Compte rendu : Entretiens avec Jean-Philippe Lecat, ministre de la culture et de la communication, 1978-1981, recueillis et présentés par Françoise Mosser, Paris, la Documentation française, 2016, 487 p. (Françoise Hamon)

Entretiens avec Jean-Philippe Lecat, ministre de la culture et de la communication, 1978-1981, recueillis et présentés par Françoise Mosser, Paris, la Documentation française, 2016, 487 p. (Françoise Hamon)

 

Le ministre Lecat bénéficie ici d’un ouvrage qu’on pourrait qualifier de monumental : un monument à la mémoire de ce politique qui fut un historien distingué, spécialiste du Moyen Âge bourguignon. L’éditeur de l’ouvrage, Françoise Mosser qui avait été à la DRAC sous son ministère, a exploité toutes les sources qu’elle pouvait croiser avec les six longs entretiens accordés par le ministre qu’elle a conduits et enregistrés entre 2008 et 2011.

Le résultat est impressionnant : une première partie intitulée « Ego-histoire » (qu’on qualifierait plutôt d’« histoire interne » car rédigée par F. Mosser) ; la période que l’auteur qualifie d’« entre-deux mai » (mai 68 et mai 81) politiquement dirigée par deux grands lecteurs cultivés, Valéry Giscard d’Estaing et Raymond Barre. Les ministres précédents, Jacques Duhamel et Michel Guy notamment, avaient engagé le ministère dans une modernisation post-Malraux : le passage des Maisons de la culture au numérique, du béton au réseaux… C’était aussi « la fin de l’insouciance », le temps de « l’art désenmuré » (Yann Moix, émission de radio 2017), le temps de la rupture culturelle, de la période de mutations, de transition… Autant de clichés. La longue analyse de Françoise Mosser, constituée de huit chapitres thématiques, met en évidence les orientations majeures du ministère et rappelle quels en étaient les moyens d’action, tant matériels qu’humains (rôle du cabinet, des directeurs).

Puis vient la « chair de l’ouvrage » : les six longs « Entretiens » enregistrés trente ans après la période concernée et publiés cinq années après le décès du ministre. Françoise Mosser expose les conditions de ces enregistrements et de leur validation. Pour la publication, elle a fait appel aux sources complémentaires de toutes origines (rapports, bulletins du ministère, presse, agendas du Ministre, émissions, témoignages), et documenté par des notes en bas de pages abondantes et très précises les allusions et évocations de Jean-Philippe Lecat. Les six entretiens ont été conduits de façon très libre, dans un style parlé, et organisés pour la publication en quinze chapitres par secteurs culturels, chacun précédé d’une analyse de Françoise Mosser. Viennent ensuite neuf chapitres de « Témoignages spontanés » de personnalités qui ont été associées à l’action du ministre. Suivent enfin trois chapitres d’« Autres écrits » de Jean-Philippe Lecat, publiés entre 1982 et 2009.

Que retiendra-t-on de cette impressionnante collecte documentaire ? D’abord que le ministère confié à Jean-Philippe Lecat s’était enrichi de la communication, mais avait été amputé de la direction de l’Architecture rattachée au nouveau ministère de l’Environnement confié à Michel d’Ornano. Remaniements significatifs. Le rattachement des Écoles d’Architecture au nouveau ministère semble avoir été un soulagement. Quant au cadeau de la communication, il a beaucoup déçu le ministre qui n’a pu intervenir réellement sur les programmes de télévision ; il observe tristement qu’en 2010, la culture cultivée a laissé place à une pauvre téléréalité.

Quels sont les bons souvenirs du ministre ? Principalement son action sur le patrimoine et la musique. Jean-Philippe Lecat a fondé dès 1978, à son arrivée, la direction du Patrimoine regroupant les Monuments historiques, l’Inventaire, l’Archéologie et l’Ethnologie. L’effort budgétaire a alors porté sur la recherche archéologique, jusqu’alors très mal lotie, et sur la nouvelle sous-direction de l’ethnologie. Il rappelle sa décision de 1978 d’instituer une Année du Patrimoine pour 1980, réussite incontestable qui a mobilisé les institutions nationales et territoriales, et surtout les 16 000 associations de défense des patrimoines (bâti ou immatériel), associations locales ou nationales, générales ou thématiques (ici, évocation nostalgique de l’émission de Pierre de Lagarde, Chefs-d’œuvre en péril). Le ministre rappelle le vote d’un crédit pour le patrimoine rural non protégé, et parallèlement l’intérêt qui s’est étendu aux nouveaux patrimoines : industriel, technique, patrimoine du XXe siècle ; un intérêt qui s’est confirmé au cours des ministères suivants.

Un chapitre très éclairant est consacré aux grands travaux présidentiels, notamment au musée d’Orsay (rappelons que La Villette était sous la responsabilité du ministère de l’Environnement). Également au musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme. Le grand regret du ministre : que le musée de sculptures en plein-air projeté à Noisiel ait été finalement remplacé par Disneyland !

En matière de musique, sa grande satisfaction a été la création d’un Conservatoire national à Lyon. Car l’action régionale a été l’un des axes majeurs de sa politique avec 25 % du budget (cinéma, musique) consacré à l’espace rural, le fameux « quart budgétaire », notamment destiné au Massif central, région jugée la plus culturellement défavorisée.

Jean-Philippe Lecat observe et accompagne l’émergence des industries culturelles. Il évoque les questions d’économie du cinéma, les rapports difficiles avec les Américains (producteurs et acteurs), la question des radios libres que le président Giscard redoutait.

Enfin, il rappelle combien ses origines bourguignonnes l’ont mobilisé pour cette région devenue un site d’expérimentation de sa politique régionale ; comment il y a favorisé la naissance de nouveaux musées, combien il a dû lutter contre ses ennemis politiques (qui ont tué le Festival des Nuits de Bourgogne qui associait si heureusement depuis 1954 musique, théâtre et Monuments historiques). On entre alors dans la politique des politiciens…

Les témoignages spontanés qui suivent n’apportent guère d’éclairage nouveau, sinon des marques d’amitié et de fidélité. En revanche, les textes publiés par Jean-Philippe Lecat après 1981 qui donnent son point de vue sur des questions récemment émergées (par ex. l’ex-futur musée de l’Histoire de France), sont très révélateurs de l’évolution des sensibilités et des interventions culturelles.

Une bibliographie très complète, précise et bien classée complète utilement ce volume riche, mais malheureusement pas du tout illustré.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *