Compte rendu: Anne Montenach, Femmes, pouvoirs et contrebandes dans les Alpes au XVIIIe siècle, Grenoble, PUG, 2017, 317 p. (Clarisse Coulomb)

Anne Montenach Femmes, pouvoirs et contrebandes dans les Alpes au XVIIIe siècle, Grenoble, PUG, 2017, 317 p. (Clarisse Coulomb)

 

A la figure de Mandrin, qui vient immédiatement à l’esprit lorsque l’on pense à la contrebande dans les Alpes au XVIIIe siècle, Anne Montenach préfère opposer les « fourmis », c’est-à-dire les contrebandiers du quotidien, souvent des femmes, parcourant les sentiers de haute montagne, franchissant les cols, quelques livres de sel cachées sous leur tablier ou dans le chargement de leur mule. L’auteure se démarque ainsi de la tradition historiographique, récemment révisée par Michael Kwass qui, à travers les expéditions de Mandrin, étudiait l’essor de la contrebande d’une part comme la conséquence de la mondialisation de la consommation, d’autre part comme une forme de contestation politique, les contrebandiers étant vus comme des héros du peuple – défendant les principes de l’ « économie morale » – et la contrebande interprétée comme une attaque du pouvoir royal au travers de la fiscalité indirecte[1].

Loin de résumer la contrebande à une pratique minoritaire et masculine, celle des bandes de brigands qui défient le pouvoir royal avec le soutien des populations, Anne Montenach met en lumière une pratique ordinaire, et fortement féminisée, qui met en jeu l’ensemble de la société, des marchands jusqu’au peuple, la contrebande n’étant plus interprétée comme une forme de résistance à l’Etat, mais plutôt comme un élément de dialogue entre ce dernier et les communautés locales.

On pourrait donc résumer la démarche de l’auteur au concept d’agency : comment des acteurs sociaux, placés en situation d’infériorité juridique et de marginalité, réussissent-ils à contourner les normes et les institutions pour agir en mettant à profit les marges de manœuvre concédées ? Comme le souligne l’auteure dans l’introduction générale, nourrie de Foucauld, le sujet de son livre est bien la marginalité et les capacités d’action des dominés.

La marginalité géographique puisque l’espace étudié est un espace transfrontalier situé au cœur de l’Europe, compris dans un triangle entre Lyon, Genève et Turin, et marqué en grande partie par la présence de la haute montagne : les Alpes. Anne Montenach se montre ici une digne héritière des travaux classiques de Laurence Fontaine dans un renouvellement de l’approche des communautés de montagne, en particulier du Haut-Dauphiné, qui, loin de constituer des enclaves isolées et miséreuses, sont au contraire reliées à l’économie-monde par les circulations des hommes (les migrations) et des biens (la contrebande).

La marginalité économique : les habitants de cette zone transfrontalière pratiquent, en effet, la contrebande à grande échelle : d’une part, celle du sel – soumis à la gabelle – principalement avec la Savoie – à laquelle la France fournit du sel à son prix de revient et dont les excédents sont ensuite écoulés par les Savoyards en contrebande en Dauphiné ; d’autre part, celle des indiennes, ces toiles de coton « peintes aux Indes » interdites par l’arrêt du 26 octobre 1686, jusqu’en 1759, lourdement taxées ensuite avant d’être à nouveau prohibées en 1785. Elles sont produites principalement à Genève, où les huguenots français ont développé l’indiennage, et sont écoulées à Lyon et Grenoble via les entrepôts de la Savoie. Au-delà des affaires jugées par la célèbre commission de Valence, qui condamna Mandrin à être roué en 1755, le dépouillement des procès du grenier à sel de Briançon ou des douanes de Lyon révèle l’ampleur de ces circulations clandestines dans les villes.

Marginalité sociale : parmi les prévenus, les femmes occupent une place méconnue. C’est sans doute là la dimension la plus neuve du livre. Alors que l’histoire du genre pour la période moderne reste peu développée en France – on est d’ailleurs étonné par l’absence de référence aux travaux pionniers d’Arlette Farge et de Scarlett Beauvalet – Anne Montenach poursuit ici sa recherche sur la part des femmes dans l’économie qu’elle a initié avec ses travaux sur le commerce alimentaire à Lyon[2]. Elle anime, avec Déborah Simonton, un important groupe de recherche européen sur le travail des femmes en ville[3], et elle est coordinatrice au sein de l’équipe Time-US – menée par Manuela Martini – qui a pour objet de reconstituer les rémunérations et les budgets des travailleuses et des travailleurs du textile dans quatre villes industrielles françaises (Paris, Lyon, Marseille et Lille). L’étude de la contrebande lui permet ainsi de tester le concept de « female agency » qui, loin de se réduire à la résistance des femmes aux normes patriarcales ou aux autorités masculines vise à étudier les interactions quotidiennes au cours desquelles les femmes s’accommodent, négocient ou manipulent les règles sociales et les rôles genrés.

L’ouvrage s’organise en deux parties : la première porte sur la contrebande du sel et la seconde sur celle des indiennes.

Dans la première partie, Anne Montenach montre que le faux-saunage est une forme de criminalité économique du pauvre, car c’est une denrée bon marché, qui ne nécessite pas de gros capitaux, et peu rentable à la revente, d’où un pourcentage assez élevé de femmes. Anne Montenach sait se saisir des affaires judiciaires afin de révéler les ressorts d’une micro-économie locale, et les relations qui relient les villageois des hautes vallées avec le marché urbain. Les saisies sont faites surtout au moment où les contrevenants, surtout des femmes, reviennent de la ville de Briançon où elles sont venues vendre quelques marchandises ; elles en profitent pour rapporter discrètement chez elles du sel privilégié. (p. 123) La contrebande féminine relève de deux logiques économiques : soit elle s’intègre dans une stratégie familiale, celle de la pluriactivité, la contrebande étant une source de revenus au même titre que la migration des hommes, l’agriculture, l’élevage ou l’artisanat – le recours aux femmes permettant de moins lourdes peines en cas d’arrestation ; soit, dans le cas des femmes seules – qu’elles soient veuves, célibataires, ou épouses dont les maris travaillent au loin – d’une forme « d’entreprenariat », même modeste : les sociétés de montagne, s’apparentent ainsi aux sociétés littorales dans lesquelles l’absentéisme masculin a parfois été interprété comme une occasion d’affranchissement, voire d’empowerment (prise de pouvoir) des femmes. (p. 158)

Certes, le pouvoir royal lutte contre la contrebande du sel par l’action des brigades, mais Anne Montenach, de manière très originale, montre l’efficacité du lobbying des communautés du Queyras et du Briançonnais : grâce à leur relative autonomie administrative – une organisation en « escartons » dotés d’assemblées élues – ces communautés financent – à grands frais – des députés à Grenoble et Paris qui négocient, avec l’appui de l’intendant du Dauphiné, un privilège sur le sel en 1715, qui sera renouvelé jusqu’en 1789 ! Le pouvoir royal achète ainsi la loyauté de ces populations frontalières. De leur côté, les communautés jouent un « double jeu » : tout en négociant avec le pouvoir, elles tolèrent la contrebande du sel, ressource indispensable à l’économie montagnarde qui est une économie d’élevage. On le voit dans la protection des notables accordée aux prévenus ainsi qu’une certaine forme d’indulgence de la part des juges. La fraude constitue davantage une manière de tirer profit de la frontière fiscale que de la contester (p. 159)

La seconde partie démontre qu’au contraire du faux-saunage, la contrebande des indiennes ne peut être expliquée en termes d’utilité sociale et économique, soupape permettant la survie des plus modestes : en effet, elle nécessite des capitaux élevés. Nous quittons donc la montagne pour aborder la société urbaine : ce sont les marchands bien installés dans les grandes villes qui sont à la tête des réseaux clandestins : tirant parti de la contradiction entre prohibition de l’Etat et désir des consommateurs, ils commandent ces tissus venant de Genève qui inondent Lyon ou Grenoble après avoir transité dans les entrepôts de Savoie ainsi que ceux de la principauté de la Dombes. La contrebande n’est qu’une déclinaison du commerce, dont elle reprend les techniques, y compris le système d’assurance ! Renversant le cliché historiographique de femmes consommatrices d’indiennes, ce produit de luxe rapidement devenu bien de consommation courant, Anne Montenach montre que les femmes sont aussi revendeuses voire productrices. Certes, la répartition des rôles dans la contrebande est très genrée : aux hommes l’introduction des coupons de tissus depuis la frontière, grâce aux bandes armées, leur entrepôt dans les faubourgs puis leur introduction au cœur des villes, malgré le contrôle policier ; aux femmes le commerce et les métiers du textile : quelques-unes se révèlent être de véritables entrepreneuses comme la « grande Jeanne à Grenoble » qui débite des indiennes, d’autres mettent en place des ateliers clandestins.  L’important chapitre six qui analyse les réseaux clandestins urbains et les tentatives souvent vaines de la police pour les démanteler, démontre ainsi que la ville est « le lieu par excellence du contrôle et de son contournement ».

La répression de la contrebande des indiennes est féroce que ce soit des petits acteurs (convoyeurs et receleurs) ou les contrebandiers « de profession », comme Mandrin roué à Valence en 1755 ; en revanche les marchands échappent aux châtiments corporels : les lourdes amendes et interdictions d’exercer qui les frappent sont souvent atténuées, tandis que les élites peuvent parader dans les rues vêtues d’indienne en toute impunité. La contrebande des indiennes offre ainsi un exemple frappant de l’« économie politique des illégalismes » mise en lumière par Michel Foucault : illégalisme populaire des contrebandiers, illégalisme affairiste des marchands, illégalisme des privilégiés, illégalisme du pouvoir lui-même qui assure la bonne marche du système en modérant à l’occasion les peines. Bref, « loin d’être une résistance à l’État du peuple, la contrebande participe aux modalités mêmes du fonctionnement du pouvoir » (p. 283). On l’aura compris, basé sur un nombre impressionnant de sources – administratives, judiciaires et commerciales – écrit dans une langue fluide, et rigoureusement mené, ce livre est une importante contribution à l’histoire économique de l’Europe moderne dont on ne saurait trop recommander la lecture.

[1] Michael Kwass, Louis Mandrin. La mondialisation de la contrebande au siècle des Lumières, Paris, Vendémiaire, 2016, 634 p. [éd. orig. 2014].

[2] Anne Montenach, L’économie du quotidien. Espaces et pratiques du petit commerce alimentaire à Lyon au XVIIe siècle, Grenoble, PUG, 2009.

[3] Deborah Simonton, Anne Montenach (eds), Female Agency in the Urban Economy: Gender in European Towns, 1640-1830, New York, Routledge, 2013.

 


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *