Compte rendu: Simon Texier, Pauline Rossi, Les Lesage, Un siècle d’architecture et d’aménagement, de Paris au Grand Paris, La Découverte, Paris 2015. (Françoise Hamon)

Simon Texier, Pauline Rossi, Les Lesage, Un siècle d’architecture et d’aménagement, de Paris au Grand Paris – Ed. La Découverte, Paris 2015 – in 4°, 211 p., nombreuses ill. n.et b. et coul. , index. (Françoise Hamon)

 

L’ouvrage commence par une brève histoire de la publication : l’architecte-historien brestois Daniel Le Couédic avait conseillé aux héritiers de la dynastie d’architectes Lesage de déposer les archives de l’agence aux A.D. d’Ille-et-Vilaine. Pourquoi dans ce département où les Lesage ne semblent pas avoir particulièrement pratiqué leur art ? Si le mystère plane sur cette destination, on peut suivre le sauvetage et l’exploitation de cette mine documentaire, un ensemble extrêmement bien conservé : à l’initiative du dernier de la dynastie, Pierre Lesage, naît l’idée d’un livre familial, analysant les activités de trois générations d’architectes sur un siècle, précisément de 1893 à 1992. Puis un projet plus élaboré avec l’historien brestois Patrick Dieudonné ; finalement, grâce au professeur Simon Texier et à son étudiante Pauline Rossi, une monographie savante soigneusement illustrée.

Le volume est constitué de deux parties : une introduction générale consacré à l’évolution de l’urbanisme et de l’architecture tout au long du XXe siècle, dans laquelle s’inscrit le travail des trois Lesage. Simon Texier y souligne les caractères propres de cette vertueuse dynastie : modeste, banale, son activité relève de la production urbaine mineure et elle se concentre géographiquement dans la zone est de la région parisienne alors un peu délaissée. L’auteur rappelle que cette recherche sur l’ordinaire s’inscrit dans l’évolution actuelle de l’histoire de l’architecture du XXe siècle qui a longtemps surexploité les grandes œuvres et adulé les personnalités dont la réussite et l’héroïsme ont encombré le récit fondateur. Les nouvelles perspectives qu’ouvrent les projets actuels du Grand Paris encouragent cette réécriture et orientent les études vers de nouveaux territoires. De ce point de vue, le fond Lesage est emblématique : Victor et Robert ont d’abord œuvré dans la ville intra muros puis participé aux grands concours d’extension de la capitale. A leur suite Pierre s’est consacré au développement périurbain, aux ZAC et villes nouvelles et à leurs équipements scolaires et sportifs.

Cette introduction générale est suivie de quatre chapitres qui traitent d’une période de l’agence Lesage. Après une introduction qui en souligne les spécificités et reconstitue le contexte, l’ensemble de la production des Lesage pendant ladite période est étudiée et illustrée. Suivent quelques notices analytiques d’un choix d’œuvre. Le premier chapitre échappe à cette organisation car il couvre sept décennies (1919 à 1991) et qu’il est moins chronologique que thématique : il traite des participations de l’agence aux grands concours d’extension de la ville. N’y interviennent en associations que l’aîné et le dernier des Lesage. Premier projet de Victor en 1919-1920 : un arc triomphal à la porte de Vincennes, sur la future Avenue des Poilus. Il restera sans suite comme celui de 1931 où Victor encore propose un grandiose arc à gradins pour la porte Maillot. Le chapitre s’achève en 1991, lorsque Pierre, associé à un confrère américain, propose une sorte de chenille verte ondulante pour la prolongation de l’« Axe historique de la Défense », dont l’idée fut vite abandonnée. Les incursions monumentales des Lesage à l’ouest de Paris resteront donc sans succès…

Les trois autres chapitres traitent des trois phases successives de l’agence. D’abord celle de Victor qui se répartit en deux ensembles : avant la première guerre mondiale, Victor Lesage associé à Charles Miltgen répond aux commandes privées. Le post-haussmannisme parisien est alors libéré par les nouvelles réglementations de Louis Bonnier (1902). Six notices d’œuvres bien conservées illustrent la production de l’agence pour cette période dans un genre Art nouveau éclectique : un bâtiment industriel et commercial, un hôtel-restaurant, trois immeubles d’habitations, un monument aux morts. Après la guerre, c’est le goût Art Déco qui marque les réalisations des deux associés, notamment le Palais de la Mutualité, œuvre phare de l’agence, commandé par la Fédération mutualiste de la Seine dès 1920. Après des hésitations dues à l’achèvement de l’église voisine de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, le projet prend corps et forme en 1928. Suivront la brasserie Boffinger à la Bastille, puis une « maison de la culture tchécoslovaque », rue du Four.

La période suivante (1935-1972) est constituée par la production de Robert dans les communes de proche et grande banlieue, principalement au sud, avec aussi deux constructions dans l’est parisien : du logement de qualité moyenne, tant des groupements immenses, (jusqu’à 250 logements au Petit-Chambord à Bourg-la-Reine) que des entreprises coopératives et mutualistes.

Le dernier chapitre (1964-1992) est consacré à l’œuvre de Pierre Lesage. « Aménager et construire les espaces du Grand-Paris » illustre sa participation, seul ou selon diverses associations professionnelles, à l’aménagement des ZAC et des villes nouvelles et à la création de leurs équipements sportifs et scolaires. L’introduction du chapitre développe largement l’évolution qui le mène de la construction d’habitations coopératives, en prolongement de la pratique de son père (pour Terre et Famille, à Bry-sur-Marne, 1978), à celle de barres et tours des « grands ensembles » (Evry, 1987 ; Le Kremlin-Bicêtre, 1988). Également à l’urbanisme de schéma, aux « plans de synthèses » des ZAC, aux « schémas directeurs » et même aux projets de ZPPAU. Ces programmes sont conçus à l’échelle des quartiers (quartier de la Gare-Bercy, 1987), des communes (Sartrouville, 1992 ; Le Raincy, 1992) voire d’un département (Val d’Oise, 1990). Les premières notices analytiques traitent des équipements de ces nouveaux fragments de ville : un foyer de jeunes travailleurs (1966 à Suresnes), belle mais fragile architecture détruite en 2009. Puis les piscines types, le modèle Albatros (1965) en lamellé-collé anticipant le concours des « 1 000 piscines » (1969) ; puis la piscine Iris (1974) à structure métallique qui sera édifiées à plus de 50 exemplaires mais sera supplantée par de redoutables concurrentes. Les notices suivantes sont consacrées aux interventions architecturales de longue durée de Pierre Lesage à Bry-sur-Marne (logements, 1974 -1992) et à Clichy-la-Garenne (association de commerces et logements, 1986-1995) ; à Poissy, l’intervention est plus rapide mais innovante (technoparc : architectures tertiaires et paysagisme, 1988-1990). Enfin à Tremblay en France, le projet d’aménagement et de développement se concrétisera par la construction d’un lycée polyvalent (1990-1992).

L’ouvrage se termine par une bibliographie riche mais dont l’ordre alphabétique chahute quelque peu la chronologique des publications. Très petit reproche pour un ouvrage à la fois très beau et savant : les auteurs ont aimé les trois Lesage…


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *