Appel à communication. Colloque « Activité historienne et appartenance urbaine en Europe et dans les mondes islamiques, du XIIIe au XVIIIe siècle »


Appel à communications

*Colloque Activité historienne et appartenance urbaine en Europe et dans les mondes islamiques, du XIIIe au XVIIIe siècle.*

*17-18 octobre 2019*

Ce colloque vise à appréhender toute la gamme des socialisations 
possibles de l’activité d’écrire sur le passé dans les villes des 
sociétés médiévales et modernes, tant en Europe que dans les mondes 
islamiques. On entend ici, en effet, l’activité historienne au sens 
large : chroniques, histoires de villes, de sanctuaires, de monuments, 
notations dans des registres de villes ou de communautés, livres de 
famille italiens ou allemands, journaux individuels, généalogies, 
mémoires, inscriptions sur des monuments pérennes ou éphémères, en somme 
tout écrit fixant un récit du passé, à partir du moment où s’y trouve 
engagé un rapport à la ville. Il faut y inclure aussi les pratiques 
d’archivage et les pratiques de collection qui peuvent accompagner la 
réalisation d’écrits sur le passé.

Lors du colloque, on voudrait conjoindre dans l’analyse les histoires 
patentées et bien d’autres écrits dans lesquels on trouve des récits 
historiques – mais qui ne se présentent pas obligatoirement comme tels. 
On s’intéressera du reste tout particulièrement, dans ces écrits, aux 
modalités de définitions de l’activité historienne, à ses procédures de 
légitimation, ainsi qu’à la mobilisation éventuelle, qu’elle soit 
implicite ou explicite, d’autres travaux historiques. L’élargissement du 
spectre des écrits pris en compte rend possible l’observation de la 
circulation des textes, des références, des modèles au sein même de 
l’espace urbain, sans présupposer que cette circulation se ramène à la 
diffusion de pratiques savantes à d’autres éléments du corps social.

Depuis une quarantaine d’années et les propositions fondatrices de Roger 
Chartier et Armando Petrucci, les historiens ne cessent de mettre en 
lumière combien les sociétés urbaines à partir du Moyen-Âge ont été 
modelées par une culture écrite qui imprime sa marque aussi bien sur 
l’organisation politique que sur la vie économique, sociale et 
culturelle citadine. Cette culture écrite, liée aux échanges 
commerciaux, aux développements d’appareils de pouvoirs qui sécrètent 
des administrations, et à un fort encadrement ecclésiastique, qui 
implique entre autres le développement de l’offre éducative, a permis à 
des fractions substantielles quoique minoritaires de la population 
urbaine – notables puis couches supérieures de l’artisanat par la suite 
– l’accès à l’alphabétisation et à la maîtrise des codes qui permettent 
d’envisager la production de récits sur le passé. Cette culture écrite 
ne saurait être réduite à ce que les historiens ont pris l’habitude 
d’appeler les « écritures pragmatiques » – écrits de gestion, actes 
notariés – par différenciation d’avec la culture savante. Bien que les 
villes n’y soient pas dotées d’institutions propres et que 
l’alphabétisation s’y développe moins vite qu’en Europe, le monde 
musulman des époques médiévale et moderne connaît des processus sans 
doute comparables.

Aussi s’agit-il avec ce colloque de considérer l’activité historienne 
comme une ressource mobilisée par des individus, des communautés, et des 
institutions, dans le cours de la vie sociale des cités. On cherchera, 
au travers des communications, à rassembler le plus de connaissances 
possibles sur la sociologie des scripteurs, les enjeux qui président à 
leurs écrits, les lieux – sociaux, ou scripturaires – dans lesquelles 
des histoires sont inscrites de manière privilégiée – jusque, parfois, 
dans les registres des notaires, certains tenant chronique à même les 
répertoires de leurs actes. On vise par là à comprendre les modalités 
réciproques de fabrication des identités urbaines et des identités 
sociales de ces scripteurs, et à mesurer la place que tient cette 
activité historienne dans les dynamiques urbaines. On s’intéressera 
aussi aux liens entre l’histoire telle qu’elle s’écrit en ville et 
d’autres foyers – monastiques, aristocratiques, curiaux – d’historiographie.

Ce colloque est organisé par le CHISCO de Nanterre et l’équipe Pouvoirs, 
savoirs et société de l’université Paris 8, dans le cadre d’un appel à 
projets du labex Les Passés dans le présent.

Comité d’organisation :

Anne Bonzon

Boris Bove

Franck Collard

Emmanuelle Tixier du Mesnil

Caroline Galland

Benjamin Lellouch

Nicolas Schapira

Les propositions de communication seront envoyées en fichier joint à 
l’adresse suivante : colloquememo@gmail.com 
<mailto:colloquememo@gmail.com> avant le 15 février 2019.

Call for papers

Conference: Writing history and urban membership in Europe and the 
Islamic worlds, from the 13th to the 18th century.

17-18 October 2019

This conference aims to understand the whole range of possible 
socializing processes of writing about the past in the cities of 
medieval and modern societies, both in Europe and in the Islamic worlds. 
Writing history will be considered in an extended sense: chronicles, 
histories of cities, sanctuaries or monuments, notations in city or 
community registers, Italian or German family books, individual diaries, 
genealogies, memoirs, permanent or ephemeral inscriptions on monuments 
‒ in short: anything fixing a narrative of the past insofar as it has 
engaged any relationship to the city. Could also be included the 
archival and collection practices that may accompany the production of 
writings about the past.

During the conference, we would expect to combine in the analysis the 
officially recognized stories and any other writing in which historical 
narratives can be founded ‒ but which do not necessarily present 
themselves as such. In these writings, particular attention will be paid 
to the modalities of defining the activity of writing history, its 
legitimizing procedures, and the possible mobilization, whether implicit 
or explicit, of other historical works. We expect that a wide range of 
writings considered may allow to observe the circulation of the texts, 
references and models within the urban space, without presupposing that 
this circulation should be reduced to the dissemination of scholar 
practices to other parts of the society.

For the past forty years, thanks to the founding proposals of Roger 
Chartier and Armando Petrucci, historians have highlighted how since the 
Middle Ages urban societies have been shaped by a written culture that 
imprinted on both political organization and urban economic, social and 
cultural life. This written culture, related to trade exchanges, to the 
development of power devices that generate administrations, and to a 
strong ecclesiastical framework, which implied, among other things, the 
development of educational offer, gave the opportunity to substantial 
though minority parts of the urban population ‒ notables first and then 
upper layers of the craft industry ‒ to be taught how to read and write 
and master the codes that allowed them to consider the production of 
narratives about the past. This written culture cannot be reduced to 
what historians are now used to calling « pragmatic writings » 
‒ management writings, notarial acts ‒ to differentiate them from 
scholarly culture. Although Muslim cities of medieval or modern times 
hadn’t their own institutions and though literacy was on the long term 
less developed than in Europe, the Muslim world may have experienced 
similar processes.

The purpose of this conference is therefore to consider the activity of 
writing history as a resource mobilized by individuals, communities and 
institutions along the social life of cities. We expect to be able to 
gather as much knowledge as possible about the sociology of writers, the 
issues that govern their writings, the ‒ social or scriptural ‒ places 
in which narratives are recorded in a particular way ‒ even, sometimes, 
in the registers of solicitors. Our aim is to understand the converse 
modalities leading to the making of the urban and social identities of 
these scriptors, and to assess the place held in urban dynamics by this 
activity of writing history. We will also consider the links between 
history as it is written in the city and other ‒ monastic, aristocratic, 
curial ‒ places of historiography.

This conference is organized by the CHISCO of Nanterre and the research 
team: Power, Knowledge and Society of the University of Paris 8. It is 
part of a call for projects from the labex /Les Passés dans le présent/.

Organization committee:

Anne Bonzon

Boris Bove

Franck Collard

Emmanuelle Tixier du Mesnil

Caroline Galland

Benjamin Lellouch

Nicolas Schapira

Authors are invited to submit their propositions to 
_colloquememo@gmail.com <mailto:colloquememo@gmail.com>_. Deadline: 15 
February 2019__


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.