Compte rendu : Gérard Funès, De Constantine à Chilly-Mazarin ou 35 ans au service de la ville et de ses habitants, Chilly-Mazarin, chez l’auteur, 2016, 68 p. (Olivier Berger)

Gérard Funès, De Constantine à Chilly-Mazarin ou 35 ans au service de la ville et de ses habitants, Chilly-Mazarin, chez l’auteur, 2016, 68 p. (Olivier Berger)

 

A l’instar de Robert Vizet il y a quelques années[1], Gérard Funès livre ici un témoignage engagé, personnel et passionné, dans lequel il propose un bilan de son action à Chilly-Mazarin et au Conseil général de l’Essonne, faisant le point sur ses réussites, les meilleures comme les moins bonnes, retraçant, en fait, l’ensemble de sa carrière dans cette autobiographie.

L’ouvrage se lit facilement, son plan est simple mais bien organisé. Son auteur, né en 1938 à Alger, essaie de démontrer ce qu’il a pu apporter en tant que maire, avec son équipe, durant plusieurs mandats, dans une ville qui n’avait selon lui pas su faire face à la vague d’urbanisation massive du début des années 1960, en rapport avec la construction de la nouvelle autoroute A6. Il explique que les équipements de la ville n’avaient pas suivi la forte poussée démographique, génératrice de nouvelles demandes dans tous les domaines : culturels, scolaires, sociaux, médicaux, mais aussi dans d’autres secteurs comme les transports. La question de la recherche d’un centre-ville y est traitée, problème de nombreuses communes d’Essonne qui se sont développées sans toujours suivre une planification rigoureuse. Rappelons qu’autrefois, le recours aux urbanistes n’était pas systématique.

Ce livre se veut un témoignage écrit sur le vif, sans références de sources citées, ce qui manque quelque peu pour donner plus de solidité à l’ouvrage, mais son apparence de recueil de souvenirs mis en lien avec la grande histoire de Chilly-Mazarin, semble voulue par l’auteur. En effet, de courts chapitres thématiques partagent ainsi le récit ; ils peuvent aussi se lire à la carte. A la fin de l’ouvrage, une liste non-exhaustive donne les principales réalisations urbanistiques, sociales, scolaires, la croissance démographique, ainsi que les résultats des élections locales avec les pourcentages de voix recueillies par les différents groupes politiques. L’auteur aborde pour la première fois ses années de jeunesse en Algérie, à Constantine, et raconte son admiration pour Albert Camus, laquelle le conduira à donner ce nom à la médiathèque municipale qu’il a voulue en 1985. Il rappelle que Chilly a reçu son lot de rapatriés d’Afrique du Nord, à la suite des indépendances des pays du Maghreb. Quelques photos se glissent à l’intérieur du livre, où l’on  croise des célébrités de la politique et des arts du spectacle passées par Chilly-Mazarin : François Mitterrand, Claude Nougaro, Manu Dibango, entre autres.

Bien entendu, l’histoire locale n’est pas oubliée avec son chapitre, il est de notoriété publique que Gérard Funès s’intéresse beaucoup à ce sujet et qu’il s’est toujours soucié du patrimoine de la ville et de sa préservation (aménagement d’une ZPPAU, travaux au regard des eaux du XVIIe, au pavillon des communs du château, valorisation du vieux cimetière et interventions à l’église, laquelle est actuellement l’objet de grands travaux de restauration). Sous ses mandats, le cachet officiel de la ville portait les armes du Marquis d’Effiat[2], dont les descendants, liés à la famille du cardinal Mazarin, contracteront mariage avec un Grimaldi, d’où les liens conservés de nos jours avec la Principauté de Monaco. Il conclut avec raison : « Cette histoire riche, ce patrimoine riche, appartiennent à tous les habitants de Chilly-Mazarin » (p. 42). Depuis les années 1990, il existe un logo de la ville plus contemporain, reprenant ses initiales sous la forme d’un cœur associé à un pont.

Personne ne sait ce que sera l’avenir de la ville, aussi, sans tenir compte des opinions émises par l’auteur, il faut voir en ce livre la volonté d’un élu de dresser par lui-même son bilan. Gérard Funès est quelqu’un qui a beaucoup travaillé pour la collectivité, et qui souhaitait livrer sa part de vérité, profitant de l’occasion pour rendre hommage à ses anciens camarades disparus, qui ont parcouru avec lui un bout de chemin et ont laissé quelques réalisations.

Sinon, le lecteur pourra y trouver des éléments de réflexion très intéressants sur la manière de gouverner, de travailler et sur le sens d’un engagement, ainsi que des révélations sincères de la part de l’auteur, que l’on aimerait voir plus souvent sous la plume des élus locaux. C’est un titre qui s’ajoutera aux parutions consacrées à l’histoire générale d’une commune qui fut un village agricole célèbre par son seigneur Effiat, devenue une quasi ville nouvelle sans ce statut, ouverte sur l’international par ses jumelages avec une ville malienne et une autre espagnole, par sa proximité avec l’aéroport d’Orly, reliée à la France par l’Autoroute A6 et à la capitale par le RER C (mais déjà, autrefois, avec la ligne de l’Arpajonnais). Seul le temps nous dira ce que Chilly-Mazarin deviendra et si son équilibre urbain, entre espaces verts, zones d’activités, logements collectifs et individuels, perdurera. La municipalité actuelle essaie quant à elle de redéployer des services dans la partie Sud de Chilly afin de la rééquilibrer avec la partie Nord, par la création d’une Mairie annexe et d’une agence postale communale (2017).

La partition géographique des villes par un grand axe de transport (ici l’A6) est toujours un défi lancé à l’audace et à la créativité des maires, comme à Orly, où le centre administratif est installé de part et d’autre de la voie ferrée, enjambée par une passerelle reliant les deux corps de bâtiment, ainsi que l’avait souhaité son maire Gaston Viens (†). L’aménagement de Chilly-Mazarin suscitera lui aussi des solutions toujours plus innovantes, et peut-être d’autres témoignages de ses maires à l’avenir.

[1] Olivier Mayer, Robert Vizet : un parcours citoyen, Pantin, Ed. Le Temps des cerises, 2005, 220 p. Né en 1924, Robert Vizet a été maire de Palaiseau, député et sénateur de l’Essonne ainsi que conseiller général.

[2] L’un de ses fils, instigateur d’un complot contre Louis XIII et Richelieu, s’appelait Cinq-Mars, et non Saint-Mars comme écrit en p. 41.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *