Compte rendu: Christine Toulier, Richelieu, le château et la cité idéale, photographies Patrice Delatouche, préface Renaud Donnedieu de Vabres, Saint-Jean-de-Braye, Berger M. Editions, 2005 (Dominique Hervier)

Christine Toulier, Richelieu, le château et la cité idéale, photographies Patrice Delatouche, préface Renaud Donnedieu de Vabres,  Saint-Jean-de-Braye, Berger M. Editions, 2005, bilingue français-anglais, 296 p., ills. noir et blanc, couleurs, cartes, plans (Dominique Hervier)

Cet ouvrage qui présente à la fois l’histoire et la description des châteaux successifs et de la ville de Richelieu du Moyen Âge à nos jours, constitue le résultats de nombreuses années d’études d’archives et de terrain conduites par Christine Toulier dans l’esprit des grandes enquêtes diachroniques de l’Inventaire général. Nous manquions d’un ouvrage d’ensemble récent sur la ville et le château de Richelieu et il faut savoir gré aux éditions Berger Michel d’avoir publié un ouvrage tout à la fois richement illustré et fortement documenté.

En effet, l’observation pionnière de  Philippe Boudon en 1972 ne regarde que la ville,  Joseph Bergin, en 1985, traite du duché-pairie et la thèse non publiée de John Schloder en 1988 étudie les collections de peintures dans le château. Quant aux ouvrages de l’abbé Bosseboeuf  concernant à la fois la ville et le château, ils remontent à la fin du XIXe siècle. C’est dire qu’une étude complète et savante sur une des plus homogènes villes du XVIIe siècle parvenue jusqu’à nous, et sur son château, détruit malheureusement en 1840, était attendue par la communauté scientifique. Fruit d’un long et méthodique travail tant sur le terrain qu’en archives, ce livre, qu’éclairent avec maîtrise les photographies de Patrice Delatouche et une cartographie ciblée, offre ainsi une solide monographie d’histoire architecturale urbaine. Ajoutons que la thèse récemment publiée d’Alexandre Gady consacrée à « Jacques Le Mercier, architecte et ingénieur du roi »(Paris, maison des sciences de l’homme, 2005) pourra apporter, de surcroît, une connaissance fine de la vie et de la carrière de l’architecte choisi par le Cardinal.

Aux confins de la Touraine et du Poitou, la petite ville de Richelieu, fut fondée en 1631 par le cardinal Armand Jean Du Plessis (1585-1642), pour constituer à proximité du château familial rebâti de neuf une cité régulière, non sans ressemblance avec le parti voisin adopté à Henrichemont et, comme la remarque en a été déjà faite, préfigurant Versailles. Il s’agit d’établir au centre de la seigneurie, érigée en duché-pairie en 1631, une ville neuve pour accueillir courtisans et familiers tandis que le château acquis dés 1621 à la mort de son frère aîné est somptueusement agrandi et aménagé.

Conduits parallèlement, les travaux de la ville et du château sont quasiment achevés en 1642. Si les dessins en sont donnés par Jacques Le Mercier – qui devient en 1638 architecte du roi -, les deux chantiers sont conduits par ses frères Pierre et Nicolas et réalisés par des entrepreneurs du bâtiment à l’excellente réputation comme  Jean Thiriot et Jean Barbet.

L’ouvrage de Christine Toulier aborde d’abord les châteaux de Richelieu qu’elle a pris le parti judicieux d’étiqueter de I à V : l’hébergement médiéval (I), le manoir rural du XVIe siècle (II) sur la rive droite de la Mâble, petit affluent de la Vienne, puis le château III, sur la rive gauche de la Mâble, enfin le château IV, « magnifique château » du cardinal de Richelieu et le petit château V, demeure néoclassique avec des jardins attribués aux frères Bulher. Grâce à la découverte et à l’interprétation de dessins inédits de la collection Chennevières (BnF), l’auteur nous livre de précieuses indications sur le château III inachevé, utiles pour comprendre le parti adopté par Le Mercier au château IV  et reconstituer le tracé des jardins agrémentés de canaux. L’orangerie d’une beauté plastique confondante, seule construction de Le Mercier encore visible, présente une qualité stéréotomique en grande parenté avec les portes de la ville.

 Le seconde partie de l’ouvrage est consacrée à la ville. Si elle n’aurait pas exister sans le château, ils sont tous deux dans un même maillage du territoire, souligne l’auteur, « dans un carroyage régulier…toute la composition repose sur un tracé géométrique rigoureux, à la française ».

Tour à tour sont abordés : Le pays, les hommes du chantier, Les matériaux, Le financement de la ville, Le tracé de la ville, et les fortifications, Le  lotissement, Le déroulement du chantier, Les édifices privés, Les édifices publics (église, halles, académie auditoire halle), L’extension de 1837. C’est donc une approche urbaine très complète qui envisage le parti d’ensemble et en présente toutes les composantes. On  regrettera au passage, qu’il faille attendre la page 131 pour trouver la première photo qui montre à la fois la ville et le parc du château, la page 173 pour voir un plan de la cité, même si on devait chronologie oblige commencer par le château.

Les mérites de cette analyse urbaine sont grands – même si comme le souligne l’auteur il s’agit d’un bourg traité comme une ville – dans le souci de ne laisser aucun aspects de côté : conditions matérielles, programme, catégorie d’édifices du public au privé. L’auteur, Christine Vallée-Toulier, archéologue de formation, formée à l’école de l’Inventaire général où elle s’est exercée successivement en Régions Centre et Pays de la Loire, excelle à  nous livrer une typologie de l’habitat lié à son implantation. Le plan orthogonal produisant des angles de rues – fortes ou secondaires –  qui entraînent des variations distributives combinées aux largeurs (10 ou 5 toises) des façades. La taille des îlots orthogonaux est fonction de la taille des parcelles qui les constituent et les variations sont dans les gabarits ; l’analyse systématique in situ couplé à l’étude du cadastre de 1836 lui permet de reconstituer le plan parcellaire réellement tracé et le plan des toitures entre 1631 et 1650, d’indiquer également le prix des propriétés (p.218).

Une petite réserve toutefois qui a trait au titre de l’ouvrage : je ne suis pas si sûre pour ma part qu’il faille voir en Richelieu une cité idéale même si les contemporains font déjà remarquer le caractère unitaire de la composition d’ensemble ; j’y verrais davantage un exercice brillant et un peu intellectuel de propositions des différentes variations à partir du module du Pavillon et des solutions en usage dans l’architecture domestique urbaine du début du XVIIe siècle. Si l’auteur nous signale la ressemblance avec une formule de Le Muet (modèle pour la 3eme distribution de la 9eme place (1623), ne faut-il pas aussi penser aussi aux innombrables variantes vernaculaires mise en œuvre dans les quartiers parisiens et dans les petites villes du bassin parisien ? Quoiqu’il en soit cette somme sur Richelieu enrichie les connaissances sur l’architecture urbaine de la première moitié du XVII e siècle et propose en annexe plusieurs document dont un précieux « devis type pour la construction d’un logis dans la Grande Rue ».

Il nous faut en conclusion saluer un ouvrage bilingue au texte concis et à l’illustration belle, inédite, avec de nombreuses et somptueuses vues aériennes auxquelles l’éditeur nous a habitués dans ses autres ouvrages, mais qu’on ne trouve pas assez souvent dans les livres d’histoire urbaine. Elles servent le propos et magnifie la beauté de la ville.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.