Compte rendu : Crystel Poinçonnat, Chantal Liaroutzos (sous la direction de), Paris, cartographies littéraires, Le Manuscrit Recherche-Université, 2007 (Mathieu Flonneau)

Crystel Poinçonnat, Chantal Liaroutzos (sous la direction de), Paris, cartographies littéraires, Le Manuscrit Recherche-Université, 2007, 445 p., (Mathieu Flonneau)

 

 

Cet ouvrage est l’édition dans la collection les « Sciences de la Ville », des éditions le Manuscrit, d’un colloque tenu en octobre 2005 à l’Université Paris 7 – Denis Diderot. Les contributions de ce fort volume doté d’une bibliographie courageuse étant donné l’étendue du thème, procèdent a priori du champ disciplinaire de la littérature comparée, intéresseront cependant les historiens de Paris et de la ville en général sensibles nécessairement à la « structure architectonique de la mémoire urbaine » (p. 34). Par lui-même de surcroît, l’ouvrage participe à sa manière à la poésie globale du mythe parisien qu’il est toujours pertinent d’historiciser.

Crystel Poinçonnat, qui s’était intéressé à New York comme « mythe littéraire français » (étude publiée chez Droz en 2001), s’est employée là, comme maîtresse d’œuvre, avec sa collègue Chantal Liaroutzos, à co-diriger une quinzaine d’auteurs en vue d’une réflexion riche de multiples facettes consacrée aux représentations de la capitale française pour lesquelles évidemment l’histoire importe. En la matière, les grands ancêtres intéressés par Paris que sont Walter Benjamin, Pierre Citron, Roger Caillois, Julien Gracq, Eric Hazan ou Karlheinz Stierle (dont le maître-ouvrage Der Mythos von Paris. Zeichen und Bewusstsein der Stadt paru en 1993 à Munich, avait été traduit en français 2001), sont naturellement convoqués dans la « chaîne de lectures et d’écritures » (Stierle) constitutive de l’image de la ville.

Ville en archipel, tout en motifs littéraires juxtaposés empruntés aux auteurs classiques, aux lieux (le métro, etc.) ou bien aux grandes descriptions d’événements historiques (La Commune, la Première Guerre mondiale), Paris ressort de l’ensemble des contributions avec des cartographies diverses et des coordonnées brouillées par les dérives, les déambulations et les déplacements. La mobilité, relevons-le, y sous-tend donc bien des approches suggérées par l’« éloge du déplacement » qui introduit l’ensemble. L’idée et le concept de cartes ressortent bien analysés dans leur application à la ville. En définitive, le livre est riche d’innombrables métaphores satisfaisantes tant pour l’esprit que pour la connaissance poétique de l’urbain. Une réflexion peut enfin être envisagée quant à l’exportation et à la transposition à d’autres villes des pistes d’analyse ici avancées.

 

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.