Résumé de thèse : Serge Dewel, Addis Abäba (1886-1966), Construction d’une nouvelle capitale pour une ancienne nation souveraine

ADDIS ABÄBA (Éthiopie) 1886–1966
Construction d’une nouvelle capitale pour une ancienne nation souveraine

Serge DEWEL

Thèse de doctorat
Mention « Histoire, sociétés & civilisations »

Sous la direction de Mmes Taline TER MINASSIAN et Delombera NEGGA, à l’INALCO Université Sorbonne Paris-Cité (ED 265, ea 4513), soutenue le 24 novembre 2017

L’ouverture du canal de Suez, en 1869, et une présence européenne accrue sur le continent africain au lendemain de la conférence de Berlin (1886) — épisode qualifié de ruée vers l’Afrique — ont considérablement modifié le contexte politique sur les périphéries éthiopiennes. Tout en luttant farouchement pour conserver son indépendance, l’Éthiopie agrandissait considérablement son territoire au cours du dernier tiers du XIXe siècle. À force de conquêtes, une région de montagnes et de prairies, jusqu’alors aux marges méridionales de l’espace national, se retrouva au centre du pays défini par de nouvelles frontières. C’est là qu’est née Addis Abäba vers 1886, d’abord simple kätäma (camp royal) et base logistique pour les conquêtes militaires, avant de devenir un « carrefour du monde ».

Ainsi, à l’orée du XXe siècle, plusieurs défis majeurs s’imposaient à l’Éthiopie, dont la défense de l’indépendance n’était pas le moindre. Parmi les puissances qui avaient pris pied dans la Corne de l’Afrique, l’Italie représentait la principale menace. Récemment unifiée et entrée dans la course aux colonies, elle ne pouvait plus qu’espérer s’implanter en Tripolitaine et Cyrénaïque au nord, et dans la Corne de l’Afrique. Le 1er janvier 1890 fut fondée la Colonia Eritrea, résultat des premières implantations. En vertu des accords de la conférence de Berlin, une puissance coloniale pouvait disposer de l’hinterland au départ du littoral sur lequel elle était établie et, dans le cas de l’Italie, c’est l’Éthiopie qui était concernée. Un frein définitif aux visées italiennes fut opposé par les Éthiopiens lors de leur victoire à la bataille d’Adwa, en 1896. L’indépendance assurée, il restait alors à faire reconnaître la souveraineté éthiopienne sur un ensemble de territoires estimés « éthiopiens » par le roi des rois d’Éthiopie.

Un autre défi d’importance capitale pour le pouvoir politique central, au cours de la dernière décennie du XXe siècle, fut sa reconnaissance dans les régions assujetties à la couronne du roi des rois. Les solutions apportées à ces deux problèmes, et leurs conséquences, concoururent à l’urbanification du camp impérial ; lequel se mua progressivement en capitale, puis en ville.

L’objectif de cette thèse est une mise en lumière du rôle moteur, exercé par la volonté de reconnaissance de la souveraineté nationale, dans le processus particulier de fondation et de pérennisation de la capitale éthiopienne, ainsi que dans son développement au cours du XXe siècle. Les grandes phases de croissance d’Addis Abäba ne peuvent être comprises qu’à l’aune du contexte international, alors que la souveraineté et l’indépendance éthiopiennes étaient menacées. Dans ces moments particuliers, le pouvoir a mis la ville en scène, en la développant et en la dotant d’un patrimoine architectural et monumental. Pour cela, il puisa dans le temps long de l’histoire éthiopienne, dans l’attachement à la chrétienté éthiopienne — la religion Täwahǝdo — et dans le mythe national du Kǝbrä Nägäst. Les règnes et régimes successifs ont adopté une même rhétorique urbaine et bâtisseuse, jusqu’au XXIe siècle.

Jusqu’à l’annonce officielle en juin 2017 de l’existence d’un fond d’archives impériales conservées dans l’ancien gǝbbi d’Addis Abäba, et dont on ne connaît pas encore la teneur réelle, l’histoire de la ville ne pouvait s’écrire qu’avec des documents exogènes et des témoignages (éthiopiens ou étrangers), ainsi qu’avec les archives diplomatiques. Cette quasi-absence d’archives disponibles, pour la période antérieure aux années 1950, fut palliée par le recours aux photographies, rassemblées en un corpus hybride d’un millier de photographies et de cartes postales anciennes.

Les échantillons iconographiques les plus anciens combinés aux premiers témoignages concernant Addis Abäba ont révélé un portrait de la ville, entre 1886 (sa date officielle de fondation) et 1916 (le coup d’État du ras Täfäri). Ces vingt années constituent la période s’écoulant depuis l’implantation d’un camp impérial, le kätäma de Menilek, jusqu’à sa mutation progressive en ville curiale. En effet, pendant cette période, Addis Abäba se développait autour de la cour. C’est depuis le palais de Menilek qu’Addis Abäba était alors administrée, à l’image des camps impériaux de jadis. Addis Abäba, par ailleurs, n’avait pas de vocation pérenne ; des circonstances nouvelles, liées au grand désenclavement du monde du XIXe siècle, ont forcé les souverains éthiopiens à la sédentarisation, rompant avec la tradition nomade du pouvoir. C’est au cours de la période suivante, de 1916 à 1936 (donc de l’arrivée au pouvoir de Täfäri jusqu’à l’occupation italienne), qu’Addis Abäba fut progressivement détachée du palais et de la cour et qu’elle acquit ses propres institutions, la transformant ainsi en capitale d’un État avec son administration et son financement autonomes.

La construction de la ville s’est faite par étapes, ou plus précisément par phases. Une ligne de faîte, dans la construction de la ville, s’est clairement mise en évidence : la préoccupation de l’Éthiopie pour sa souveraineté et l’indépendance nationales. Addis Abäba a vécu quatre temps principaux de construction monumentale. La première phase de développement de la ville est l’immédiat après 1896 et la victoire éthiopienne contre l’Italie à Adwa ; la deuxième phase culmine lors du couronnement impérial de Haylä-Sellasé, en 1930, apogée de la reconnaissance de sa souveraineté après l’admission de l’Éthiopie à la Société des Nations en 1923 ; la troisième phase couvre la période de 1955 à 1966, correspondant à la fondation de la capitale du panafricanisme en 1963, sur fond d’annexion de l’ancienne colonie d’Érythrée en 1962, après dix ans de fédération. C’est avec l’entrée de l’Éthiopie dans l’an 2000 de son calendrier (en 2007-2008 du calendrier grégorien) qu’une quatrième phase de construction s’est ouverte sans être achevée à ce jour.

La parenthèse italienne, de 1936 à 1941, ne compte pas pour une phase de développement, ainsi que je l’ai démontré, car aucune modification notoire n’a alors été apportée à l’organisation urbaine et le style architectural moderniste, préconisé par les autorités fascistes, était déjà arrivé en Éthiopie avant 1935. L’innovation fut alors l’introduction du plan directeur.

Chacun des temps de construction est donc centré sur un contexte historique particulier dans lequel il apparaît que la souveraineté de l’Éthiopie était en question : la première guerre italo-éthiopienne de 1895-1896 ; l’admission de l’Éthiopie à la SDN en 1923 comme garantie de son indépendance ; le retour de l’Érythrée dans le giron de la mère patrie et le rôle panafricain de la capitale autour de 1960.

D’autre part, en chacune de ces périodes déterminantes pour la souveraineté, la cohésion nationale — et donc le processus de construction — vivait, elle aussi, un moment critique.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.