AAC: colloque « La mobilité urbaine. Pratiques, parcours et contextes du XVIIe siècle à aujourd’hui », Marseille 25-26 juin 2018

La mobilité urbaine. Pratiques, parcours et contextes du XVIIe siècle à aujourd’hui
 
Colloque international, Marseille, 25-26 juin 2018 
Institut méditerranéen de recherches avancées (IMéRA)
 
Organisé dans le cadre du programme de recherche Settling in motion (E. Canepari, A*Midex) et du Laboratoire International Associé franco-italien MediterraPolis, le colloque a pour objet la mobilité dans la ville, de l’époque moderne à nos jours.
Depuis toujours, la ville a représenté un pôle d’attraction pour les migrations et, plus généralement, un lieu de mobilité sous toutes ses formes. Plusieurs types de mobilité traversent en effet la ville, et et se diversifient selon la motivation (travail étude, famille, consommation, soins, etc.), la durée ou la fréquence (définitive, temporaire, occasionnelle, quotidienne, etc.), et l’étendue du déplacement, qui peut franchir les frontières d’un État comme se limiter à quelques centaines de mètres.
Le colloque est centré sur la mobilité intraurbaine, c’est-à-dire toutes les formes de déplacement qui ont pour origine et pour destination la ville, quelques soient les raisons et les fréquences de ces mouvements. Ainsi, le colloque a pour objet aussi bien la mobilité résidentielle (changement de domicile) que les déplacements quotidiens, de type pendulaire ou non.
Dans les sciences sociales, le thème de la mobilité intra-urbaine, et notamment de la mobilité résidentielle, a fait l’objet de plusieurs études qui ont étudié son rapport avec le cycle de vie. De leur côté, les études historiques sur les villes du XIXe siècle, et plus rarement du XVIIIe  siècle, ont utilisé la reconstruction longitudinale des trajectoires et l’« event history analysis », grâce à la disponibilité de sources telles que les actes d’état civil, les registres paroissiaux et les listes nominatives. Ces études ont attesté de la grande intensité de la mobilité dans les villes des XVIIIe-XIXe siècles. D’autre part, les registres d’anagrafe et des enquêtes ad hoc ont nourri les analyses les plus récentes.
Dans ce contexte, l’objectif du colloque est d’appréhender la mobilité en ville dans ses relations aux dynamiques sociales et urbaines, en tant que « révélateur des sociétés urbaines », et de « clef » pour en comprendre le fonctionnement[1]. Pour ce faire, on retient une approche centrée à la fois sur les individus et leurs pratiques de mobilité (relations avec le cycle de vie et la biographie) et sur le contexte spatial et historique, en prenant alors en compte, entre autres, l’impact de crises économiques et sociopolitiques et d’événements inattendus qui ont touché l’environnement. Le dialogue entre différentes disciplines scientifiques permettra de saisir des continuités et des ruptures au-delà de la périodisation classique pré-post Révolution industrielle.
Les communications peuvent relever de plusieurs disciplines : histoire, démographie, sociologie, géographie. Les études de cas seront privilégiées, ainsi que les propositions centrées sur la perspective des individus à l’échelle micro. Elles pourront s’inscrire dans les trois axes thématiques suivants :
 
– Biographie, cycle de vie et mobilité
La mobilité urbaine a une intensité variable au cours de la vie des individus. Elle est liée en particulier à certaines phases du cycle de vie et à des évènements « déclencheurs » qui concernent notamment le travail et la famille. Quel est le rôle joué par la mobilité intra-urbaine dans les parcours individuels en ville ? Quels sont les liens avec les dynamiques de mobilité ascendante et, au contraire, de paupérisation ?
 
– Mobilités, immeubles, transformation urbaine
La mobilité résidentielle est liée non seulement au type d’habitation (surface de l’appartement, propriété/location, localisation, etc.) mais aussi aux conditions du marché immobilier. La disponibilité des logements est influencée par l’éventail des prix qui s’y rapportent et par le taux de turn-over qui est à son tour est calculé en fonction de la présence de certaines catégories de population (par exemple les migrants et les jeunes). Enfin, la mobilité est associée à la présence de structures d’accueil résidentielles spécifiques : des auberges du passé jusqu’aux meublés de nos villes d’aujourd’hui.
Cet axe est ainsi centré sur les liens entre la mobilité, l’évolution du marché immobilier et les types d’habitation. La réflexion vise à comprendre le rôle de la mobilité dans la transformation urbaine, alors pensée dans sa dimension matérielle (immeubles).
 
– Parcours au quotidien. Mobilité pendulaire et non résidentielle
Cet axe s’intéresse aux mouvements pendulaires et circulaires, effectués au quotidien ou, au moins, de façon systématique) pour se rendre sur les lieux de travail, ainsi qu’aux autres formes de mobilité qui n’impliquent pas un changement de résidence. Il s’agit de mobilités non systématiques, liées à des activités variées telles que les achats, les soins, le loisir, la restauration, etc. D’un point de vue historique, les déplacements quotidiens dans les villes d’Ancien Régime n’ont guère fait l’objet de recherches : la proximité était-elle vraiment la seule dimension de la vie urbaine ? Quels habitants parcouraient des distances plus importantes ? Et pour quelles raisons ?
 
– Les directrices de la mobilité résidentielle
Les habitants de la ville développent des trajectoires résidentielles qui contribuent parfois à définir et à façonner la transformation socio-économique des différentes portions de l’espace : pensons à des processus tels que la gentrification ou l’urban sprawl. L’étude des trajectoires résidentielles, de leur changement dans le temps et des effets sur la structure de la ville (dense, segmentée, etc.) fera l’objet de ce quatrième axe.
 
Le colloque aura lieu le 25-26 juin 2018 à l’Institut méditerranéen de recherches avancées (IMéRA), Marseille.
 
Modalités de soumission
Nous invitons les participants à envoyer leur proposition (résumé de 300 mots et CV) à eleonora.canepari@univ-amu.fr etm.crisci@irpps.cnr.it
Date limite des propositions : 11 février 2018
Les auteur(e)s de propositions acceptées seront informé(e)s au plus tard le 25 février 2018.
 
Comité scientifique
Renata Ago (DSCR, Università di Roma La Sapienza)
Eleonora Canepari (TELEMMe UMR 7303, CNRS-AMU)
Massimiliano Crisci (IRPPS-CNR)
Giuseppe Gesano (IRPPS-CNR)
Angela Groppi (DSCR, Università di Roma La Sapienza)
Michele Nani (ISSM-CNR)
 
——
 
Moving Around in Town. Practices, Pathways, and Contexts of Intra-Urban Mobility from 1600 to the Present Day
 
International conference, Marseille, 25-26 June 2018
Institut méditerranéen de recherches avancées (IMéRA)
Organized under the research program Settling in Motion (E. Canepari, A*Midex) and the Italian-French Associated LaboratoryMediterraPolis, this conference focuses on urban mobility, from the start of the modern era to the present.
The city has always represented a strong attraction point for migration and, in general, constituted a privileged location for the deployment of human mobility in all its forms.
Mobility types that involve the city as a point of arrival or departure are many and may differ in terms of the underlying reasons (work, study, family, consumption, healthcare, etc.), the duration or frequency (definitive, temporary, occasional, daily, etc.), and in terms of the amplitude of the displacement, which can cross the state boundaries or be limited to a few hundred meters.
This conference looks at intra-urban mobility, that is, all shapes of displacement that have their origin and destination within an urban area, regardless of the reason and the frequency with which they take place. The possible topics of interest include residential mobility, changes in housing, and daily, commuter and non-commuter travellers.
In the social sciences, the theme of residential mobility has been the object of several studies, which bind it firmly to the life cycle. For their part, the studies on modern cities, in particular those based on the longitudinal reconstruction of trajectories and on event history analysis, have highlighted the great internal mobility within cities even in the 18th and 19th centuries. The sources used for such studies are numerous and varied. On the one hand, civil status records, parish registers, and nominal lists have been analysed on a historical basis; on the other, master records and ad hoc surveys have nourished the most recent analyses.
Starting from these premises, the purpose of the call is to explore mobility in the city in relation to social dynamics, as a “detective” element of the functioning of urban societies. To do this, we intend to put in place a centred approach to individuals and their mobility practices on the one hand (life cycle and biography), and the spatial and historical context on the other, considering, for example, the impact of conjunctural shocks such as those caused by an economic crisis and by other unexpected events of an environmental or a socio-political nature. The dialogue between different disciplines will allow to detect continuities and breaks beyond the classic pre- and post-Industrial Revolution periodization.
Submissions can come from different disciplines: from history to demography, from sociology to geography. Study cases and proposals focused on the individual and microanalytic perspective will be of particular interest, which can be included in the following areas of reflection:
 
 Biography, life cycle and mobility
Residential mobility shows a variable intensity throughout individuals’ lives. In particular, numerous studies have highlighted the existence of a clear interrelationship between the change in the place of residence and the occurrence of a series of lifecycle events: from the formation / dissolution of the family, to the changes occurring during the career, education, and work.
What is the role played by intra-urban mobility in individual life paths? And what are the links with ascending or descending social mobility paths?
 Mobility, housing, and urban transformations
Residential mobility is conditioned both by the characteristics of one’s dwellings, and by the housing market conditions. Those who live in a large, owned property have a lesser likelihood of moving than those who occupy a small rented apartment. At the same time, the availability of housing is influenced by the price level and the turnover rates, which in turn are positively correlated with a high share of young people and immigrants among residents. In addition, intra-urban mobility is also linked to the presence of some specific reception facilities, from the inns and taverns of the olden days, to the meublés of today.
At the heart of this axis will be the relationship between residential mobility on the one hand and housing demand / supply and characteristics of the habitats on the other. Reflections will be geared to determining the role of mobility in urban transformation, considered in its material aspect (real estate).
 
 Daily routes. Pendularism and non-residential mobility
This axis collects contributions on daily commuter and circular mobility for work or study purposes, not overlooking however other forms of non-systematic mobility that do not involve a change of residence and may be linked to activities such as shopping, healthcare, fun, meals, etc. From the historical point of view, daily mobility has so far rarely attracted the attention of historians of Ancien Régime: is proximity really, as we tend to believe, the only dimension of intra-urban mobility? Which inhabitants cover the most extensive distances? For what reasons?
 
– Directions of residential mobility
Inside the city, residents develop multiple residential trajectories that sometimes contribute to defining and addressing the socio-economic transformation of different urban areas. Processes such as gentrification or urban sprawl are some of the trends that can affect residential mobility over time, bringing bout alternations that can see the prevalence of opposing territorial routes, centrifugal rather than centripetal, which tend to spread or concentrate, which will produce different, more or less dense, rarefied or unequal cities. Consideration of the distinctive features of urban trajectories, triggering causes, and the impacts generated will be the subject of this axis.
 
Dates and place of the conference : 25-26 June 2018, Institut méditerranéen de recherches avancées (IMéRA), Marseille.
Submission guidelines
Proposals of no more than 300 words and a CV should be sent to eleonora.canepari@univ-amu.fr and m.crisci@irpps.cnr.it.
Deadline: 11 February 2018.
Acceptance of the proposal will be notified by 25 February 2018.
 
Scientific Committee
Renata Ago (DSCR, Università di Roma La Sapienza)
Eleonora Canepari (TELEMMe UMR 7303, CNRS-AMU)
Massimiliano Crisci (IRPPS-CNR)
Giuseppe Gesano (IRPPS-CNR)
Angela Groppi (DSCR, Università di Roma La Sapienza)
Michele Nani (ISSM-CNR)


[1] Pinol 1999, p. 7-15.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *