Compte rendu: Nuria Rodríguez Martín, La capital de un sueño. Madrid en el primer tercio del siglo XX, Madrid, Asociación de Historia contemporánea / Centro de Estudios políticos y constitucionales, 2015. (Gautier Garnier).

Nuria Rodríguez Martín, La capital de un sueño. Madrid en el primer tercio del siglo XX, Madrid, Asociación de Historia contemporánea / Centro de Estudios políticos y constitucionales, 2015, 573 pages. (Gautier Garnier).

            L’ouvrage de Nuria Rodríguez Martín, récompensé par le Premio Miguel Artola 2014, complète une lecture quantitativiste de l’histoire urbaine par une approche micro-historique. Son titre est emprunté à un article du Times du 1er mars 1933, « The Capital of Dream » dans lequel les projets gouvernementaux et municipaux pour Madrid étaient présentés. L’emprunt est justifié, non seulement en raison du pouvoir évocateur de la formule, mais surtout parce qu’il fait justice aux projets de transformation, parfois avortés, qui ont émergé au cours de ces trente premières années du XXe siècle.

L’objet du livre est d’étudier le processus de modernisation de Madrid. Le prologue d’Otero Carvajal insiste d’ailleurs sur deux aspects centraux de l’ouvrage : l’observation des différents aspects de la métropolisation de la ville et l’analyse du changement de la structure économique madrilène. La période considérée embrasse les trente premières années du XXe siècle : si 1900 semble avoir été choisie comme une borne symbolique, destinée à synthétiser une grande diversité de dynamiques et de tendances, 1939 sert de terminus, l’installation du régime franquiste allant par bien des aspects à contre-courant du processus de modernisation de la ville, initié au début du XXe siècle. Les décennies 1920 et 1930 sont au cœur de l’étude.

            Le livre est structuré en dix chapitres thématiques allant de la place de Madrid dans l’Europe urbaine de 1900 (chapitre 1) à l’étude de la publicité, du commerce, de la consommation et des loisirs dans la capitale espagnole (chapitres 6 à 9). Les chapitres 2 à 5 traitent des transformations de la ville et de ses habitants. Il est à la fois question des problèmes d’extension de la ville, de développement des réseaux, des évolutions socio-culturelles et du monde du travail. Le chapitre 10 condense le propos du livre : Madrid est devenue une véritable métropole européenne au début des années 1930. Les chapitres 7 et 8 ouvrent des perspectives sur le secteur publicitaire en Espagne en général, qui sont ensuite rapportées au cas madrilène dans le courant du chapitre 8. L’historienne s’appuie sur des sources nombreuses et travaillées de concert : archives municipales, législation, études et projets, articles de presse, romans, productions graphiques et statistiques. On évoquera plus particulièrement trois thèmes présents tout au long de l’ouvrage : l’extension urbaine ; la place de la municipalité dans les transformations de la capitale ; les changements dans les pratiques socio-culturelles des Madrilènes.

            L’extension urbaine est articulée aux enjeux du logement et de la croissance de la population. Dès 1860, un projet d’Ensanche est lancé afin d’ordonner la croissance urbaine. La hausse des loyers consécutive à ces entreprises immobilières de la seconde moitié du XIXe siècle a poussé les populations les plus modestes à investir l’Extrarradio, cet au-delà spontané de l’Ensanche, processus qu’a d’ailleurs récemment étudié Charlotte Vorms dans sa thèse sur La Prosperidad. Il faut attendre 1907 pour que les logements établis dans l’Extrarradio soient pris en compte par la Dirección de Vías Públicas de la municipalité et pour que son directeur, Pedro Núñez Granés, propose un plan d’urbanisation. Ce dernier est accepté, puis laissé de côté, et finalement abandonné au profit d’un concours international organisé en 1929 et chargé d’apporter une réponse au problème. Au même moment, les habitants de ces espaces pétitionnent et s’organisent pour obtenir les services dont bénéficient les autres quartiers, à savoir l’accès à l’eau, à l’électricité et aux transports. Au début des années 1930, sous la Deuxième République, c’est le Ministerio de Obras Públicas qui prend en charge la transformation de la ville avec notamment le projet d’extension du Paseo de la Castellana et la construction d’une Cité universitaire.

Le travail de Nuria R. Martín révèle la complexité des rapports entre État central, municipalité et acteurs privés. Un exemple est particulièrement développé par l’historienne qui pointe les limites des pouvoirs des autorités municipales. Il s’agit de la construction du métro de Madrid. Le gouvernement octroie à la Compañía del Metropolitano la concession pour construire et exploiter le nouveau réseau en 1917. L’Ayuntamiento réagit alors et présente cette concession comme une attaque envers le fuero municipal – droits et prérogatives –  de Madrid. En mars 1922, le maire de Madrid suspend les travaux en cours ; le gouvernement dépêche alors la Guardia civil afin de protéger le chantier ; les édiles, accompagnés de gardes municipaux, se déplacent et font face dans une atmosphère tendue aux gardes civils du gouvernement. Le conflit s’achève par la démission du maire.

L’affirmation du secteur tertiaire et l’émergence d’un secteur industriel concomitants des transformations urbaines ont participé à l’évolution des pratiques socio-culturelles, notamment quotidiennes, des Madrilènes. Le monde des employés se diversifie et la part des cols blancs dans la population active augmente. Étudiant le développement des réseaux de transports, l’historienne décrit le passage d’une walking city à une métropole disposant de nombreux réseaux (tranvías, métro, autobus et taxis) très prisés des habitants. Autre pratique qui retient l’attention de l’auteur, les courses dans les grands magasins ; l’expression ir de compras devient ainsi courante alors même que le centre-ville et notamment le nouvel axe structurant, la Gran Vía, accueille ces nouveaux lieux de la consommation. Les activités de loisir – ocio  – se diversifient et sont pour certaines – le cinématographe, les sports – accessibles à un plus grand nombre de personnes.

            Documents et illustrations ponctuent régulièrement le propos : gravures, photographies, affiches et graphiques. Quelques cartes de Madrid auraient pu être insérées afin de montrer l’extension urbaine et le développement des différents réseaux. Ce livre se révèle donc être une voie utile et fouillée pour comprendre les changements à l’œuvre à Madrid dans les trente premières années du XXe siècle.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *