Compte rendu: Oliver Hochadel, Agustí Nieto-Galán (dir.), Barcelona: An Urban History of Science and Modernity, 1888-1929, Routledge, 2016, 258 p. (Celia Miralles Buil)

Oliver Hochadel, Agustí Nieto-Galán (dir.), Barcelona: An Urban History of Science and Modernity, 1888-1929, Routledge, 2016, 258 p. (Celia Miralles Buil)

 

C’est en s’appuyant sur La ville des prodiges, texte littéraire de référence pour l’histoire urbaine barcelonaise, que les auteurs de l’ouvrage Barcelona : An Urban History of Science and Modernity avancent leur thèse principale : l’histoire de Barcelone entre 1888 et 1929 ne peut se comprendre sans tenir compte du rôle de la science (p. 5). La culture scientifique, dont le roman d’Eduardo Mendoza est très empreint, n’a en effet pas fait l’objet d’une attention particulière par les historiens qui se sont intéressés à l’histoire urbaine de la capitale catalane. Pour combler ce vide, cet ouvrage collectif se propose d’esquisser une histoire urbaine des sciences à Barcelone qui prenne aussi en compte la vie quotidienne entre les deux expositions universelles.

Pour mener à bien cette expérience, Oliver Hochadel et Agustí Nieto-Galán, se sont entourés de 16 autres historiens des sciences barcelonais qui jouent le jeu, à des degrés divers, de replacer leurs objets de recherche dans une perspective urbaine. Dans une solide introduction les auteurs resituent leur démarche dans le contexte du urban turn que connait l’histoire des sciences ces dernières années. Mais ils proposent d’en renouveler l’approche, en faisant dialoguer cette nouvelle histoire urbaine des sciences avec un autre champ historiographique relativement nouveau lui-aussi, « l’histoire de la science populaire », qui porte son attention sur les publics de la science, ou les non-experts. En ce sens, c’est une entrée par les acteurs que l’ouvrage entend privilégier, qu’il s’agisse des scientifiques ou « experts », des praticiens hétérodoxes, des amateurs ou bien des divers publics qui tous formulent des visions plurielles de la « modernité urbaine » (p.16).

Le texte s’articule autour de trois grandes parties. La première s’intéresse au contrôle social et politique exercé par une culture scientifique promue par des élites à Barcelone, dans des lieux aussi divers que le Parc de la Ciutadella, situé au cœur de la ville (Hochadel, Valls), le musée Martorell d’histoire naturelle (Aragón, Pardo-Tomás), les cliniques privées dans l’Eixample, le nouveau quartier résidentiel de la bourgeoisie, (Zarzoso, Martínez-Vidal) ou les parcs d’attractions disséminés dans la ville (Sastre-Juan, Valentines). La seconde partie évoque les « résistances » de groupes sociaux, politiques et culturels divers face à cette vision hégémonique de la science. On parle ainsi des anarchistes, protagonistes bien connus de la littérature barcelonaise (Girón-Sierra, Molero-Mesa), des mouvements spiritistes (Balltondre, Graus), pour terminer par une géographie médicale du Barrio Chino, quartier central mais socialement marginalisé (Zarzoso, Pardo-Tomás). La troisième et dernière partie rassemble enfin trois contributions qui s’intéressent aux « interactions » (p.11) entre amateurs et experts autour de l’astronomie (Roca-Rosell, Ruiz-Castell), du développement de la radio (Guzmán, Tabernero) et de la diffusion de l’énergie électrique dans la ville (Ferrán, Nieto-Galán).

Malgré des angles d’attaque différents, les contributions se font largement écho, ce qui est dû en partie à l’important travail collectif préliminaire, qui se ressent dans tout l’ouvrage. Au fil de la lecture, les acteurs se croisent dans l’espace urbain et se tisse un « réseau technologique complexe » (p.19) qui renouvelle l’histoire barcelonaise de plusieurs manières.

L’ouvrage propose d’abord des clés d’analyse pour comprendre l’articulation entre science et politique dans le contexte urbain barcelonais de l’époque. À travers la transformation du Parc de la Ciutadella ou l’évolution des collections du musée des sciences naturelles, les auteurs montrent un processus de « coproduction entre science et nation » (Aragón, Pardo-Tomás p. 65) qui va au-delà d’une simple adaptation des idées politiques dans la culture scientifique. Ces nouvelles et modernes infrastructures culturelles servent notamment à « recruter le citoyen ordinaire » pour le projet de société des concepteurs (Hochadel, Valls, p. 45) et à établir un contrôle social. Mais les contributions témoignent aussi des rapports ambigus et conflictuels entre les experts qui diffusent cette culture scientifique et les publics qui se la réapproprient. Ainsi, dans le domaine de l’astronomie ou de la radio, les amateurs investissent des espaces réservés aux professionnels (Roca-Rosell, Ruiz-Castell et Guzmán, Tabernero). Les anarchistes entendent, quant à eux, faire la science sans les scientifiques en proposant une vision critique qui se développe dans des lieux et par le biais de réseaux autonomes (Girón-Sierra, Molero-Mesa). Ces réseaux scientifiques parallèles permettent l’émergence de nouveaux acteurs sur l’espace social barcelonais, comme c’est le cas des femmes qui trouvent dans les mouvements spiritistes le moyen d’exprimer leurs revendications, notamment anticléricales (Balltondre, Graus).

Un autre apport de l’ouvrage, sur lequel cette recension souhaite revenir, consiste en l’observation de la vie quotidienne. Les contributions, en abordant les espaces fréquentés dans le cadre du temps libre et en s’intéressant à la radio ou à l’électricité qui font de plus en plus partie du quotidien, permettent d’observer autrement des pratiques urbaines quotidiennes. Mais, comme le reconnaissent les auteurs, tenter de percevoir les individus au-delà du rôle qui leur est attribué par les élites culturelles, s’avère une tâche ardue. En effet, si l’ouvrage fait la part belle aux pratiques hétérodoxes et aux amateurs, on se demande souvent qui sont vraiment les publics ordinaires. Au-delà des bérets visibles sur les photos et plusieurs fois évoqués, peu d’informations nous permettent d’appréhender leur inscription dans l’espace social. Sur ce point, l’ouvrage ouvre donc une voie qui reste à explorer.

Enfin, l’ouvrage a le mérite de dessiner une première géographie de la science à Barcelone. Au fil des contributions, apparait le constat d’un espace social fragmenté, qui fait écho aux travaux menés par les historiens de l’urbain sur la même période, et que les auteurs du présent ouvrage ont lu. Le quartier bourgeois de l’Eixample, qui voit l’implantation de cliniques privées (Zarzoso, Martínez-Vidal) contraste avec le Raval/Barrio Chino, théâtre d’une médecine peu conventionnelle. L’inscription spatiale des parcs d’attraction est analysée comme un contre-poids face aux « secondes périphéries », quartiers dans lesquels se retrouve la population la plus précaire de la ville et qui sont aussi les bastions de l’anarchisme (voir les travaux de l’historien José-Luis Oyón, cité par Sastre-Juan, Valentines, p. 95). Les contributions mentionnent également des nouveaux lieux d’expression et de production d’une science hétérodoxe, depuis les bars et écoles indépendantes où se réunissent les libertaires aux trajectoires urbaines des femmes spiritistes, qui s’opposent aux traditionnels lieux de production du savoir scientifique.

L’effort des auteurs pour replacer leurs objets de recherche dans l’espace physique se matérialise également sous d’autres formes qui articulent de manière originale science et ville. Citons par exemple l’attention apportée aux paysages urbains et à leur transformation par l’énergie électrique et la radio (en particulier les antennes) qui rappelle à quel point le quotidien dans la ville est lié à la « modernité scientifique » (Guzmán, Tabernero et Ferrán, Nieto-Galán). Une autre approche originale consiste à retracer les lieux de provenance des objets urbains proposés pour les collections du Musée Martorell (Aragón, Pardo-Tomás, p. 55).

D’une manière plus générale, les travaux présentés s’attachent à diversifier les échelles d’analyse. Celle du bâtiment n’est pas en reste puisque l’architecture des établissements scientifiques construits, qu’il s’agisse des cliniques chirurgicales ou des observatoires astronomiques, fait l’objet de descriptions détaillées. Organisé comme une balade urbaine dans les bas-fonds de la ville, le chapitre 8 (Zarzoso, Pardo-Tomás) suit même une structure multi-scalaire, pour analyser la culture médicale alternative et souterraine qui s’y développe et qui trouve son point d’orgue dans les spectacles anatomiques. Il entre ainsi en profondeur dans le Barrio Chino, faisant de l’espace urbain le sujet principal de l’étude. Le traitement spatial n’est néanmoins pas toujours réalisé de manière uniforme dans l’ouvrage. Au-delà de la localisation des institutions, certaines contributions voient leur rapport à l’urbain quelque peu forcé. Par ailleurs, pour enrichir l’approche urbaine, quelques expériences cartographiques auraient pu être tentées, à partir des informations disponibles dans les travaux des historiens de l’urbain.

Mais on l’aura compris, cet ouvrage se veut surtout être une première approche et n’a pas la prétention d’être exhaustif. Son intérêt réside dans cette brèche qu’il réussit à ouvrir entre histoire urbaine et histoire des sciences. Par ailleurs, l’apport de l’ouvrage va au-delà d’un renouvellement de l’histoire urbaine barcelonaise, il démontre la nécessité de mettre à l’étude les villes supposées « secondaires » quelque peu délaissées par l’historiographie (p. 8). Pour tout cela, l’ouvrage est remarquable, et relève pleinement, et de belle manière, le défi qu’il s’est lancé.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.