compte rendu: Sandra Brée, Paris l’inféconde. La limitation des naissances en région parisienne au XIXe siècle, Paris, INED éditions, 2016. (Guy Brunet)

Sandra Brée, Paris l’inféconde. La limitation des naissances en région parisienne au XIXe siècle, Paris, INED éditions, 2016, 238 p. (Guy Brunet)

 

Etudier la population parisienne au cours du XIXe siècles constitue une gageure, en raison notamment de l’importance de la population et de la destruction de nombreux registres d’état civil en 1871. C’est pourtant le défi que Sandra Brée a relevé en consacrant sa thèse, réalisée sous la direction de Jean-Pierre Bardet, à la fécondité et aux comportements reproductifs des Parisiens et des habitants de la proche banlieue au cours du XIXe siècle, et en particulier pendant les dernières décennies de celui-ci.

Tout naturellement le premier chapitre (27 pages) est consacré à la présentation des sources (recensements, annuaires statistiques, registres de maternités) et de la méthodologie mise en œuvre. Un des problèmes que l’auteure doit surmonter est celui de la différence potentielle entre le lieu de résidence réel de la mère et le lieu d’enregistrement de l’enfant : ne pas réaliser ce travail conduirait à des surestimations et des sous-estimations de la natalité selon les quartiers et les communes.

Le second chapitre (33 pages) sert à camper le décor, et propose une synthèse, intéressante mais classique et un peu courte, de l’évolution de la population parisienne au cours du XIXe siècle, abordant très rapidement de nombreux points, tels que l’apport migratoire, les structures professionnelles, les pratiques religieuses, la mortalité infantile et la mise en nourrice.

Avec le troisième chapitre (14 pages), consacré à la limitation volontaire des naissances, Sandra Brée entre dans le vif du sujet. Après avoir rappelé l’évolution générale de la fécondité en France, à Paris et dans ses banlieues, l’auteure pointe la précocité du contrôle de la natalité à Paris, antérieur à 1700, et son expansion au cours du XIXe siècle. Le nombre moyen d’enfants par femme passe d’environ 3,5 au début du siècle à environ 2,1 en 1900. Or, l’âge moyen à la maternité a plutôt baissé au cours de cette période. Pour expliquer cette évolution de la fécondité Sandra Brée souligne la multiplicité des méthodes contraceptives dont les couples ont pu disposer. Elle précise également les écarts possibles de comportements entre femmes mariées et femmes non mariées, dont les « filles-mères » souvent étudiées : « aux plus aisées, les méthodes les plus efficaces et les moins risquées, aux plus pauvres et aux plus vulnérables, les procédés douloureux, fréquemment infructueux et trop souvent fatals » (p.108).

Partant de ce constat, au cours des deux derniers chapitres l’auteure étudie séparément l’évolution de la fécondité légitime (chapitre IV, 35 pages) et de la fécondité illégitime (chapitre V, 46 pages).

Les comparaisons internationales sont délicates à mener, mais la fécondité parisienne semble bien avoir été au cours du XIXe siècle inférieure à celle des autres villes européennes étudiées (Londres, Berlin, Bruxelles, Genève). L’analyse détaillée par arrondissement montre que l’ouest de la ville est globalement moins fécond, tandis que les familles nombreuses sont moins rares dans l’est. Au sein de Paris intra muros les écarts sont importants, les femmes des quartiers les moins féconds (nord-ouest) ayant en moyenne deux ou trois fois moins d’enfants que celles des quartiers les plus féconds (sud-est). Les clivages sociaux constituent une des principales explications de ce fait, les quartiers les plus aisés se caractérisant par la fécondité la plus efficacement contrôlée et par une mortalité infantile plus faible. Toujours est-il que le contrôle de la fécondité se généralise au cours du XIXe siècle et semble se propager de quartier en quartier. Le contrôle de la fécondité est moindre dans les banlieues, largement peuplées de nouveaux arrivants provenant de départements dans lesquels les pratiques de limitation des naissances sont moins répandues. Les observations réalisées par Sandra Brée montrent des comportements assez différenciés selon les communes de banlieue, certaines ayant une population plus ouvrière, d’autres une population plus aisée, et d’autres enfin conservant un caractère agricole.

Enfin, le cinquième et dernier chapitre est consacré au poids des naissances hors mariage. Sur cette question également, Paris n’est pas la France. En effet, la proportion des naissances hors mariage y est bien plus élevée, et près d’un quart des naissances (avec un maximum de 32% en 1851) sont « illégitimes » pour reprendre ce terme de l’époque. Il est intéressant de rappeler que la proportion de naissances hors mariage diminue légèrement à Paris au cours du siècle, alors qu’elle est en constante augmentation dans les communes de banlieue et se rapproche ainsi de celle de la ville intra muros à la fin de la période étudiée. Dans ce chapitre, qui est le plus original et le plus étoffé de l’ouvrage, Sandra Brée multiplie les approches pour mesurer le plus finement possible les caractéristiques et l’évolution de la fécondité illégitime. Á Paris, au cours de la période étudiée, la fécondité illégitime baisse pratiquement au même rythme que la fécondité légitime, alors que dans les communes de banlieue, la fécondité légitime baisse plus sensiblement au cours des dernières décennies du siècle. Pour tenter de distinguer différents types d’illégitimité, l’auteure examine successivement la reconnaissance des enfants naturels (dès la naissance ou plus tardivement), la légitimation par mariage ou la présence paternelle permettant de caractériser l’existence de couples concubins. La dimension géographique est de nouveau prise en considérations, avec une analyse quartier par quartier, puis commune par commune pour les banlieues. Á Paris intra muros les observations sont perturbées par la présence de quelques maternités (centre-est et sud-est) qui reçoivent les femmes non mariées. Les naissances illégitimes sont plus fréquentes dans les quartiers périphériques de l’est, et les pères sont plus souvent présents, ce qui correspond sans doute à une plus forte présence de couples concubins stables. Les banlieues nord présentent plus de naissances illégitimes que les banlieues sud, le concubinage semble plus répandu dans les banlieues est, les femmes seules étant plus nombreuses dans les banlieues ouest. Mais l’auteure souligne que cette géographie est mouvante et les évolutions sont nombreuses, notamment au cours des dernières décennies du siècle. De nouveau, le niveau socio-économique des populations est avancé comme explication de ces contrastes

Le travail d’analyse fourni par Sandré Brée est très solide, et cet ouvrage constitue donc un apport important à la connaissance de l’évolution de la fécondité à Paris et dans ses banlieues au cours du XIXe siècle. L’auteure tire le meilleur parti possible des sources mobilisées qui sont, dans le cas parisien, limitées par la perte d’une partie importante des archives. Et cela constitue probablement la principale limite de cet ouvrage : reposant sur des statistiques agrégées, il fournit un portrait un peu sec et anonyme des populations étudiées. Même dans le dernier chapitre consacré à la fécondité illégitime, l’auteure peine à rendre vivante l’image des couples concubins qu’elle parvient à identifier. On doit donc regretter que d’autres sources n’aient pas été utilisées, au moins ponctuellement, pour mettre un peu d’humain dans cette étude. Il est certes impossible ici de procéder à une « reconstitution des familles » selon le modèle classique de la démographie historique. Mais utiliser des témoignages, des livres de raison, des registres d’entrée et d’accouchement de « filles-mères » dans les maternités, tenter de retracer quelques parcours individuels de femmes ou de couples, étudier en particulier quelques immeubles, aurait sans doute apporté un complément utile et enrichi l’étude. Mais cela aurait évidemment alourdi le travail de recherche, et cet ouvrage, qui, rappelons-le, est issu d’une thèse, est déjà fort précieux.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *