Programme de séminaire: Histoire critique de l’architecture


Histoire critique de l’architecture

1er et 3e mercredis du mois de 17 h à 20 h (salle 2, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2018 au 20 mars 2019.

Organisateurs : Pascal Dubourg Glatigny et Jérôme Bazin

Après avoir examiné les questions de géographie de l’art (2015-2016) puis la présence de la conflictualité en art (2016-2017) et les rapports entre les arts et les sciences humaines (2017-2018), nous continuerons notre réflexion sur la pratique critique en nous concentrant cette année sur l’architecture, un domaine marqué par un éclatement des démarches historiques qu’elles soient plus attentives aux aspects artistiques et formels, aux enjeux constructifs et techniques ou encore aux conditions sociales et politiques. La convergence des approches permet l’émergence d’un espace critique dont nous explorerons la possibilité.

Quatre questions interrogeant le travail de l’historien seront notamment abordées : le sens d’une histoire sociale de l’architecture, les compétences des acteurs de l’architecture, l’utilité des notions de centre et périphérie, le rôle de l’expérience personnelle de l’espace dans le discours historique.

Bloc 1 : Une histoire sociale de l’architecture ?

Alors que l’histoire sociale de l’art visuel possède une longue tradition, l’histoire de l’architecture est restée en retrait de ces développements. La question des rapports entre le bâti et le pouvoir, entre les édifices et la société, entre la construction et la mobilité des populations a jusqu’à présent été principalement traitée par les études d’histoire urbaine qui relèguent l’apparence visuelle des édifices au second plan. Comment conjuguer aujourd’hui ces approches et réintégrer la monographie architecturale dans la complexité de ces contextes ?

Séance 1 (7 novembre) 

avec Emilie d’Orgeix (EPHE) et Catherine Saliou (Paris8 et EPHE-PSL)

Séance 2 (21 novembre)

avec Robert Carvais (CNRS) et Colin Debuiche (université de Rennes)

Bloc 2 : L’exercice de l’architecture

L’histoire de l’architecture assigne habituellement les édifices à un architecte ; elle sous-estime souvent le caractère collectif de la réalisation architecturale et tend à négliger les édifices qui ne sont pas attribuables. Quelle figure désigne-t-on par le qualificatif d’architecte ? Quelle place occupe-t-il dans la réalisation effective de l’édifice ? Peut-on identifier et isoler ses actions ? Comment travailler sur ceux qui n’appartiennent pas à la catégorie professionnelle d’architecte mais exercent l’architecture  ?

Séance 3. (5 décembre)

avec Alexandre Cojannot (Archives Nationales) et Valérie Nègre (université Paris I)

Séance 4. (19 décembre)

avec Thibault Bechini (université Paris I), Guy Lambert (ENSA Belleville) et Virginie Mathé (Université Paris-Est Créteil)

Bloc 3 : Centre et périphérie : des notions pertinentes pour l’histoire de l’architecture ?

Fondé sur des considérations géométriques, le projet architectural accorde à la notion de centralité un caractère fondateur ; depuis l’édifice, elle s’est étendue au dessin des villes et à l’organisation du territoire. On prend cependant conscience de plus en plus des configurations multipolaires qui relativisent la portée d’une analyse opérant une hiérarchie entre centres et périphéries. Dans quelle mesure les catégories de centre et périphérie nous permettent-elles d’aborder les configurations complexes de la création architecturale ? Qu’éclairent-elles véritablement ?

Séance 5 (6 février).

avec Elisabeth Essaïan (ENSA Belleville) et Emilie d’Orgeix (EPHE).

Séance 6 (20 février).

avec Carmen Popescu (Ecole d’architecture de Rennes)

Bloc 4 : L’historien de l’architecture face à son expérience personnelle

Dans la recherche sur l’histoire de l’architecture, un moment particulier est celui de l’expérience des lieux sur lesquels travaille l’historien et dont il possède une connaissance préalable façonnée par des plans, des images et divers textes. Si l’édifice, malgré les mutations subies par le passage du temps, constitue un document historique primaire, l’historien de l’architecture a la particularité d’être dans son objet, de le parcourir, de l’éprouver. Cette expérience fait prendre conscience de la dimension proprement spatiale, si évidente et pourtant si souvent négligée ou difficile à transmettre. Quels outils employer (dessin, relevé, photographie, mapping…) pour intégrer cette expérience à un savoir historique ? Comment tenir compte des diverses transformations, parfois radicales, qu’a connues un bâtiment ?

Séance  7 (6 mars).

avec Elitza Dulguerova (université Paris I)

Séance 8 (20 mars).

avec Jean-Jacques Malmary (IRAA – université d’Aix-Marseille) et Nicolas Moucheront (IUAV-EHESS)


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.