Compte rendu : Nicolas Buclet (dir.), Essai d’écologie territoriale. L’exemple d’Aussois en Savoie, Paris, CNRS éditions, 2015. (Stéphane Frioux)

Nicolas Buclet (dir.), Essai d’écologie territoriale. L’exemple d’Aussois en Savoie, Paris, CNRS éditions, 2015, 216 p.  (Stéphane Frioux)

 

Pourquoi rendre compte d’un ouvrage sur une commune rurale dans une revue d’histoire urbaine ? Tout d’abord, certains des intervenants de l’école d’été du CNRS qui s’est tenue en juin 2013 à Aussois et dont est issu l’ouvrage, sont des spécialistes de l’urbain[1]. Ensuite, derrière un travail expérimental d’écologie territoriale, c’est une méthodologie qu’ont voulu tester les organisateurs et participants de cette école – au nombre d’une vingtaine –, méthodologie appliquée à l’échelle d’un petit territoire de Haute-Maurienne, mais reproductible pour un espace urbain. Enfin, la ville apparaît en arrière-plan, parce qu’évidemment le village en question entretient des liens avec les pôles locaux, comme la ville de Modane. Comme l’écrivent les auteurs (p. 31), « Aussois n’est pas une ville (…) est-ce à dire qu’Aussois est à exclure de l’analyse des territoires urbains ? Tout dépend en fait de la période considérée ».

L’ouvrage est divisé en cinq grands chapitres. Le premier présente les méthodologies de l’écologie territoriale, « entre métabolisme et jeux d’acteurs ». Cette démarche repose sur l’analyse de flux de matières au sein d’un territoire considéré comme un organisme avec son métabolisme. Rien ne se perd, tout se transforme, c’est le principe de cette démarche qui a engendré ces dernières années plusieurs travaux d’importance, sur l’agglomération de Vienne et sur la région parisienne notamment[2]. La question des données quantitatives utilisées pour reconstituer un métabolisme territorial est évidemment cruciale. Si les sources contemporaines, comme Eurostat, font l’objet d’une discussion, on aurait apprécié que les documents plus anciens fassent l’objet d’une présentation plus approfondie. L’un des enjeux de la démarche des auteurs est de relier les mesures quantitatives de ce qui circule d’un point de vue matériel et les dynamiques territoriales issues des interactions entre acteurs. Un intéressant exercice d’autocritique (p. 38-41) met en avant le besoin d’historiens, de politistes et de sociologues pour comprendre les dynamiques « micro » et l’analyse des jeux de pouvoir qui structurent le territoire, ainsi que l’intérêt d’associer justement ces acteurs du territoire à la démarche.

Les quatre chapitres suivants correspondent aux travaux de groupes multidisciplinaires qui ont travaillé sur des sous-systèmes : les trajectoires socio-écologiques (chapitre 2), la création de richesses (chapitre 3), le système agro-alimentaire (chapitre 4) et le système énergétique (chap 5). L’historien est plus directement intéressé par le chapitre deux, qui évoque les différentes « trajectoires socio-écologiques » du village d’Aussois depuis le XIXe siècle. Le chapitre 2 donne une lecture du rôle joué par Aussois à l’interface entre la Haute-Maurienne, lieu de pastoralisme, et Modane-Fourneaux, lieu emblématique de l’industrialisation. Les auteurs distinguent 4 périodes socio-écologiques, c’est-à-dire des configurations de relations entre la société et son environnement. Premièrement, une apparente autonomie villageoise, jusqu’en 1860, dans un territoire caractérisé par l’agro-pastoralisme mais également riche en gisements miniers. Deuxièmement, les mutations qui s’opèrent « par l’extérieur » dans les quarante dernières années du XIXe siècle. En particulier, en raison du chemin de fer, vecteur d’une industrialisation et d’une urbanisation liée aux transports, à Modane. Troisième période, des années 1900 à 1960 : le temps d’ « une modernité venue de l’hydroélectricité » mais aussi des migrations de travail, et de la baisse de la population d’Aussois. Enfin, depuis les années 1960, l’ouverture du système villageois se concrétise par la naissance d’une station de ski (1280 lits en 1977) et Aussois n’échappe pas à certains phénomènes comme l’hypertrophie des échanges commerciaux par rapport à la population résidante.

Certaines des mutations sont ensuite étudiées plus en détail dans les chapitres 3 à 5, de façon parfois un peu technique et complexe pour les lecteurs formés plutôt aux humanités, il faut l’avouer. Des propos conclusifs qui soulignent encore une fois les apports et limites de l’écologie territoriale. On retiendra le plaidoyer pour la nécessité de territorialiser (et, nous ajouterons, d’historiciser) « les réflexions sur les enjeux de soutenabilité et de résilience des sociétés humaines face aux défis planétaires » (p. 211).

[1] L’introduction rappelle le rôle d’un projet dirigé par Sabine Barles entre 2009 et 2013 dans le cadre du programme « Villes durables » de l’Agence Nationale de la Recherche.

[2] Travaux coordonnés par Gilles Billen et Sabine Barles sur Paris, par Marina Fischer-Kowalski et Fridolin Krausmann sur Vienne.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.