Compte rendu : Boris Bove, Murielle Gaude-Ferragu et Cédric Michon (sous la direction de), Paris, ville de cour (XIIIe-XVIIIe siècle), Rennes, Presses universitaires, 2017 (Eric Hassler)

Boris Bove, Murielle Gaude-Ferragu et Cédric Michon (sous la direction de), Paris, ville de cour (XIIIe-XVIIIe siècle), Rennes, Presses universitaires, 2017, 383 p. (Eric Hassler)

La « Cour et la Ville », ce diptyque a souvent été invoqué par les historiens français de la cour à défaut d’être réellement interrogé. L’étude de l’articulation entre l’institution curiale et son environnement, spatial comme social, n’a guère connu la fortune historiographique qui a été la sienne outre-Rhin, depuis la création de la Residenzen-Kommission de l’Académie de Göttingen au début des années 1990. La réflexion sur la question des capitales de l’espace germanique, au moment où ce dernier retrouvait son unité, avait incité les historiens à se pencher sur le phénomène des villes de résidence princières qui polarisaient le Saint Empire depuis l’époque médiévale. Le terme de ville de résidence, préféré à celui de capitale, permettait d’appréhender le phénomène dans toute son épaisseur, spatiale et politique, mais également économique, sociale, culturelle ou symbolique, et le plus souvent dans une dimension pluridisciplinaire. C’est dans cette optique que le présent ouvrage, qui réunit une bonne part des communications prononcées lors du colloque homonyme (2014), propose d’aborder la question des relations entre la cour et la ville de Paris du milieu du Moyen Âge à la fin de l’Ancien Régime.

Si l’articulation entre la cour et la ville a pu faire l’objet d’études ponctuelles, il n’y avait jusqu’ici aucun ouvrage offrant une réflexion collective sur les modalités d’inscription de la cour de France dans son environnement urbain. Les auteurs ont par ailleurs souhaité y ajouter une dimension comparatiste européenne, en adjoignant quelques études portant sur les cours ibériques ou anglaise. Reflet de la production historique actuelle sur la question, la période tardo-médiévale se taille la part du lion, au détriment de la période moderne qui semble malheureusement toujours tétanisée devant le colosse Versailles sur lequel on publie tant (voire trop), quitte à oublier qu’au delà des grilles du château s’étend une ville de résidence qui n’a guère suscité l’intérêt des historiens depuis les investigations démographiques de Bernard Lepetit.

Le choix de privilégier la notion de « résidence » au détriment de celle de « capitale » s’avère tout à fait judicieux dans la mesure où il permet d’écarter la question du siège administratif pour retenir plutôt le critère de présence curiale. Ce dernier est d’autant plus pertinent que la cour demeure itinérante tout au long de la longue période étudiée, même si les modalités de cette itinérance évoluent vers une rigidification calendaire qui découle de contraintes croissantes (effectifs, cérémonial, exercice de la diplomatie, coût des déplacements…). Le prisme spatial permet aussi de reposer la question, lancinante dans l’ouvrage, de la définition de la cour, ici moins abordée dans sa dimension institutionnelle que comme un faisceau d’agents de natures diverses qui élaborent un espace curial défini par des pratiques économiques, juridiques, sociales ou culturelles. Plus qu’un simple cadre spatial, la ville apparait comme un laboratoire d’élaboration de la cour princière, alors même que cette dernière lui est fondamentalement exogène.

Après avoir été introduit par un cadrage sémantique et historiographique, l’ouvrage est structuré en six axes thématiques qui regroupent les dix-sept contributions : la présence et l’absence de la cour, le logement, l’économie, les représentations, les échanges culturels et enfin l’investissement des gens de cour dans la ville. Bien que nécessaire, ces axes induisent une rigidité dont s’accommodent mal la plupart des contributions qui embrassent souvent plusieurs problématiques et mettent en lumière des apports variés. Citons d’abord la proposition de « région résidence » (B. Bove et C. von Kolk). Il s’agit assurément d’un des apports fondamentaux de l’ouvrage en ce qu’il restitue enfin, à grand renfort de cartes, une vision complète et complexe de la géographie de la cour, tout du moins pour la fin du Moyen Âge et la Renaissance. En tout état de cause, Paris, fondamentalement étape dans un itinéraire, demeure constamment placée en concurrence avec d’autres espaces de résidence, et doit être pensée comme intégrée dans un réseau plutôt que dans une hypothétique position de monopole spatial. Autre apport important de l’ouvrage, une analyse fine des interactions entre la cour et la ville relativise l’hypothèse de l’imperméabilité des deux sphères en montrant la variété des situations et l’inventivité des institutions ou des agents pour formuler des solutions innovantes, dans le cadre du logement (J. Martinez Millan et R. Costa-Gomes) ou de l’approvisionnement (F. Berland, A. Alexandre et J. McEwan). La question de l’influence, voire du mimétisme culturel qui voyait la prépondérance de la cour ou de la ville selon les périodes est également reformulée : M. Bouhaïk-Girones, P. Lemaigre-Gaffier et B. Petey-Girard apportent ainsi des éclairages sur les points de rencontre entre les sociétés curiale et urbaine qui renouvellent l’approche des circulations entre cour et ville. Certaines thématiques apparaissent plus classiques, ainsi la question de l’espace cérémonialisé (M. Chatenet et J. Martinez Millan), de la production artistique (E. Hamon), des clientèles (M. Deldique) ou de la sociabilité (L. Lemarchand). Elles n’en apportent pas moins des éclairages complémentaires fort utiles dans la compréhension globale des relations entre cour et ville. Le phénomène d’appropriation de l’espace urbain par la cour est, dans bien des contributions, assez remarquable, qu’il mette en scène le souverain (G. Fonkenell) ou les courtisans (E. Ozenne, M. Deldique ou F. Berland notamment), avec toutes les résistances que les institutions ou la société urbaine sont capables de déployer pour atténuer le poids de la cour (l’obligation du logement, les impayés…). Et le constat que l’autorité royale peut être maintenue en échec comme le prouve l’inachèvement du complexe palatial du Louvre (G. Fonkenell) ou l’occultation des tensions entre cour et ville au profit d’une vision irénique en total décalage avec la réalité (M. Szkilnik).

La question de l’utilité, voire du caractère indispensable de l’une sur l’autre parachève une très riche conclusion (W. Paravicini et J.-M. Le Gall) qui cherche à mettre en lumière les transversalités des études. Indubitablement, et au-delà des nuances de rigueur, la cour a davantage besoin de la ville que l’inverse, ce que plusieurs études parviennent à démontrer de façon statistique. Ce qui est vrai pour Paris ne l’est cependant pas nécessairement pour d’autres villes. Et c’est sans doute là que réside la limite de la perspective comparatiste proposée par l’ouvrage. En fin de compte, si Madrid, Lisbonne ou Londres apportent des contre-points utiles et éclairants au sein des thématiques qu’elles traitent, on perçoit mal l’apport de ces contributions dans l’économie générale de l’ouvrage, d’autant plus que les configurations politiques et urbaines dont ces cas résultent ne sont pas toujours suffisamment explicités au regard du cas parisien, donnant l’impression de comparer ce qui n’est pas nécessairement comparable. D’autre part, le parti pris d’une longue période, s’il est éminemment stimulant, présente l’inconvénient d’accentuer le morcellement des éclairages, surtout pour une époque moderne sous-représentée. En revanche, certains aspects auraient peut-être mérité de plus amples développements, en particulier les questions juridiques (on pense par exemple aux exemptions ou à la collision de plusieurs régimes judiciaires) ou urbanistiques. Ces quelques écueils et lacunes ne sont que le reflet de l’état actuel de la recherche sur ces thématiques on le voit fort fécondes. Assurément cet ouvrage ne devrait pas être lu comme un bilan, mais plutôt comme la somme stimulante de nouvelles pistes d’investigations.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.