Compte rendu : Pablo Ortego Rico, Poder financiero y gestión tributaria en Castilla: Los agentes fiscales en Toledo y su Reino (1429-1504), Madrid, Instituto de Estudios Fiscales, 2015, 609 p. et un CD-Rom. (Jean-Pierre Molénat)

Pablo Ortego Rico, Poder financiero y gestión tributaria en Castilla: Los agentes fiscales en  Toledo y su Reino (1429-1504), Madrid, Instituto de Estudios Fiscales, 2015, 609 p. et un CD-Rom. (Jean-Pierre Molénat)

Ce livre, aux dimensions en elles-mêmes déjà imposantes, que vient encore accroître la documentation recueillie dans le CD-Rom, résulte de la thèse de doctorat qui fut soutenue à l’Universidad Complutense de Madrid, le 24 juillet 2013, sous la direction du Pr Miguel Ángel Ladedo Quesada. La base en est constituée par la patiente recherche, principalement effectuée aux archives de la Couronne de Castille, conservées au château de Simancas, près de Valladolid (Archivo General de Simancas), et notamment des séries intitulées Escribanía Mayor de Rentas, et Contaduría Mayor de Cuentas, qui recueillent une très abondante documentation du XVe siècle et particulièrement celles du règne des Rois Catholiques, Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille. On peut peut-être exprimer le regret que ne soit pas présentée, en mode d’ouverture, ou en appendice de cette grande œuvre, une présentation, même succincte, de ces fonds, qui serait bien utile pour d’autres chercheurs.

Le système fiscal que la Castille du XVe siècle a reçu en héritage de l’époque antérieure, moins bien documentée mais déjà étudiée par M. A. Ladero Quesada, repose en premier lieu sur l’affermage des impôts, principalement la contribution indirecte de l’alcabala, pesant sur toutes les transactions effectuées dans le royaume, théoriquement au taux de 1/10, mais également l’impôt direct du pedido. En consequence, le thème central de l’ouvrage est constitué de l’étude des financiers, qui prennent en fermage la levée de ces impôts, ainsi que de leur prosopographie, incluant les réseaux qui les relient entre eux notamment par le système des cautions (fianzas), par lesquelles ils se portent garants les uns des autres. Cela donne lieu à une recherche d’histoire autant sociale qu’économique.

Le système alternatif de l’abonnement (encabezamiento) de l’impôt aux municipalités chargées de la perception notamment de l’alcabala, qui se généralisera à l’époque du règne de Charles-Quint, apparaît seulement à la fin de la période envisagée.

En principe, l’étude ne porte que sur une partie limitée du royaume de Castille, qui s’étendait depuis le Pays Basque et la Galice, au nord, jusqu’à l’Andalousie au sud, et ne traite que de l’espace alors désigné comme le « Royaume de Tolède » (Reino de Toledo), correspondant aux actuelles communautés autonomes de Castilla-La Mancha et de Madrid (auparavant et jusqu’aux années 1970, Castilla la Nueva). De fait, la ville même de Tolède, alors le principal centre urbain de l’intérieur péninsulaire, joue un rôle prépondérant dans le système fiscal de cet espace, de par son élite économique, qu’elle soit chrétienne (y compris les juifs plus ou moins récemment convertis), ou juive, comme l’atteste le tableau 14 de la p. 229, avec 124 agents domiciliés à Tolède, sur 175 noms, pour la période 1439-1470).

L’ouvrage est structuré en cinq chapitres. Après une brève introduction (p. 21-27), le premier d’entre eux (p. 29-128) traite des conditions générales du pouvoir financier durant les règnes de Juan II (1406-1454), et Enrique IV (1454-1474). Le deuxième chapitre (p. 127-260) aborde les fermiers (des impôts) et les financiers de Nouvelle Castille pendant ces deux règnes . Le chapitre 3 (p. 261-379) traite des compagnies et des financiers de Nouvelle Castille dans le cadre du développement de grands oligopoles pendant la première partie (1477-1490) du règne d’Isabelle la Catholique (Isabel I). Le chapitre 4 (p. 381-485) étudie l’apogée et de la chute de Rabí Mayr et Luis de Alcalá, dans les années 1490-1494, marquées notamment par l’expulsion des juifs et son impact financier. Le chapitre 5 (p. 487-576) étudie les débuts de l’encabezamiento et les nouveaux circuits de crédit dans les années 1495-1504, soit la fin du règne d’Isabelle la Catholique.

Les conclusions (p. 577-586), commencent par la constatation du fait que l’établissement de solides relations de réciprocité entre la Couronne et les agents financiers constitua, pendant tout le XVe siècle, une des clés qui permirent que le fisc royal vît assurée la permanence de ses structures. Elles se terminent avec l’observation selon laquelle il convient de rechercher dans la dernière décennie du règne d’Isabelle, les origines de la politique fiscale et financière qui sera développée durant une grande partie du XVIe siècle, cette décennie marquant, comme dans l’autres domaines, un point d’inflexion entre groupes de pouvoir et éléments de la société.

L’intérêt principal, et l’aspect le plus innovant de l’ouvrage, est la mise en évidence des réseaux de financiers constitués par les fermiers des impôts de la monarchie castillane, aussi bien les fermiers généraux que les fermiers de détail, en grande majorité castillans, principalement nouveaux-chrétiens (juifs convertis) et juifs – la pénétration du capital financier étranger, qui caractérisera l’époque des Habsbourg, ne s’étant pas encore effectuée.

Mais, curieusement, on constate que n’est pas abordé, ni même seulement évoqué, le gros problème social posé par l’ascendance juive de bien des financiers concernés. Cette ascendance est certes mentionnée pour certains, encore que de façon dubitative, mais non qu’elle fût une réalité généralisée. L’explication d’un tel silence se situe probablement dans le fait qu’au-delà de la documentation financière manipulée pour ce travail, déjà écrasante, le thème nécessiterait une autre recherche, pleine d’embûches, et peut-être impossible à conclure de façon satisfaisante. Mais il nous paraît impossible de n’en pas parler, à voir défiler les noms de ces financiers castillans du XVe siècle, et les réseaux tissés entre eux, alors que le titre de l’ouvrage comporte les « agents financiers ». On ne verra cependant pas là une critique contre un travail impressionnant par sa qualité comme par la quantité de la documentation qu’il traite.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *