Appel à communications: Démobiliser les quartiers populaires Répression, disqualification et cooptation comme stratégies de gouvernement

Démobiliser les quartiers populaires

Répression, disqualification et cooptation 

comme stratégies de gouvernement

 

 

Journée d’étude

Lille, 17 janvier 2019

Organisée par le projet ANR EODIPAR

CERAPS/Université de Lille

 

 

Calendrier

§  Date limite d’envoi des propositions : 6 juillet 2018

§  Réponse : 20 juillet 2018

§  Envoi des papiers : 30 novembre 2018

§  Journée d’étude : 17 janvier 2019

Comité scientifique

Marion Carrel (Université de Lille), Anne Clerval (Université Paris Est), Vanessa Codaccioni (Université Paris 8), Jean-Gabriel Contamin (Université de Lille), Antonio Delfini (Université de Lille), Abdellali Hajjat (Université Paris Nanterre), Fabien Jobard (Centre Marc Bloch), Sumbul Kaya (Université d’Istanbul), Michel Kokoreff (Université Paris 8), Olivier Masclet (Université Paris 3), Julien O’Miel (Université de Lille), Guillaume Roux (Université de Grenoble), Julie Sedel (Université de Strasbourg), Julien Talpin (Université de Lille), Sylvie Tissot (Université Paris 8), Karel Yon (Université de Lille).

Appel à communications

Les quartiers populaires sont marqués par des périodes de mobilisation intenses, une dynamique associative et des formes d’auto-organisation réelles. S’ils ne peuvent être perçus comme des déserts politiques, force est de constater que l’action collective y demeure faible, fragmentée, contrainte (Hajjat, 2008). Différents facteurs peuvent expliquer ce constat, telles les ressources limitées des acteurs, les divisions touchant les groupes mobilisés ou des répertoires d’action parfois désajustés. Les stratégies de répression, de disqualification et de cooptation mises en œuvre par les pouvoirs publics jouent également un rôle décisif. C’est du moins l’hypothèse que voudrait mettre en discussion cette journée d’étude, par la mise en perspective de recherches portant sur le rôle des acteurs publics, des institutions et tout particulièrement de l’Etat, dans la domestication des mobilisations issues des quartiers populaires, en France comme ailleurs dans le monde.

Le sociologue Erik Olin Wright (2017 [2010]) distingue deux formes de répression de l’action collective, qu’il qualifie de « répression despotique et hégémonique ». La seconde a trait à la fabrique du consentement, le façonnement des intérêts, des idées et des aspirations des gouvernés par les médias et les productions culturelles dominantes, quand la première s’appuie plus directement sur l’usage de la violence par les forces de l’ordre ou des stratégies juridiques.  Ces stratégies se manifestent également de façon plus discrète par des formes de « répression à bas bruit », où les gouvernants tentent de contraindre les mobilisations en disqualifiant les acteurs, en les empêchant d’accumuler des ressources matérielles (locaux, subventions, etc.) (Talpin, 2016a), ou en les cooptant via des stratégies clientélistes (Masclet, 2003; Marwell, 2007; Mattina, 2017; Hadj Belgacem, 2016). Se dégage ainsi une sorte infra-politique des dominants (Scott, 2008 [1990])[1], un ensemble de tactiques et de stratégies, souvent cachées ou discrètes, qui visent à contraindre la contestation et les velléités d’action collective. A ce titre, l’observation de ces pratiques de gouvernement demeure une gageur pour les sciences sociales. Un des enjeux de cette journée d’étude est dès lors d’interroger les conditions d’accès – notamment méthodologiques – au texte caché des gouvernants. Si l’observation participante apparaît comme un idéal de ce point de vue, les difficultés d’accès au terrain peuvent requérir d’opter par des voies méthodologiques détournées, via des entretiens, des archives, etc.

Cette journée d’étude portera également son attention sur le rôle des « alliés de l’intérieur », fonctionnaires, membres de l’appareil d’Etat ou des collectivités locales, salarié.e.s de fondations, qui peuvent incarner des relais et des soutiens pour les mouvements sociaux comme pour les chercheurs. Alors que des travaux ont souligné le rôle de ces acteurs dans le devenir des luttes urbaines (Amiot, 1986; Cossart, Talpin, 2015), et se sont plus largement intéressés aux formes de « militantisme institutionnel » (Politix, 2005), une sociologie de l’action publique dissidente reste à faire, tout particulièrement celle qui à trait à l’encadrement et la prise en charge des acteurs faibles et des catégories populaires (services de la politique de la ville, administrations de lutte contre les discriminations, etc.). A rebours d’une perspective homogénéisante qui verrait l’Etat comme un bloc monolithique, il s’agira ici d’étudier les brèches, divisions et contradictions internes qui peuvent constituer des opportunités pour les acteurs contestataires, ainsi que l’ont souligné les approches en terme de « structure des opportunités politiques » (Tarrow, 1994). Plus largement cette journée d’étude visera à interroger le rapport des élu.e.s, des fonctionnaires et des agents de l’Etat à la contestation, à la critique et éventuellement au contre-pouvoir. Quel rapport des élites politiques à la démocratie ces stratégies de gouvernement dessinent-elles ? Dans quelle mesure s’inscrivent-elles dans les formes contemporaines de gouvernementalité (Gourgues, Rui, Topçu, 2013) ?

Un des enjeux de cette journée d’étude est, enfin, d’interroger une éventuelle spécificité du traitement public de l’action collective issue des quartiers populaire. Les tactiques mobilisées par l’Etat et les collectivités locales pour domestiquer ces mobilisations sont-elles spécifiques au regard de ce qu’on peut observer sur d’autres terrains ? Dans quelle mesure la sur-représentation des populations racisé.e.s. et descendant de l’immigration post-coloniale façonne-t-elle les stratégies étatiques ? Alors que des travaux socio-historiques ont souligné les continuités entre les pratiques administratives coloniales et post-coloniales (Blanchard, Bancel, Lemaire, 2005; De Barros, 2005; Laurens, 2009; Blanchard 2011), peut-on également repérer de telles continuités dans la gestion et la répression des mobilisations issues de populations descendant de l’immigration post-coloniale ? Dans quelle mesure l’histoire sociale, urbaine ou politique influence-t-elle ces stratégies de gouvernement, et permet d’expliquer des différences à niveau national ou infranational ? A ce titre, une attention particulière sera apportée aux formes de disqualification des mobilisations des minorités ethnoraciales, afin d’interroger les catégories utilisées dans ce cas.

Si l’étude des dynamiques de contestation suppose une approche relationnelle, nous privilégierons ici les communications centrées sur le rôle et les pratiques des acteurs publics dans la démobilisation des quartiers populaires. Cela tient également à certaines considérations pratiques, cette journée d’étude s’inscrivant dans une manifestation scientifique plus large où d’autres temps seront spécifiquement consacrés à l’analyse des dynamiques de mobilisation issues des quartiers populaires.

Plus de renseignements sur https://demobiliser.sciencesconf.org


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.