiers de la draperie.

L’auteur brosse ensuite le tableau des différents niveaux de fortune au sein de cette communauté, en s’appuyant sur une autre source : les actes de tutelle contenus dans le Cartulaire de la ville (édition Prou et d’Auriac, déjà citée). Les quelques 670 actes enregistrés de 1271 à 1311 permettent de définir quatre grands ensembles, dont le plus riche (72 familles recensées), nettement urbain, est essentiellement tourné vers le textile (drapiers, teinturiers, tisserands) – et ce, alors même que les foires de Champagne, à cette époque, ne doivent plus leur prépondérance au commerce des draps, mais au change.

La dernière partie de l’ouvrage est consacrée à l’évolution de l’institution communale au cours de son dernier siècle, des années 1260 à sa disparition en 1355. Prenant le contrepied de l’historiographie traditionnelle, qui liait le déclin de la commune au rattachement du comté de Champagne au domaine royal (1285), V. Terrasse montre bien que l’institution a parfaitement su s’adapter au changement de tutelle. L’auteur situe même l’apogée de la commune provinoise sous le règne de Philippe le Bel, entre 1290 et 1310. Ce n’est qu’à partir de 1315 environ, que se manifeste réellement la crise de l’administration communale : malgré une tentative de réforme en 1319, la commune est agitée par un grave conflit deux ans plus tard, qui conduit à sa suppression temporaire en 1323. Bien que rétablie dès l’année suivante, elle connaît par la suite de nombreuses difficultés, et finit par être abrogée en 1355, le gouvernement de la ville étant dès lors confié à un procureur et quatre échevins, sous le contrôle probable du prévôt royal.

Pour conclure, cette riche étude de la commune de Provins fait revivre les diverses facettes d’une des grandes villes françaises du Moyen Age, en s’intéressant aussi bien au domaine des institutions qu’aux aspects sociaux et économiques. Bien que les textes exploités par V. Terrasse ne soient pas inédits, leur étude détaillée permet d’apporter des éléments nouveaux sur l’histoire de la commune et sa composition sociale. On regrette parfois de ne pas trouver en annexe certaines de ces sources, notamment la charte de 1230, dont l’auteur fait une analyse textuelle approfondie, mais sans en donner le texte, ni indiquer clairement l’édition qu’elle a utilisée. Mais sans doute ces « pièces justificatives » ont-elles été victimes des contraintes éditoriales inhérentes à la publication d’une thèse.

L’analyse socio-économique menée sur la commune provinoise appelle une autre réserve : en effet, la nature des sources existantes rend délicate leur exploitation statistique. Comme le souligne à plusieurs reprises V. Terrasse, les listes communales de 1320, tout comme les comptes de tutelle, ne forment qu’un corpus partiel, dont l’auteur doit réévaluer régulièrement la portée par des comparaisons avec d’autres villes comme Troyes ou Reims, mieux dotées en matière d’archives, notamment fiscales (rôles de la taille).

Enfin, s’agissant d’une ville telle que Provins, il aurait été passionnant de voir déboucher l’analyse des textes sur un élément concret du paysage urbain. Or l’auteur ne met pas en relation ses observations socio-économiques avec la topographie urbaine, qui a pourtant fait l’objet d’importantes études, notamment celles de J. Mesqui et P. Garrigou-Grandchamp. A propos de la densité du bâti à l’intérieur de l’enceinte (évoquée p. 99-100), par exemple, peut-être la réponse est-elle encore lisible dans les structures de l’habitat. Et l’on aurait aimé savoir où travaillent tous ces artisans dont V. Terrasse nous détaille l’activité – ce qui permettrait, entre autres, de mieux cerner l’usage des caves et salles basses voûtées de Provins, parfois considérées comme des ateliers de fabrication textile, mais que les recherches de P. Garrigou-Grandchamp et O. Deforge conduisent plutôt à envisager comme des lieux d’échanges et de commerce.

Mais l’étude de la ville médiévale de Provins est bien sûr un sujet en soi, qui dépasse largement le propos de l’ouvrage. Celui-ci remplit fidèlement la mission qu’il s’était assignée : mettre en lumière les différents aspects de la commune de Provins, en combinant l’approche institutionnelle et l’étude socio-économique. Le cas provinois pourra désormais servir de référence pour analyser le succès, ou l’échec, d’autres communes urbaines, telles que celle de Laon, sa contemporaine (créée par la charte de Paix de 1128, et abrogée en 1331).

 

 

Judith Förstel

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190 Président du RUCHE (2017-2019 et 2019-2021)

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190 Président du RUCHE (2017-2019 et 2019-2021)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search