Compte rendu : Vincent Challet (sous la direction de), Aysso es lo comessamen : écritures et mémoires du Montpellier médiéval, Presses universitaires de la Méditerranée, Montpellier, 2017. (Judicaël Petrowiste)

Vincent Challet (sous la direction de), Aysso es lo comessamen : écritures et mémoires du Montpellier médiéval, Presses universitaires de la Méditerranée, Montpellier, 2017, 334 p. (Judicaël Petrowiste)

 

« Aysso es lo comessamen ». C’est la formule qu’emploie un notaire de Montpellier pour signaler les débuts du consulat de la ville, qu’il fait remonter à l’année 1204. Elle est reprise dans le titre de cet ouvrage, qui rassemble pourtant les actes du colloque de clôture du projet « Thalamus », soutenu par l’Agence nationale de la recherche entre 2010 et 2014. Le paradoxe n’est qu’apparent. L’objectif principal de cette vaste entreprise, la mise en ligne d’une édition critique électronique du manuscrit AA9 des Archives municipales de Montpellier, connu sous le nom de Petit Thalamus, était certes en grande partie atteint. Le choix de présenter à l’écran une reproduction numérique de chaque page du registre, associée à la transcription de son contenu original, sa traduction française et un commentaire historique, offrait désormais un accès élargi à ce témoin essentiel de l’histoire de la ville. Elle remplaçait ainsi avantageusement la vieille édition imprimée du Petit Thalamus de 1840, établie sur des bases scientifiques contestables. Mais l’aboutissement de ce chantier ouvrait aussi la voie à de nouveaux travaux sur l’histoire de la ville de Montpellier, de sa société et de son gouvernement municipal. Un « comessamen » dont souhaite rendre compte la vingtaine de contributions rassemblées dans l’ouvrage.

Ce livre constitue donc un complément à l’édition électronique du Petit Thalamus (http://thalamus.huma-num.fr) et au riche contenu scientifique qui l’accompagne sur internet (introductions historique et linguistique de Vincent Challet et d’Hervé Lieutard ; présentation des Thalami montpelliérains par Pierre Chastang). Il s’ouvre d’ailleurs sur une description de ce projet d’édition numérique, à maints égards exemplaire, et des choix techniques opérés pour permettre la mise en ligne du contenu du Petit Thalamus et l’accès d’un public varié à ce dernier (Florence Clavaud). Choix parfois complexes, car il a fallu tenir compte des multiples variantes présentes dans les divers Thalami aujourd’hui éparpillés dans différents dépôts à Bruxelles, à Paris et en Languedoc. Ces registres témoignent de la richesse de l’histoire documentaire du consulat médiéval de Montpellier, reconstituée avec précision par Pierre Chastang. Dès les années 1220-1230, la commune se dote d’un premier livre, connu sous le nom de Grand Thalamus, dans lequel elle fait copier ses titres fondamentaux (coutumes de 1204-1205, privilèges, statuts municipaux et autres actes liés au fonctionnement du gouvernement urbain). Il comprend aussi des fastes consulaires qui s’enrichissent de mentions annalistiques de plus en plus détaillées au fil des décennies. À ce registre initial, complété vers 1250 d’un second Grand Thalamus auquel ne fut donné aucun prolongement, s’ajoute à partir des années 1260 une série de Petits Thalami – huit ont été retrouvés à ce jour – caractérisés par leur format réduit et l’usage de la langue occitane. Ils reprennent, traduits, l’essentiel des textes contenus dans le Grand Thalamus, « qui établissent la communauté urbaine dans sa mémoire et dans son droit » (Pierre Chastang).

C’est sur ces deux derniers aspects que portent la plupart des contributions à l’ouvrage. La mémoire, d’abord. Les Thalami montpelliérains constituent un bel exemple de ces « documents-monuments » qui permettent à une communauté urbaine instituée – l’universitas des habitants – de se construire une mémoire ainsi qu’une identité collective. D’une part car ils ont été conçus pour servir de réceptacles aux privilèges et libertés de la ville, rendre compte de leur importance et de leur ancienneté, et souligner la légitimité du gouvernement municipal et l’efficacité de son action au service du bien commun. En cela, ils constituent un signe tangible de l’existence de l’universitas, au même titre que le sceau communal. On s’explique donc le soin généralement porté à leur réalisation, mais aussi à leur ornementation, étudiée par Béatrice Beys, qui fait de certains exemplaires des manuscrits de prestige. D’autre part car les Thalami ont eu pour vocation dès leur origine de consigner année après année la liste des consuls ainsi que les événements ayant marqué la vie de la communauté. Cette fonction mémorielle n’eut de cesse de s’amplifier au fil des XIIIe-XIVe siècles, au point de donner lieu à une véritable chronique urbaine en langue occitane. C’est un des éléments qui a justifié la décision de bâtir l’édition électronique du Petit Thalamus à partir du manuscrit AA9 conservé aux Archives municipales de Montpellier : réalisé à partir de 1315-1320, il reprend le contenu des Thalami antérieurs, désormais clos, et prolonge la chronique des événements jusqu’au XVe siècle, lui donnant un caractère d’histoire officielle, préparée sous l’égide du consulat. Une histoire qui s’avère par conséquent étroitement subordonnée aux enjeux du moment. Vincent Challet montre comment la dernière version de la chronique romane – celle du manuscrit AA9 – « lisse » ou passe carrément sous silence les épisodes les plus conflictuels de l’histoire du consulat au XIIIe siècle, évoqués dans les textes antérieurs. L’objectif est bien de présenter une image apaisée de la communauté. Il est à cet égard symptomatique que les grandes inflexions dans la façon dont le consulat produit sa propre histoire soient corrélées aux évolutions socio-politiques de la ville. Le passage du latin à l’occitan, en 1260, est une réponse au déclin de l’autonomie municipale au profit des rois d’Aragon : ce « surinvestissement linguistique » promeut un des ferments de l’identité montpelliéraine face à la langue administrative de la monarchie. L’ampleur croissante des récits insérés dans les Thalami à partir des années 1280, qui finissent par s’apparenter selon Vincent Challet à de véritables « Grandes chroniques de Languedoc » dans la seconde moitié du XIVe siècle, rend compte de l’intégration de Montpellier au royaume de France et de sa volonté de disputer à Toulouse le statut de chef de file des États de la province. Au XVIe siècle, les « bricolages » qui permettent la continuation d’une chronique urbaine de plus en plus aseptisée, sanctionnent finalement l’épuisement d’un idéal communautaire remis en cause par les guerres de Religion (Marc Conesa et Stéphane Durand). On comprend par conséquent le traitement très inégal que la chronique montpelliéraine réserve aux événements contemporains, qu’illustre Daniel Le Blévec en s’intéressant à l’évocation de la papauté d’Avignon dans le Petit Thalamus : ses récits, parfois très laconiques, parfois détaillés à l’extrême, relèvent d’abord « d’une vision locale, municipale, consulaire, des réalités du temps ».

Dans la tradition des libri iurium, les Thalami de Montpellier ont toutefois aussi pour vocation de rassembler les instruments du droit local (coutumes et établissements municipaux) et de les mettre au service des consuls et des officiers appelés au gouvernement de la communauté. Cette dimension pratique explique l’apparition des Petits Thalami au format plus adapté à un maniement quotidien, dans lesquels se repèrent encore les traces de cette utilisation régulière (manicules pointant certains passages du texte, commentaires ajoutés en marge). Montpellier constitua dès la seconde moitié du XIIe siècle un important centre d’enseignement de la science juridique, marqué notamment par la figure de Placentin, qui joua un rôle non négligeable dans la diffusion du droit romain en Languedoc. La forte pénétration du droit romain en ville s’observe notamment en matière pénale, à travers le développement de la procédure inquisitoire et de l’arbitrium judicis que les textes copiés dans les Thalami permettent de suivre au XIIIe siècle (Jean-Marie Carbasse). Ils montrent également la capacité des juristes montpelliérains à adapter le droit aux réalités locales et à leur évolution. L’interdiction du prêt à intérêt par l’Église, difficilement applicable dans une ville qui fondait sa prospérité sur les activités marchandes, est ainsi contournée par les coutumes de 1204-1205 qui autorisent le recours aux sûretés réelles sous la forme du mort-gage – remise au créancier d’un bien en gage dont les revenus, non déduits du montant de la dette, équivalent au versement d’un intérêt (Maïté Ferret-Lesné). Les onze établissements promulgués par le consulat entre 1227 et 1413 en matière de législation somptuaire, étudiés par Yves Mausen, témoignent quant à eux d’un durcissement progressif de la répression du luxe privé et public. Elle atteint sa plus grande sévérité dans les années 1366-1368, ce qui ne saurait être étranger aux bouleversements économiques et sociaux induits par l’irruption de la peste et de la guerre à Montpellier. De façon plus générale, il faut là aussi souligner la promotion à partir des années 1260 de l’occitan comme langue de l’administration et du droit, capable de rivaliser avec le latin (Hervé Lieutard). En cela, la production normative traduite et copiée dans les Petits Thalami témoigne d’un véritable âge d’or de la langue occitane, en liaison avec la production littéraire et lyrique contemporaine (Gilda Caiti-Russo).

La place centrale du Petit Thalamus dans le dispositif mémoriel du consulat montpelliérain explique son importante postérité. Claire Torreilles rappelle son exploitation régulière par les érudits des XVIIe-XVIIIe siècles, parfois de façon indirecte : Joseph Vaissete utilise une traduction française de la chronique romane lorsqu’il rédige sa célèbre Histoire générale de Languedoc. Mais ce n’est que dans le contexte propice des années 1830, parfaitement restitué dans les articles de Pierre-Joan Bernard et de Philippe Martel, qu’émerge un projet d’édition de ce document. Il répond à l’intérêt nouveau que suscite le Moyen Âge, autour notamment de la question de la naissance des « démocraties bourgeoises » médiévales, relayé au niveau de l’État par François Guizot et au niveau régional par les premières sociétés savantes, intérêt qui se conjugue à l’attrait des milieux érudits méridionaux pour l’ancienne langue occitane. Il revint à la nouvelle Société archéologique de Montpellier de mener entre 1836 et 1840 cette publication, véritable « lieu de mémoire pour la ville » (Philippe Martel) qu’est venu remplacer l’édition électronique mise en ligne en 2014. L’aboutissement de cette dernière entreprise, tout comme la publication qui fait l’objet de cette recension, témoigne de la fertilité du travail sur un document tel que le Petit Thalamus dans une approche pluridisciplinaire associant archivistes, historiens médiévistes et modernistes, historiens du droit, historiens de l’art, spécialistes de la littérature occitane et de sociolinguistique. La multiplication de telles initiatives permettrait de nourrir des démarches comparatives qui sont suggérées, à défaut d’être véritablement effectives, au travers des quatre articles qui terminent l’ouvrage, consacrés à Barcelone (Stefano Cingolani, Tomàs de Montagut), aux statuts lombards (Claudia Storti) et à Sienne, où la rédaction du Caleffo dell’Assunta, dans les années 1334-1336, participe également d’un ambitieux projet politique, ici destiné à valoriser la conquête récente de la Maremme aux dépens de l’ennemi pisan (Alma Poloni). Ces études viennent souligner la vitalité des recherches actuelles sur l’écrit municipal dans les pays de la Méditerranée occidentale des derniers siècles médiévaux[1], dans lesquelles la ville de Montpellier, qui avait déjà bénéficié il y a peu d’une enquête approfondie[2], occupe désormais une place toute particulière.

[1] On signalera notamment le programme « Statuts, écritures et pratiques sociales », qui a déjà donné lieu à plusieurs publications : dossier Codicologie et langage de la norme dans les statuts de la Méditerranée occidentale à la fin du Moyen Âge (XIIe-XVe siècles). Mélanges de l’École française de Rome, 126-2, 2014 ; Didier Lett (sous la direction de), La confection des statuts dans les sociétés de l’Europe méditerranéennes de l’Occident (XIIe-XVe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2017 ; idem (sous la direction de), Statuts communaux et circulations documentaires dans les sociétés de l’Europe méditerranéennes de l’Occident (XIIe-XVe siècles), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018. Voir aussi la thèse récente de François Otchakowsky-Laurens, La vie politique à Marseille sous la domination angevine (1348-1385), Rome, École française de Rome, 2018.

[2] Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.