Compte rendu: Jean-Louis Roch, Un autre monde du travail. La draperie en Normandie au Moyen Âge, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013. (Isabelle Theiller)

Jean-Louis Roch, Un autre monde du travail. La draperie en Normandie au Moyen Âge, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013, 336 p. (Isabelle Theiller)

 

Jean-Louis Roch porte son attention sur un espace géographique fortement engagé dans l’industrie drapière, mais resté dans l’ombre des draperies italiennes et flamandes du fait de sources éparses ou méconnues, alors qu’elle aurait produit autant de draps que la Flandre et deux fois plus que Florence entre la fin du XIVe s. au début du XVe s.

L’ouvrage s’ouvre sur un bilan historiographique. Cette entrée en matière, qui doit aussi beaucoup aux travaux de Dominique Cardon, inscrit volontairement l’ouvrage dans le cadre renouvelé des recherches sur la draperie au Moyen Âge et dans une chronologie reposant sur les mutations techniques plutôt que sur une opposition entre draperie rurale et urbaine ou sur l’origine des laines. Elle trouve de plus sa justification dans la méthodologie adoptée par l’auteur qui a choisi de confronter ses propres travaux, publiés sous forme d’articles, à ceux relatifs à d’autres régions drapières.

Un premier constat s’impose, peu de sources normandes permettent d’appréhender la draperie avant 1350 ce qui oblige l’auteur à aborder son sujet à l’aide de textes extérieurs à la région. Ceux-ci permettent toutefois de constater qu’au milieu du XIVe s. la qualité de la production normande se diversifie du fait de l’emploi de laines plus ou moins fines, de nouvelles techniques ou encore de l’utilisation ou non du moulin à foulons. Selon J.-L. Roch, c’est dans ce contexte que sont édictés les premiers règlements permettant de lutter contre la concurrence, d’installer la notabilité des draperies normandes sur le marché, mais aussi de distinguer grands et petits draps (notamment grâce au sceau). Prenant pour exemple le cas rouennais, l’auteur poursuit la réflexion en évoquant la question des rapports entre grande draperie, draperie foraine et de dehors et démontre en quoi l’acceptation de la draperie foraine par les drapiers de Rouen au milieu du XIVe s. a permis de contrôler les flux de main d’œuvre provenant de la banlieue fiscale rouennaise. Au-delà, de la difficulté à saisir les réalités terminologiques médiévales (foraine, de dehors puis de vicomté), transparaissent également les relations qu’entretiennent draperie urbaine et rurale tandis qu’émerge à partir du milieu du XVe s. un espace régional capable de produire un drap adapté aux attentes du marché (de la consommation locales aux foires du Lendit). J.-L. Roch établit alors une chronologie des phases successives d’urbanisation et de ruralisation de la draperie normande du XIIIe au XVIIIe s., dont la caractéristique semble être le rôle moteur joué par les campagnes dans le développement d’une industrie régionale. Il se fonde pour cela sur le développement du bourg drapier d’Elbeuf et ses rapports initiaux avec Rouen en termes d’approvisionnement et élargit son analyse en réalisant le recensement, fort utile, des droits de moulins à foulon aux XIVe-XVe siècle.

Ce cadre posé, J.-L. Roch aborde la question de l’organisation sociale de la draperie. Afin de déterminer le rôle du drapier, la nature des rapports de subordination entre marchands et artisans ainsi que la place prise par le Verlagsystem dans la draperie, il nous propose de partir de l’image d’Épinal du drapier douaisien, Boinebroke, de la déconstruire (en se référant à Alain Derville) puis de la replacer dans l’histoire de l’artisanat et de la manufacture textile. Grâce aux exemples rémois et toulousain, l’auteur constate qu’au XIIIe siècle la professionnalisation des producteurs de draps est assez floue. Le terme de drapier peut en effet désigner des bourgeois ou marchands non-professionnalisés (propriétaires du drap ayant accès au marché), des donneurs d’ouvrages qui font travailler des artisans salariés ou non-salariés (domestic system) n’ayant pas accès au marché ou des tisserands indépendants qui produisent et vendent leur propre drap.

Du côté rouennais, alors que la réglementation se met en place aux XIVe-XVe siècles, le métier se divise en deux branches : celle des tisserands et celle des foulons, laneurs, tondeurs qui disposent chacun des instruments de l’autre et peuvent les utiliser dans leur maison. Le partage des étapes de la fabrication que cela a permis, a favorisé la mise en place progressive de grands ateliers (factory system) et l’entrée dans l’ère de l’artisan-entrepreneur.

Brossant quelques portraits de vendeurs de laine, de draps à Saint-Denis et au Lendit ou encore de teinturier et de laneurs, J.-L. Roch constate au cours du XVe siècle, le poids grandissant des marchands de draps : s’ils drapent peut-être encore, ils fréquentent aussi les grandes foires, s’associent, ont des relations avec les teinturiers, font teindre les draps qu’ils achètent et participent ainsi à la réexportation de la production locale.

S’ensuit une étude du marché du travail à Rouen reposant sur la distinction faite par P. Didier entre louage de service, apprentissage et travail à domicile. J.-L. Roch y observe la multiplication des contrats et de leurs clauses entre le XIVe et le XVe siècle. Horaires, travail à la tâche, fourniture ou non des matières premières, vente de l’ensemble de la production à un commanditaire unique, etc. témoignent de l’instabilité du marché du travail et permettent selon la conjoncture de réduire ou de limiter la mobilité des ouvriers, en se les attachant si la main d’œuvre vient à manquer, voire en les plaçant dans une situation de dépendance (qui peut aussi leur assurer une forme de stabilité de l’emploi) en période de chômage.

J.-L. Roch aborde alors la question des conflits sociaux au sein de la draperie haut-normande de la seconde moitié du XIIIe s. à la fin du XVe siècles. Ceux-ci concernent le travail salarié et les heures ouvrées. De l’abandon des heures solaires, à l’intrusion de l’idée de temps libre, l’argumentaire, mis en regard d’événements tels que la Peste noire, démontre en quoi la baisse du volume horaire quotidien a pu servir de variable d’ajustement face à la réduction de la main d’œuvre ou à l’augmentation des salaires.

Enfin, prenant l’exemple de la draperie de Rouen et de la crise qu’elle va traverser au XVe siècle, J.-L. Roch nous offre une étude de cas. Y transparaissent les grandes questions qui secouent l’industrie drapière à la fin du Moyen Âge (respect des règlements, usage du sceau, rejet du moulin à foulon, etc.), mais aussi la manière dont la réglementation tente d’encadrer les évolutions techniques ou la capacité de ces dernières à s’immiscer dans les flous réglementaires. L’exemple de la crise rouennaise et des réponses qui lui sont apportées témoignent ainsi de la manière dont se décide une politique industrielle à la fin du XVe siècle.

L’ouvrage se clôt sur une évaluation de la production normande (environ 40 000 draps/an entre 1360 et 1412) qu’à juste titre, J.-L. Roch qualifie d’acrobatique mais qui lui permet de s’essayer à quelques comparaisons et d’établir une hiérarchie des villes drapières en Normandie. Au sommet, cinq centres dominants (3 000 à 6 000 draps/an), puis des centres d’importance moyenne (1500 à 2000 draps/an) et de petits centres (400 à 800 draps/an) qui permettent à la draperie normande de diversifier sa production et de tenir une place de premier plan sur les places commerciales du royaume de France.

Au terme de cette lecture, s’il ne fallait reconnaitre qu’un mérite à l’ouvrage de J.-L. Roch, c’est à n’en pas douter de proposer une synthèse de ses propres travaux et des recherches récentes sur la draperie normande. Par là même, il donne à cette dernière sa juste place dans la grande histoire de la draperie au Moyen Âge. En éditant dix documents normands du XVe siècle, l’auteur enjoint également les chercheurs à poursuivre l’étude d’une industrie qui, faute de sources aisément mobilisables, n’a pas toujours obtenu l’attention qu’elle méritait.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *