Compte rendu: María Álvarez Fernández et Soledad Beltrán Suárez, Vivienda, gestión y mercado inmobiliarios en Oviedo en el tránsito de la Edad Media a la modernidad, Universidad del País Vasco, 2015 (Julia Conesa Soriano)

María Álvarez Fernández et Soledad Beltrán SuárezVivienda, gestión y mercado inmobiliarios en Oviedo en el tránsito de la Edad Media a la modernidad, Universidad del País Vasco, 2015, 220 p. (Julia Conesa Soriano)

María Álvarez Fernández et Soledad Beltrán Suárez présentent ici un ouvrage double : la première partie se compose d’une analyse du patrimoine immobilier d’Oviedo à l’extrême fin du XVe siècle et au début du XVIe (p. 11 à 109) ; un volumineux appendice documentaire forme la seconde (p. 109 à 197). Il est constitué de l’édition du document principal autour duquel s’articule l’analyse, reproduit en langue originale (castillan) et intitulé Catedral de Oviedo, listas de propiedades (Archivo Histórico Nacional, Sección Clero, Legajo 5165). L’ouvrage se termine par un index onomastique, toponymique, sociologique et professionnel (p. 198 à 214) qui permet de naviguer au sein du document édité pour y rechercher des informations précises. La partie d’analyse est, pour sa part, illustrée par neuf tableaux, un graphique et dix plans et photographies de bâtisses, visant à éclairer la description des édifices cités par la documentation.

Par son objet d’étude, l’ouvrage s’inscrit dans une longue tradition historiographique espagnole, qui débuta dès la fin des années 1970 et s’intéresse aux patrimoines des chapitres cathédraux médiévaux du royaume de Castille, en mettant l’accent sur l’analyse des structures de la propriété foncière. Si les domaines ruraux ont plus souvent la faveur de ces travaux que les espaces urbains, le chapitre d’Oviedo a déjà fait l’objet de plusieurs publications et constitue un cas d’étude bien balisé et propice à de nouveaux développements[1]. L’ouvrage de María Álvarez Fernández et Soledad Beltrán Suárez apporte donc un complément d’information bienvenu, sans avoir à entrer dans une analyse approfondie des structures de l’établissement et de ses évolutions.

L’objectif des auteures est de dresser un panorama de la morphologie urbaine, de l’architecture et des pratiques d’occupation de l’espace urbain à Oviedo durant les premières années de l’Époque moderne, à partir de la documentation ecclésiastique. L’ouvrage se révèle d’abord utile comme outil méthodologique pour approcher les sources arides et souvent difficiles à appréhender que constituent les documents de comptabilité capitulaire. Son originalité, outre le caractère urbain du patrimoine étudié, réside en ce que, si les sources principales de cette étude sont bien celles qui émanent du chapitre cathédral d’Oviedo entre la fin des années 1490 et 1561, les auteures les mettent en perspective avec d’autres documents : d’une part, ceux émis par les autres seigneuries ecclésiastiques de la ville et, d’autre part, les ordonnances du conseil de la ville entre 1498 et 1530.

La première partie de l’ouvrage présente donc Oviedo aux XVe et XVIe siècles, cité asturienne profondément marquée par des épidémies et des famines. La ville est en outre ravagée par un incendie, la nuit de Noël 1521, dont les auteures s’emploient à mesurer l’impact. Le paysage urbain apparaît en grande partie ruiné, mais la cité demeure attractive pour les immigrants ruraux qui s’installent dans les faubourgs ou les champs alentour. Saturé, l’espace de 11 ha compris à l’intérieur des murailles abrite, lui, les élites ecclésiastiques, nobiliaires et marchandes et les artisans plus modestes.

Le chapitre de la cathédrale de San Salvador constitue le principal propriétaire des biens immobiliers de la cité. De façon secondaire, d’autres seigneuries ecclésiastiques possèdent aussi une part importante du sol urbain depuis le XIIIe siècle : les monastères de San Vicente et San Pelayo et la confrérie religieuse de Santa María de Rey Casto. Les sources émises par ces différentes institutions permettent aux auteures d’évaluer l’ampleur du patrimoine ecclésiastique et en particulier celui du chapitre. Selon les rues, 40 à 70% des immeubles appartiennent ainsi à ce dernier. Or, de longue date, l’établissement administre ce patrimoine à travers un mode de gestion complexe et décentralisé, qui le rend difficile à contrôler. Rappelons que chaque chapitre cathédral dispose d’une organisation administrative qui lui est propre et qu’il n’est pas rare que la gestion des biens fonciers soit fractionnée entre différents offices. On voit à travers cet ouvrage qu’Oviedo n’échappe pas à la règle. Là où le patrimoine capitulaire rural est divisé en partitions administratives destinées à alimenter les prébendes, le patrimoine urbain est, pour une petite partie, entre les mains du « vicaire des maisons » (vicario de las casas) et, pour sa grande majorité, géré par deux entités administratives (les aniversarias et les casas), dont les revenus sont destinés aux rétributions des clercs qui participent au chœur à la cathédrale, aux messes anniversaires, et aux divers autres actes liturgiques. En outre, depuis au moins le début du XVe siècle, l’ensemble de ces biens immobiliers est placé sous le régime de l’emphytéose. Ce mode de gestion dispense alors la cathédrale d’investir dans l’entretien de ses immeubles, délégant cette charge à l’emphytéote contre un cens modique. Néanmoins, le mauvais état de ces biens immobiliers recensés dans les sources montre la faible efficacité de cette stratégie.

Les deux auteures arrivent à la conclusion que, si le chapitre se présente bien comme le principal propriétaire du sol urbain, il reste en réalité passif à l’heure de l’administrer. Il ne constitue qu’un agent économique mineur dans un marché immobilier contrôlé, en réalité, par les détenteurs du patrimoine privé de la cité, que les auteures identifient comme « les particuliers, préférentiellement la bourgeoisie, qui tiraient un réel avantage du négoce des rentes urbaines » (p. 62). Au cours de la réflexion, l’ouvrage opère une distinction entre le patrimoine ecclésiastique, d’une part, et celui de la « bourgeoisie laïque » de l’autre, chacun répondant à des stratégies d’administration différenciées. Au sein de cette bourgeoisie, les auteures auraient pu s’interroger sur l’existence de différences entre un patriciat assis sur la rente foncière et une bourgeoisie négociante plus tournée vers les affaires, ainsi que sur la place de la propriété nobiliaire dans la ville. De même, le profil des tenanciers des baux emphytéotiques et des occupants des diverses habitations présentées aurait mérité plus de précisions. On comprend néanmoins que la nature des sources ne permette pas forcément de telles analyses.

Le second axe de réflexion qui structure l’ouvrage consiste en une description minutieuse de la morphologie urbaine d’Oviedo au tournant du XVIe siècle. Le patrimoine urbain du chapitre se compose essentiellement de maisons, mais également de jardins (huertas), de silos en bois sur pilotis (hórreos), de fours et de boutiques. Les auteures dévoilent une Oviedo densément urbanisée mais composée avant tout de maisons modestes. Les rues sont étroites, l’habitat est majoritairement en bois, d’un seul étage, de taille réduite (16 à 20 m²) et il a subi peu de transformations depuis le XIIIe siècle. Comme ailleurs, la pierre, encore coûteuse à la fin du Moyen Âge, n’est utilisée que pour les maisons des notables, ce qui explique les nombreux incendies. Les auteures mettent ces constats en parallèle avec l’interventionnisme croissant du conseil de la ville sur les espaces publics au début du XVIe siècle : la règlementation de la largeur des rues ou l’établissement de licences pour la construction sont autant de mesures incluses dans un programme de modernisation urbaine qui vise le bien commun de la cité. L’incendie de 1521 apparaît ainsi avant tout, aux yeux des auteures, comme un prétexte utilisé par le conseil de la ville pour demander des subventions à la Couronne et ainsi moderniser Oviedo qui, au long du XVIe siècle, se transforme lentement.

L’ouvrage fournit donc des clés pour exploiter les riches sources capitulaires dans une optique d’histoire urbaine. Dans le même temps, il permet d’approcher l’habitat et la morphologie d’une cité ibérique médiévale et moderne de taille moyenne. On aurait pu souhaiter des analyses plus poussées sur la sociologie des acteurs urbains concernés ainsi que davantage de comparaisons avec d’autres patrimoines canoniaux de l’Occident médiéval : outre l’espace castillan qui est évoqué, des parallèles auraient pu être menés avec la Couronne d’Aragon ou le Portugal, voire le royaume de France ou l’Italie, afin de mettre en valeur les singularités d’Oviedo ou son caractère paradigmatique. Néanmoins, la fragmentation des sources et la dispersion de la bibliographie sur les chapitres cathédraux rendaient sans doute cette tâche difficile à mener. Chevillé à l’étude précise de la documentation, l’ouvrage s’avère au final assez technique et d’une lecture parfois exigeante mais il constitue, de ce fait, un bon outil pour approcher les sources ecclésiastiques, qui, à travers tout l’Occident médiéval, sont bien souvent complexes à traiter à cause de leur profusion et de leur technicité. La minutie des auteures à décrire les biens immobiliers et leurs modes de gestion se révèlent utiles pour comprendre, par comparaison, l’administration des différentes seigneuries capitulaires médiévales d’autres cités et d’autres espaces.

[1] Soledad Suárez Beltrán, El cabildo de la catedral de Oviedo en la Edad Media, Oviedo, Universidad de Oviedo, 1986 ; Francisco Javier Fernández, El señorío del cabildo ovetense. Estructuras agrarias de Asturias en el tardo medievo, Oviedo, 1993 ; María Álvarez Fernández et María Soledad Beltrán Suárez, « Le patrimoine immobilier des chapitres cathédraux. L’exemple de San Salvador d’Oviedo », Histoire Urbaine,  « Patrimoines ecclésiastiques urbains », n°42, 2015, p.15-37 et, sur le pouvoir épiscopal dans la même cité, Juan Ignacio Ruiz de la Peña Solar, et Soledad Beltrán Suárez, « Los orígenes del poder episcopal sobre la ciudad de Oviedo en la Edad Media », En la España medieval, vol.30, 2007, p.65-90.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.