Compte rendu : Léopold Migeotte, Les finances des cités grecques aux périodes classique et hellénistique, Paris, Les Belles Lettres, 2014, 770 p. ; Véronique Chankowski et Denis Rousset (sous la direction de), « À propos des Finances des cités grecques de L. Migeotte », Topoi 20/2, 2015, p. 339-494 (Virginie Mathé).

Léopold Migeotte, Les finances des cités grecques aux périodes classique et hellénistique, Paris, Les Belles Lettres, 2014, 770 p. ; Véronique Chankowski et Denis Rousset (sous la direction de), « À propos des Finances des cités grecques de L. Migeotte », Topoi 20/2, 2015, p. 339-494 (Virginie Mathé).

 

Migeotte offre ici une vue d’ensemble des finances des cités grecques, sujet qui, après avoir suscité des études au début du xxe s., n’était apparu qu’incidemment dans les écrits des historiens de l’économie antique. Ce livre constitue l’aboutissement des recherches de l’auteur et compte d’emblée parmi les ouvrages de référence. Les actes de la table ronde organisée par V. Chankowski et D. Rousset à Lyon en 2015 en soulignent la force : cette somme dresse un état des lieux exhaustif de la documentation du ve au ier s. av. J.-C. et des travaux antérieurs et propose une vision renouvelée de l’organisation financière des cités ; elle engage aussi à la réflexion.

            Après avoir présenté les objectifs de l’ouvrage et les sources disponibles (des textes de genres divers et surtout des documents officiels gravés sur la pierre), L. Migeotte relève dans le 1er chapitre les traits particuliers de la cité grecque et analyse les rares théories antiques de la gestion financière. Le 2e chapitre est consacré à l’administration des finances : institutions, planification des dépenses, contrôle des hommes maniant les fonds publics, pratiques comptables, rôle des banques, modalités de la perception des revenus et notamment des taxes, octroi de l’exemption de celles-ci. Les 3e et 4e chapitres traitent successivement des ressources et des dépenses. Biens-fonds et biens meubles, fonds de réserve et crédit, impôts et taxes, contributions individuelles et ressources moins régulières formaient « une véritable panoplie » (p. 355) de ressources utilisées dans des proportions variables selon les cités, tandis que les dépenses touchaient aux cultes, à la construction et à l’entretien des édifices sacrés et publics, à la défense et à la guerre, au fonctionnement politique et aux redevances aux puissances extérieures. Athènes et Délos ayant laissé une documentation considérable font l’objet chacune d’un chapitre qui reprend l’organisation générale de l’ouvrage. À chaque étape, une conclusion rappelle les acquis de l’enquête.

            Comme dans L’emprunt public dans les cités grecques (1984), Les souscriptions publiques dans les cités grecques (1992) et les nombreux articles de L. Migeotte réunis désormais dans les deux volumes d’Économie et finances publiques des cités grecques (2010-2015), l’auteur livre une leçon de méthode. Sans rejeter les débats théoriques, il réaffirme la primauté de l’établissement et de l’examen du corpus documentaire dans l’élaboration de la réflexion ; sans renoncer à la synthèse, il invite à la prudence dans la généralisation des résultats. Bien que le livre n’en prenne pas la forme, il peut être utilisé comme un recueil de sources que des index très clairs permettent de retrouver facilement.

Migeotte s’oppose aux images désormais dépassées de cités antiques gérant leurs ressources et leurs dépenses de manière incohérente. Il ne minore pas le caractère sommaire de la conceptualisation grecque de la gestion des finances publiques, qui se résume à deux principes : viser à la réduction des dépenses et à l’augmentation des revenus, ne pas dépenser plus qu’on ne peut percevoir. Si le premier point ne semble pas avoir guidé en réalité l’action des administrateurs, le second a été effectivement appliqué, car, soumis à la reddition des comptes, ils ont fait preuve d’une grande prudence. Cela n’autorise pas à porter un jugement négatif, fondé explicitement ou non sur la comparaison avec d’autres périodes ou sur des modèles préétablis. Il faut au contraire souligner l’originalité des cités grecques. Dans ces démocraties directes, le peuple, restreint certes à un petit groupe, mais au fait des techniques financières et comptables, exerçait un contrôle constant. Les contributions des plus riches, perçues bien plus souvent comme l’expression d’un dévouement civique que comme une charge, offraient une grande souplesse pour équilibrer les finances. L’imbrication du sacré et du politique impliquait que les cités avaient un large droit de gestion sur les biens des dieux, sans pouvoir agir pour autant comme s’il s’agissait de biens publics. La question financière touche aux autres domaines de la vie en communauté : non seulement les finances publiques permettaient de subvenir aux besoins que les Grecs considéraient comme relevant du commun (on notera l’absence de la santé, de l’éducation et de l’emploi) et leur gestion avait des répercussions économiques, mais leurs principes d’organisation et leur fonctionnement quotidien relevaient aussi du politique, du juridique et de l’éthique. L. Migeotte insiste ainsi régulièrement sur les implications sociales des décisions financières prises par l’assemblée des citoyens et du poids grandissant des notables à partir du iie s. av. J.-C. Au-delà de cette évolution, du perfectionnement et de la complexification de la gestion et des variantes locales, les pratiques financières ne différaient pas beaucoup d’une cité à l’autre, entre le ve s. et le ier av. J.-C., ce qui justifie une approche synchronique.

——–

            Les sept communications réunies par V. Chankowski et D. Rousset sont autant « à propos des Finances des cités grecques » qu’autour ou à partir du livre. J. Davies en fait une lecture critique en s’appuyant sur la sociologie et l’anthropologie de l’économie et s’interroge sur la permanence et la diffusion du système présenté par L. Migeotte. En partant du cas thasien, O. Picard conclut que le monnayage et les institutions financières s’influencent réciproquement et relèvent de l’histoire politique de la cité. D. Rousset apporte une nouvelle contribution à l’important débat sur la place des fonds sacrés dans les finances des cités : dans quelle mesure étaient-ils distingués juridiquement des fonds publics ? Pour lui, « les divinités sont des sujets de droit dans le ressort institutionnel et dans la dépendance juridique de la cité » et « les biens sacrés […] sont par la cité et dans la cité placés en position de ‘réserves’ » (p. 391). P. J. Rhodes revient sur l’administration financière d’Athènes de l’époque archaïque à l’époque hellénistique et sur les ressources et les dépenses de cette cité exceptionnelle par sa taille, ses ambitions internationales et la précocité de son organisation démocratique. Se demandant si les finances des cités d’Asie mineure constituent un cas particulier et les replaçant dans le domaine plus large de l’économie, A. V. Walser souligne qu’il y avait plus de différences entre les anciennes cités de la côte occidentale et celles de l’intérieur fondées à partir du ive s. qu’entre les premières et celles du bassin égéen. V. Chankowski examine les textes relatifs aux finances des cités grecques des premiers siècles de notre ère et montre que le discours du pouvoir impérial romain accusant les Grecs d’incurie et de malhonnêteté reflète sa volonté d’imposer une nouvelle organisation financière : en imposant de recourir le moins possible au crédit, de flécher strictement des postes de dépenses, d’exiger davantage des contributions des notables, Rome fit perdre toute souplesse au système grec et cela constituerait, malgré l’apparence de continuité administrative, une rupture fondamentale. Reprenant un parallèle évoqué par L. Migeotte dans son 1er chapitre, D. Menjot propose de poser le regard sur les finances des villes de l’Occident à la fin du Moyen-Âge : il attire l’attention sur l’établissement progressif des systèmes fiscaux et sur les pratiques du prélèvement, sur les conséquences fiscales, politiques et sociales du fort endettement des villes, sur le poids écrasant du remboursement de la dette et de la défense dans les dépenses, pour revenir sur l’importance politique de l’impôt direct.

            Suivant ainsi les pistes tracées dans l’ouvrage de L. Migeotte, ouvrant de nouveaux chemins thématiques, géographiques ou chronologiques et suggérant d’explorer le monde des finances publiques à d’autres échelles (Comment s’intègrent-elles par exemple dans les ensembles plus vastes des confédérations et des royaumes ? Quels liens entretiennent-elles avec les finances des associations et des particuliers ?), le dossier se clôt par une réponse de L. Migeotte à chacun de ses collègues, ce qui lui permet de réaffirmer les éléments principaux de son raisonnement et offre au lecteur la possibilité de mesurer à quel point la recherche progresse grâce à de telles synthèses issues d’un travail personnel long et érudit et à de telles discussions franches et amicales.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.