Compte rendu : Albane Cogné, Les propriétés urbaines du patriciat (Milan, XVIIe-XVIIIe siècle), Rome, École française de Rome, 2017 (Eric Hassler).

Albane Cogné, Les propriétés urbaines du patriciat (Milan, XVIIe-XVIIIe siècle), Rome, École française de Rome, 2017, BEFAR 377, I-XIV,626 p. (Eric Hassler)

La multiplication récente des colloques comme des publications articulant cour et/ou élites nobiliaires et espace urbain témoigne bien de l’intérêt renouvelé des historiens de la ville pour les approches socio-spatiales. La thèse d’Albane Cogné (2007), dont le présent ouvrage est la publication remaniée, compte parmi les jalons importants de cette veine historiographique. Son ambition est de saisir le rôle d’une élite sociale dans l’évolution du tissu urbain en considérant simultanément les dimensions socio-économique, morphologique et matérielle de l’espace urbain par le prisme de la propriété. Privilégiant le croisement de deux sources exceptionnelles, la liste des familles patriciennes de 1770 et le cadastre du début des années 1750, A. Cogné prend le parti méthodologique de croiser approche statistique et études de cas. Une base de données et un SIG constituent la colonne vertébrale de son travail et offrent des variations d’échelles originales (îlot, rue, quartier) qui permettent de s’affranchir des délimitations imposées par les sources pour faire émerger des phénomènes dans la complexité de leurs dynamiques et de leurs évolutions. En découle un appareil statistique et cartographique dont il faut d’emblée souligner la grande qualité, d’autant plus que les cartes bénéficient d’une publication en couleur dans un cahier d’annexes particulièrement soigné.

Structuré en trois parties, l’ouvrage envisage successivement une analyse sociale des élites milanaises, les logiques résidentielles du patriciat et l’importance de l’immobilier urbain dans l’économie familiale. La première partie s’attache à questionner les contours d’un groupe social qui n’est pas aussi homogène que l’historiographie l’a présenté, non seulement parce qu’il s’est constitué par sédimentation d’élites aux origines différentes (marchande, féodale, militaire, juridique, curiale),mais aussi parce qu’il présente des pratiques immobilières diverses : éventail des patrimoines extrêmement large (les 8% les plus éminents concentrent à eux seuls 27% de la valeur totale des biens patriciens) ; configurations patrimoniales multiples, juxtaposant patrimoines immobiliers diversifiés (à la fois une résidence principale, des immeubles de rapport ou à vocation artisanale) ou propriété unique et pas nécessairement significative ;dissémination ou concentration géographique des biens. A. Cogné souligne que,si l’on peut observer une corrélation entre hiérarchies nobiliaire et patrimoniale, il n’est en revanche pas possible d’associer clairement un« modèle » patrimonial à un type d’élites. L’évocation des trajectoires familiales donne lieu à des pages éclairantes sur les processus de retrait des familles, souvent peu considérées.

 La deuxième partie met finement en lumière les stratégies spatiales du patriciat en en soulignant les contradictions apparentes : à l’essaimage dans les différentes portes (ou quartiers), propice à la maîtrise des institutions civiques, s’opposent les logiques d’entre-soi ou les stratégies d’évitement d’espaces présentant des nuisances fortes. En résulte une géographie patrimoniale complexe qui privilégie les périphéries immédiates d’un centre urbain qui ne trouve pas grâce aux yeux des élites urbaines où la part la plus fortunée de ces élites joue sur les différents dispositifs juridiques mis à leur disposition pour élaborer de véritables bastions immobiliers, comprenant des résidences en voie de monumentalisation au cours du XVIIIe siècle (le droit de préemption, voire d’expropriation sur les immeubles voisins y aide), entourées d’un glacis protecteur d’immeubles locatifs qui contribuent à la constitution de réseaux de clientèles, mais génère aussi d’inévitables conflits de voisinage. La reprise en main de l’espace urbain milanais par le pouvoir politique, sous le règne de l’archiduc Ferdinand-Charles (1754-1806), tend cependant à brimer le rôle des élites urbaines. La documentation très dense produite par l’administration « autrichienne » (permis de construire, concession d’espace public) permet alors d’appréhender finement l’intense activité édilitaire du patriciat (1770-1790), mais aussi les relations complexes nouées entre ces familles et l’autorité publique.

La troisième partie articule patrimoine et famille, enjouant sur les dimensions financière, matérielle et symbolique. A. Cogné plaide pour une relativisation du constat de pétrification de l’argent. Ces investissements fonciers – et immobiliers, c’est un des apports de la thèse –induisent un dynamisme susceptible de pondérer le déclin économique de la péninsule. En témoigne l’importance de la consommation élitaire, tant dans l’exceptionnel (les aménagements somptueux du palais Belgioioso) que dans le train de vie quotidien, dont résulte du reste un fort endettement. Peu sujet à la spéculation, l’investissement immobilier se révèle relativement sûr, garanti par des dispositifs juridiques (location, bail emphytéotique) qui multiplient les sources de revenus et favorisent la circulation des biens, y compris en faveur des non-nobles. L’auteure recentre enfin la résidence urbaine au cœur des pratiques sociales du patriciat, manifeste de la réussite du lignage comme enjeu dans les stratégies de transmission. Là encore, il n’y a pas de comportement uniforme, mais une diversité de pratiques : si certains optent pour la transmission égalitaire, d’autres privilégient la solution du fidéicommis. L’étude du patrimoine immobilier met en lumière la variété des solutions recherchées pour pallier l’extinction familiale, qu’il s’agisse de mariages inter-branches, de reconfigurations du patrimoine en faveur des cadets lorsqu’ils sont mariés en prévention, ou de donations pieuses qui perpétuent le nom, à l’image de ce palais Trivulzio, transformé en hospice en 1767. La suppression du régime de fidéicommis par Joseph II contribue cependant à modifier le rapport à la demeure, recentrée sur l’individu.

 Ces quelques lignes ne peuvent prétendre épuiser la grande richesse de l’ouvrage qui convoque une historiographie large, même si les espaces européens sont inégalement considérés. Des questions demeurent cependant. Le déséquilibre des dépenses des Crivelli au profit de la villégiature interroge sur le partage du temps entre résidences urbaines et rurales : jusqu’à quel point la ville était-elle réellement le centre de gravité de ces patrimoines ?Quel impact du changement de statut de la ville, désormais résidence d’une cour(qui apparaît surtout en filigrane), avec l’installation de l’archiduc Ferdinand ? On notera enfin le hiatus entre l’amplitude chronologique annoncée dans le titre et la seconde moitié du XVIIIe siècle qui constitue le cœur de l’étude. Sans doute les deux sources principales ayant présidé à l’élaboration de la base de données contraignent-elles un peu l’auteure, même si elles sont heureusement complétées par des archives familiales et notariales qui nourrissent les études de cas. Cela se ressent en particulier dans une cartographie assez statique qui rend peu compte des évolutions évoquées.

Il n’en demeure pas moins que cette étude s’avère très stimulante tant du point de vue de l’histoire urbaine, que des histoires sociale et culturelle. C’est non seulement une histoire sociale de la ville qui se dessine, mais aussi une histoire culturelle d’un groupe social éminemment complexe.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.