Compte rendu : François Otchakovsky-Laurens, La vie politique à Marseille sous la domination angevine (1348-1385), Rome, École Française de Rome, 2017 (Vincent Challet)


S’inscrivant dans la lignée des travaux les plus récents consacrés à la scripturalité et aux gouvernements urbains de l’Occident médiéval, l’ouvrage de François Otchakovsky-Laurens nous invite à plonger au cœur des registres de délibérations marseillais afin de mieux « comprendre les enjeux qui se nouent autour de l’assemblée délibérante » (p. 2), tout en se gardant de « la mythification du passé communal » (p. 7) si bien que c’est d’abord et avant tout au prisme de la scripturalité qu’est abordée la vie politique marseillaise. En dépit de la précocité de la documentation de la cité phocéenne – dont les plus anciens registres datent de 1318-1319 – l’auteur a choisi de démarrer son étude en 1348, année qui correspond à « une stabilisation dans le modèle documentaire délibératif marseillais » (p. 12), à l’unification juridique de la ville par l’union de la ville haute et de la ville basse et au début de la guerre des sénéchaux au cours de laquelle Marseille fait, à l’encontre du reste de la Provence, le choix d’une fidélité politique à la reine Jeanne. Si bien que « les années 1348-1351 peuvent être caractérisées par une crise multiforme et par une conjoncture politique et institutionnelle durable, qui met en jeu les rapports de pouvoir aux échelles locale, provençale et à celle de la souveraineté angevine » (p. 13). De même, décide-t-il de la poursuivre jusqu’à la guerre de l’Union d’Aix et sa conclusion en 1385, autre période pendant laquelle Marseille, par fidélité à la dynastie angevine, se trouve en porte-à-faux avec les positions provençales. Plutôt que de se livrer à une étude exhaustive des registres de délibérations conservés, l’auteur fait « le choix heuristique des périodes de crise », parfaitement justifié dans le sens où ces périodes de crise sont aussi celles qui offrent à l’historien le meilleur poste d’observation pour appréhender les réalités vivantes d’une assemblée délibérative.

              Conscient du fait que l’historien doit « saisir la source du point de vue de son fonctionnement et de sa logique propre » (p. 23), l’auteur se livre tout d’abord à une étude codicologique des registres de délibérations, constitués de cahiers séparés conservés pendant un certain temps sans reliure selon un mode de composition relativement souple, l’ensemble témoignant de « la malléabilité de l’outil, sur lequel les responsables de l’enregistrement peuvent intervenir à plusieurs reprises, en fonction des nécessités » (p. 34). Il démontre à quel point les pratiques documentaires sont liées à l’institution qui les produit et la manière dont elles interfèrent sur la composition des registres : s’appuyant sur l’exemple d’une délibération d’avril 1349 prévoyant la mise en place d’une taille exceptionnelle reposant sur l’ensemble des habitants mais cancellée en raison de l’opposition du conseil de ville, l’auteur met en exergue le fait que l’enregistrement des délibérations était préparé avant la tenue du conseil, mais que ce dernier pouvait faire annuler des décisions qui avaient été consignées. Ces registres n’ont donc rien d’intangible mais font l’objet de recompositions permanentes tout en demeurant des outils de référence et un instrument politique entre les mains du conseil. L’évolution de leur forme témoigne également d’une dimension d’expérimentation allant vers une plus grande maniabilité et adaptabilité, les plus anciens registres possédant une forme figée sur laquelle il était impossible de revenir. L’analyse du vocabulaire permet également de mettre au jour le regard que porte l’institution sur elle-même ou, du moins, celui qu’elle entend enregistrer. Faute d’autonomie politique réelle, Marseille ne se désigne que très rarement par le terme de commune mais lui préfère celui d’universitas et le conseil, qui se pense et se construit comme le lieu essentiel de l’interaction entre élites locales et officiers royaux, désigne son activité principale comme étant celle de réformer. De tels registres ont tendance à effacer l’oralité des débats en dépit de l’enregistrement exceptionnel d’avis contradictoires ; du fait d’une normalisation juridique qui passe par l’usage du latin au détriment du vernaculaire, l’oralité ne nous parvient que par le filtre d’un écrit qui ne se soucie de consigner que ce qui peut être utile à l’acte de gouvernement : « Les registres sont bien un miroir des enjeux du gouvernement de la ville, qui se nouent autour de l’assemblée » (p. 92).

              L’auteur entre ensuite dans le cœur de son analyse, à savoir le fonctionnement de l’assemblée dans un contexte de crise pour le pouvoir angevin. Ceci offre à Marseille d’intéressantes opportunités politiques à commencer par la réaffirmation de son statut de « terre adjacente » à la Provence qui se construit dans une fidélité constante à la couronne et qui fait de la ville, dans la deuxième moitié du XIVe siècle, le meilleur soutien de la dynastie angevine dans une Provence qui ne lui est guère favorable. Ce statut revendiqué de « terre adjacente » permet en outre à Marseille de se tenir à l’écart des États de Provence si bien que la crise d’autorité de la monarchie angevine favorise la revendication marseillaise d’une relation d’immédiateté avec le souverain. Or, précisément, tout le propos de l’auteur est de montrer comment les crises successives vont permettre à l’universitas de regagner progressivement, par le biais de l’assemblée, des parcelles d’autorité perdues dès les années 1240 au profit de la tutelle comtale puis royale sans jamais pour autant remettre en cause la réalité de cette tutelle. Pour y parvenir, l’auteur montre que, réuni à partir de 1348 à voix de trompe et son de cloche non plus dans le palais comtal mais dans l’hôpital du Saint-Esprit – changement de lieu qui réinscrit l’assemblée dans un espace lié à la confrérie du Saint-Esprit qui fut à l’origine de l’émancipation communale –, le conseil de ville existe dans l’espace urbain par la publicité sonore qu’il donne à ses réunions auxquelles les citoyens paraissent avoir la possibilité – pour le moins théorique – d’assister. Affirmation sonore et politique que viennent prolonger tant les criées que les rares parlements généraux ou les cérémonies publiques sans que l’on puisse véritablement y mesurer la participation réelle de la population. Les tensions des temps de crise provoquent une inflation de l’activité épistolaire qui, à elle seule, est susceptible de provoquer des réunions du conseil. Il en est ainsi de la vérification des lettres de nomination des officiers royaux laquelle constitue un enjeu essentiel au moment de la guerre des sénéchaux. Leur enregistrement – ou leur refus – devient une arme politique entre les mains du conseil : « le temps de l’épistolaire est un temps du politique » (p. 171). Certes l’auteur admet-il que les registres de délibération ne sont guère le meilleur observatoire des crises dans la mesure où ils « agissent comme un filtre retenant ce qui est de l’ordre du politique, dans le champ d’action du gouvernement de la ville et de ses habitants » (p. 192). Si bien que, par exemple, la peste de 1348 est quasi totalement absente des délibérations puisqu’elle ne participe pas d’une structuration du politique. Mais, si l’événement se laisse difficilement appréhender à travers une telle source, la situation de crise conduit à un élargissement des initiatives du gouvernement urbain qui n’hésite pas à recourir, le cas échéant, à des transgressions institutionnelles telles que l’auto-convocation en l’absence des officiers royaux compétents.

              Si étudier le fonctionnement d’une telle assemblée en l’absence de listes de présence – particularité des registres marseillais – est chose malaisée, l’auteur parvient toutefois à identifier 371 conseillers entre 1348 et 1385 et montre que ni le viguier royal, ni l’officier comtal de tutelle ne prennent une part très active aux délibérations, leurs interventions se limitant le plus souvent à une approbation. Ceci d’autant que la crise fragilise leur légitimité politique face aux membres d’un conseil qui joue de sa pérennité face à des officiers fréquemment renouvelés, tout en recherchant la légalité institutionnelle apportée par ces officiers. Tout ceci va dans le sens d’un renforcement de l’autonomie du conseil : « La période critique du conflit des sénéchaux est celle de ces formes radicales de transaction et de rapports de force entre les officiers de tutelle et le conseil, qui mettent en évidence l’existence autonome de l’universitas marseillaise » (p. 246). L’auteur voit dans le fonctionnement de l’assemblée un modèle relativement souple et interprète l’absence de listes de présence comme un choix politique découlant d’une volonté délibérée de ne pas contrôler l’assiduité des conseillers en même temps qu’un contournement de la règle du quorum. C’est sous ce même rapport de la souplesse que l’auteur envisage la composition du conseil. S’il dégage un noyau dirigeant de 46 conseillers clairement identifiés alors que 45% des conseillers ne sont mentionnés qu’une seule fois, il se refuse pourtant à y voir le signe d’une domination oligarchique, préférant à l’inverse souligner la capacité du conseil à intégrer des membres de milieux plus diversifiés, à y appeler, en fonction de l’ordre du jour, des citoyens qui peuvent être de simples hommes de métier et, enfin, à recevoir des suppliques.

Sans doute conviendrait-il d’être plus prudent en ce qui concerne l’élargissement social du conseil, qui reste limité en comparaison de certains conseils languedociens. D’autant que l’argument de la souplesse institutionnelle est à double tranchant : elle permet certes d’appeler des citoyens en conseil mais aussi, le cas échéant, de ne pas tenir compte de leur avis, faute d’une prise en compte institutionnelle de leur voix. La souplesse invoquée pourrait donc n’être, au final, qu’une ruse oligarchique destinée à masquer en partie une domination bien réelle. L’étude des pratiques de l’assemblée incite à une telle prudence puisque les séances sont préparées par les syndics et un conseil secret de 28 membres, préparation qui explique « l’apparente fluidité dans la conduite des débats » (p. 308) mais laisse peu de place à une discussion libre, même si l’analyse détaillée d’une séance – celle du 19 novembre 1348 – témoigne que les conseillers n’avalisent pas toujours ce qui leur est présenté. Les registres marseillais, cependant, ne consignent pas – sauf exception notable – la teneur de discussions totalement exclues de la mémoire écrite de l’institution alors même que certaines pratiques laissent transparaître la réalité des débats et l’existence de dissensus au sein de l’assemblée. Ainsi en va-t-il de l’utilisation avérée de tablettes noires et blanches (ou de jetons circulaires) pour le comptage des voix, l’obligation de prendre la parole à une tribune présente dans la salle du conseil et l’interdiction de parler entre soi qui est faite aux conseillers. Se dégagerait ainsi l’image d’une assemblée consensuelle assurant la coexistence en son sein de membres des deux grandes factions rivales – Vivaud versus Jérusalem – qui s’affrontent pourtant les armes à la main dans les rues de la cité, le 22 juillet 1351. Le conseil de ville serait au final le lieu de dépassement des tensions internes des élites urbaines, dépassement qui imposerait l’unanimité comme mode de fonctionnement et expliquerait la nécessité impérative du consensus. Considérant que ce conseil est bien représentatif de la population marseillaise – ce qu’il conviendrait de nuancer –, l’auteur discerne dans ses pratiques l’émergence, à l’échelle urbaine, d’une véritable société politique, ce qui n’est sans doute pas faux à condition de l’entendre au sens de Raymond Cazelles, à savoir une société restreinte d’un point de vue social. Mais, à partir des seuls registres de délibération, les indices d’une représentativité du conseil urbain ne paraissent guère décisifs et, pour la démontrer, il eût fallu sonder en profondeur la société marseillaise.

              En revanche, l’auteur n’est jamais aussi convaincant que lorsqu’il s’aventure sur des sentes juridiques pour détailler l’utilisation que fait le conseil du Livre des Statuts qui constitue le cartulaire général du droit institutionnel de l’universitas, document évolutif et amendable par sédimentation successive de couches de textes normatifs. Étudiant la question des serments prêtés par les officiers comtaux, l’auteur montre comment ils furent considérés comme créateurs d’un ordre politique et de stabilité et comment s’élabora une « culture du serment » (p. 409) mettant en scène tout autant une relation de domination qu’un consentement collectif émanant des habitants. L’usage systématique d’une protestatio préventive à l’encontre des officiers de tutelle à l’occasion de leur entrée en charge témoigne de la manière dont Marseille sut utiliser ces serments comme des armes dirigées contre le pouvoir angevin jusqu’à s’ériger en « crypto-commune » (p. 420) et la ville put même instituer ses propres officiers, ce qu’atteste la création en mars 1349 d’une commission de la guerre composée de douze membres, censée répondre à un problème circonstanciel mais qui s’institutionnalise jusqu’à générer ses propres registres de comptabilité, posséder un notaire dédié et même un lieu de réunion spécifique. Ainsi, l’universitas parvient à générer sa propre normativité et profite d’une situation de crise pour gagner en autonomie et construire une légitimité de gouvernement reposant sur des chaînes d’écriture et la production d’un écrit davantage juridique que mémoriel dont, au fond, les registres de délibération sont à la fois le centre et le pilier : l’autonomie urbaine se glisse dans les interstices du droit.

              Au final, et en dépit d’un titre un peu trompeur puisque l’ouvrage n’envisage la vie politique qu’au seul prisme de la scripturalité, il convient de souligner à quel point François Otchakovsky-Laurens renouvelle notre approche des registres de délibérations en en démontant les logiques de constitution et de rédaction et en remontant, à partir d’eux, à l’assemblée qui en est à l’origine et se situe au point de convergence entre une oralité moins corsetée qu’elle ne paraît à première vue et une production documentaire conçue comme un outil de gouvernement urbain. Une belle leçon de méthode dont les conclusions mériteraient d’être mesurées à l’aune d’une comparaison avec d’autres villes du Midi français.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.