Compte rendu : Élisabeth Malamut, Mohamed Ouerfelli, Gilbert Buti, Paolo Odorico (sous la direction de), Entre deux rives. Villes en Méditerranée au Moyen Âge et à l’époque moderne. Actes du colloque international Aix-Marseille (MMSH-MuCEM), 24-27 septembre 2014, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2018. (Dominique Valérian)

Élisabeth Malamut, Mohamed Ouerfelli, Gilbert Buti, Paolo Odorico (sous la direction de), Entre deux rives. Villes en Méditerranée au Moyen Âge et à l’époque moderne. Actes du colloque international Aix-Marseille (MMSH-MuCEM), 24-27 septembre 2014, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2018, 549 p. (Dominique Valérian)

Ces actes de colloque viennent à la suite d’un ouvrage consacré au même thème, mais limité à la période médiévale, issu d’un séminaire du Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (LA3M)[1].Il en élargit la perspective en se situant sur un temps long qui englobe la période moderne mais aussi, pour certains articles, contemporaine (même si le Moyen Âge reste largement dominant). Le résultat peut sembler à première vue assez disparate, et la brièveté de l’introduction et de la conclusion, en dépit de quelques axes structurants mis en évidence, n’aide pas à dégager un fil directeur bien défini. Mais l’intérêt de l’ouvrage réside peut-être justement dans cette liberté qui a été laissée aux participants de développer leurs propres problématiques de recherche, dans toute leur diversité. A l’heure où la mode est à la modélisation et à un comparatisme parfois artificiel, cette liberté est plutôt la bienvenue. On ne trouvera donc pas dans ces actes de réflexion d’ensemble sur ce qui caractériserait les villes de la Méditerranée médiévale et moderne, sur ce qui ferait leur spécificité (la« méditerranéité » ?) par rapport à d’autres contextes, à l’instar de ce qui avait été proposé il y a une vingtaine d’années sur les mégapoles méditerranéennes[2].

 Ce qui ressort de ce volume est aucontraire la très grande diversité des configurations urbaines, qui résulte avant tout de la diversité des approches et des questionnements, qui vont des synthèses (D. Menjot sur les villes de Castille, P. Magdalino sur Constantinople) à des études de cas très précises, mais aussi des contextes régionaux. En ce sens il témoigne des renouvellements et des questionnements multiples de l’histoire urbaine, qui n’ont rien de spécifique à la Méditerranée, et le volume échappe au piège d’une essentialisation de « la »ville méditerranéenne dont on peinerait à définir les caractères propres. Il faut souligner en particulier la place qui a été laissée aux mondes grecs et aux villes d’Islam, tant d’Orient que d’Occident (et notamment du Maghreb,souvent délaissé au profit d’al-Andalus) et, à côté des grandes capitales déjà souvent étudiées, à des villes petites ou moyennes moins connues. De même, les communications mêlent les approches à partir des textes et de l’archéologie,ainsi que de l’iconographie – et il faut souligner ici la qualité des documents accompagnant les articles, avec notamment des cartes et plans d’une grande utilité. Les échelles d’analyse varient également, de l’étude de l’architecture domestique à celle de l’insertion des villes dans de vastes réseaux, en Méditerranée et au-delà, en passant par l’étude du tissu urbain et desr elations avec le territoire nourricier de la ville, avec dans tous les cas une attention particulière au jeu des acteurs.

On est habitué, depuis les travaux de Fernand Braudel, à penser la Méditerranée dans le cadre de larges réseaux d’échanges reliant les principales villes, présentées comme autant de pôles d’impulsion de stratégies impériales. Cette dimension est bien présente ici,notamment dans la première partie (« La Méditerranée des villes »),avec l’explication de la croissance urbaine par les échanges à long rayon d’action, notamment pour les ports. Mais le choix des exemples traités, comme Savone (P. Calgagno) ou Bône (A. Amara), voire plus encore l’île-monastère de Patmos, insérée dans un réseau monastique à l’échelle de la mer Égée (M.-M.Carytsiotis), porte l’attention sur des centres secondaires, parfois dans l’orbite d’une ville qui exerce une forme d’hégémonie dans les échanges à longue distance, ce qui pousse à des stratégies spécifiques (le pastel, pour Savone) pour trouver une place dans les réseaux d’échanges. Même Rome, pôle de la chrétienté s’il en est, est interrogée dans sa dimension de capitale (A.Troadec). Cette échelle large n’est cependant pas privilégiée, pas plus du reste que les seules villes portuaires, et les articles de T. Pécout (sur Marseille et son territoire), M. Eychenne (sur les faubourgs de Damas), Ph.Trélat (sur les jardins des villes chypriotes) ou encore M. Meouak (sur les relations entre villes et nomades) montrent à leur manière, et pour des contextes très différents, l’importance de cette échelle locale qui met en relation directe la ville et son environnement, notamment agricole. Enfin l’organisation de l’espace urbain profite des apports récents et décisifs de l’archéologie, que ce soit pour l’étude du bâti ou de la construction de l’espace. Alger, ville majeure de Méditerranée et pourtant bien mal connue, a ainsi bénéficié des fouilles menées dans le cadre des travaux du métro, qui ont permis de reconstituer une partie de la trame urbaine médiévale et ottomane (A.Touarigt Belkhodja), alors que l’exploitation des archives coloniales a aidé à mieux comprendre, sur le temps long, l’évolution urbaine de Tlemcen (A. Tahar). De même l’étude archéologique du bâti, souvent associée à des recherches d’archives, éclaire la construction du paysage urbain pour Gênes au XIIe-XIIIesiècle (A. Cagnana et A. Traverso) ou de Grasse à l’époque prémoderne (F.Blanc).

 une perspective à la fois économique, sociale et politique, au jeu des acteurs.Les pouvoirs bien sûr, jouent un rôle essentiel dans l’affirmation de ces villes (D. Bramoullé, sur les ports du Delta du Nil à l’époque fatimide), et doivent être appréhendés dans leur pluralité (F. Otchakovsky-Laurens pour Marseille au XIVe siècle), mais aussi dans leur rapport à la ville comme lieu possible mais non unique de résidence (J.-B. Delzant pour l’Italie centrale de la fin du Moyen Âge) ou comme objet d’un discours et d’une mémoire(V. Challet, M Conesa, S. Durand sur les chroniques montpelliéraines du XIIIe-XVIesiècle). Les acteurs économiques jouent également un rôle majeur, qu’il  s’agisse des artisans (É. Limousin, sur les métiers à Constantinople) ou des marchands (T. Allain, sur Smyrne aux XVIIe-XVIIIsiècle ; I. Houssaye Michienzi pour Majorque à la fin du Moyen Âge),milieux marqués par une forte mobilité qui caractérise ces villes et en explique à la fois le développement (E. Canepari, sur le Trastevere à l’époque moderne) et des équilibres sociaux compliqués et mouvants (M. Magnani, surCandie au XIIIe-XIVe siècle).

 Il est impossible de rendre compte en détail des 23 articles qui constituent ce volume et témoignent chacun à leur manière de la vitalité des études sur l’histoire des villes du pourtour méditerranéen aux époques médiévale et moderne. Mais plus encore, en s’intégrant pleinement dans les renouvellements récents des questionnements d’histoire urbaine et parleur diversité même, ils amènent à s’interroger sur une possible spécificité des villes méditerranéennes, et à se méfier de modélisations trop simplificatrices.


[1]Élisabeth Malamut, Mohamed Ouerfelli (sous la direction de), Villes méditerranéennes au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2014.

[2] C. Nicolet, R. Ilbert, J.-Ch. Depaule (sous la direction de), Mégapoles méditerranéennes. Géographie urbaine rétrospective : actes du colloque, Rome, 8-11 mai 1996, Rome, 2000.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.