Compte rendu : Luca Gabbiani (ed.), Urban Life in China (15th-20th centuries). Communities, Institutions, Representations, Paris, École française d’Extrême-Orient, 2016, (Etudes thématiques n°27). (Pascale Girard)

Luca Gabbiani (ed.), Urban Life in China (15th-20th centuries). Communities, Institutions, Representations, Paris, École française d’Extrême-Orient, 2016, (Etudes thématiques  n°27), 360 p. (Pascale Girard)

Quiconque s’est déjà promené dans une ville chinoise, neuve ou ancienne, transformée de fraîche date ou dans le passé, sait bien que les types de sociabilité qui s’y observent sont sensiblement différents de ceux qui caractérisent la vie dans les villages, quelle que soit la nature du peuplement de ces derniers ou leur situation géographique. Ouvert sur des interrogations quant aux évolutions urbaines entre les XVIe et XXe siècles, passant au-delà des habituelles bornes chronologiques qui structurent l’histoire de la Chine, cet ouvrage dirigé par Luca Gabbiani rassemble les actes d’un colloque international qui a réuni les chercheurs de différents pays en décembre 2008 à l’EFEO, à Paris. Les douze communications proposées ici permettent d’entrer dans différentes réalités urbaines, qu’il s’agisse de villes précocement industrielles et négociantes (telles Suzhou ou Huizhou) ou de villes-capitales comme Pékin, abordées par plusieurs études et dans des contextes historiques fort divers. Pour le lecteur non habitué aux travaux sur le monde chinois, les intitulés des communications, les problématiques, les choix de méthode, de paradigmes témoignent d’autant de formations académiques différentes.

Un tel ouvrage présente plusieurs apports notables. Il permet d’abord de saisir les sources disponibles et de se rendre à l’évidence que l’histoire des villes européennes et celle des villes chinoises ne sont pas construites de la même façon. Cette dernière est très tributaire d’une appréhension et d’une vision de la ville élaborée par des intellectuels et des fonctionnaires. Si l’on doit simplifier, ce qu’exige un compte-rendu, deux grands types de matériaux se distinguent pour la période Ming : les monographies et les écrits littéraires. Les monographies, qu’elles soient dédiées à une province ou à une ville, foisonnent d’informations mais ne couvrent pas toutes les mêmes champs thématiques. Quant à la période Qing et à la période républicaine, les sources sont plus variées : outre les matériaux classiques cités précédemment, les sources normatives, judiciaires (recueil de cas), celles du maintien de l’ordre, de l’enregistrement économique… sont utilisées tour à tour par les auteurs du volume. Les modes de traitement de l’information sont nuancés. Lucie Olivova et Wai-yee Li (李惠仪), fournissent ainsi, à propos de la ville de Yangzhou, deux éclairages différents sur ces textes littéraires et leurs modes narratifs. Parmi la documentation plus contemporaine, plusieurs contributions soulignent les effets de sources ; en ce qui concerne les réformes menées à Pékin entre 1901 et 1911, le travail de Luca Gabbiani souligne ainsi l’écart qui existe entre, d’un côté, des transformations urbaines bien documentées, et, d’un autre côté, des continuités urbaines plus difficiles à dénicher pour le chercheur.

Un deuxième mérite de ce livre est l’analyse du commerce de détail et des consommations, éclairés de diverses façons, dans leurs liens avec les modèles impériaux (Joanna Waley-Cohen), dans leurs relations avec le monde de lettrés producteurs des premières publicités aux XVII et XVIIIe siècles (Wu Jen-shu 吳仁恕), dans leurs implications avec des liens sociaux relativement stables (Xavier Paulès). Il est désormais bien connu que les temples attiraient le commerce voire hébergeaient des échoppes. Toutefois l’analyse du commerce aux abords des temples tibétains de Pékin recèle, avec ces élites mongoles, une dimension ethnique et politique (Lai Hui-Min 賴惠敏), l’examen des garants de boutiques à Pékin à l’époque républicaine (Christian Lamouroux) permet de voir émerger deux mondes différents de commerçants tandis que l’approvisionnement en viande envisagé sur une longue période à Pékin (XVIIIe-XXe siècles) révèle les multiples aspects d’une activité dans laquelle se glisse, au fil du temps, une réglementation d’Etat (Ju Xi).

Ce livre est en effet riche d’enseignements concernant les dynamiques sociales et politiques. Siyen Fei aborde la ville de Nanjing à travers les écrits de Gu Qiyuan (顧起元1565-1628) et définit, pour la fin des Ming, le contenu de la notion de gouvernabilité des espaces habités. Lillian M. Li (明珠李) cherche à embrasser, sur le temps long des logiques de développement urbain dans différentes parties du monde : Europe, Chine, Monde musulman. Si les contributions sur le commerce citées ci-dessus ont montré la perméabilité de différents mondes sociaux, plusieurs études revivifient les problématiques autour de la ville comme lieu de pouvoir ainsi que les traditionnelles analyses des fonctions urbaines. L’étude de Jérôme Bourgon fournit ainsi, pour la période Qing, de nombreux exemples d’exécutions publiques tenues en plein marché de Pékin (Caishikou) ou Canton, ce qui, au-delà des photographies fournies en illustration du propos, n’est pas sans soulever des interrogations, notamment en termes de maintien de l’ordre.

Cet ouvrage à la lecture agréable ouvre par conséquent des pistes de travail et de réflexion. D’un point de vue plus général, il pose par exemple la question de la comparaison en histoire, bien que l’introduction semble plutôt vouloir s’en prémunir. Néanmoins, on apprend par exemple au détour d’un paragraphe (p. 156, Lai Hui-Min) que des bureaux officiels de l’État étaient propriétaires de boutiques en ville, ce qui était par exemple interdit dans les institutions de l’Ancien Régime français. On découvre également qu’en Chine certains lettrés se sont « compromis », dirait-on en Europe, avec le monde des marchands, allant jusqu’à se faire embaucher pour faire la réputation, et la fortune, de ces derniers (Wu Jen-shu). Alors, avec quoi comparer ? Chaque fois que l’on compare, en effet, on repère comment une ville a résolu tel ou tel problème (le maintien de l’ordre, l’évacuation de ses déchets industriels etc) et l’on fait ressortir, du même coup, des spécificités. Dans ce volume, les études sur les activités commerciales prises au sens large — puisqu’elle touchent aussi aux maisons de jeux et aux fumeries d’opium (Xavier Paulès) — invitent à s’interroger sur le zonage urbain des activités humaines (marchés alimentaires, industries, prostitution, lieux d’exécution etc). En matière d’histoire des quartiers, pourquoi ne pas comparer avec le Japon de la période Edo ?

Il faut donc saluer ce travail qui ne manquera pas de susciter des discussions.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.