Compte rendu: Michel Combet (sous la direction de), Histoire de Bergerac, Éditions Fanlac, Périgueux, 2017, 436 p. (Sandrine Lavaud)

La lecture de l’Histoire de Bergerac laisse au lecteur des sensations balzaciennes de la chronique ordinaire d’une ville de province, que ses atouts indéniables auraient pu propulser au rang de petite capitale mais qui, malgré la consolation de la renommée de son vin et de son célèbre Cyrano, a dû se résoudre à n’être qu’une sous-préfecture anémiée et enclavée ; ce destin contrarié n’en méritait pas moins ses historiens, c’est chose faite désormais avec cette monographie coordonnée par Michel Combet qui comble un vide historiographique. En effet, à l’exception des publications érudites et de l’Atlas historique de Bergerac (1984), il n’existait pas jusqu’alors de synthèse scientifique sur l’histoire de la ville, qu’appelait pourtant le renouvellement des données historiques et archéologiques. D’emblée, cette œuvre collective (8 auteurs) se revendique d’une histoire locale dont elle entend montrer la pertinence, tant comme exercice de micro-histoire que comme outil de médiation scientifique à vocation citoyenne. Le format adopté se veut en miroir de cette ambition : un beau livre, épais, bien illustré, dont le style comme le contenu en font une œuvre de vulgarisation de la pensée savante pour l’« honnête homme » du XXIe siècle ; le chercheur y regrettera néanmoins l’absence d’appareil critique et parfois de plus amples approfondissements mais il y trouvera des outils didactiques : chronologie d’entrée de chapitre, cartographie nourrie, encarts, glossaire, index des noms de personnes et bibliographie.

L’entreprise de « Raconter Bergerac » est portée par une idée force, celle d’une histoire singulière de la ville, toujours « décalée » au regard de l’Histoire de France comme de celle de ses rivales périgordines. Cette singularité serait conditionnée par la situation géographique de cette ville-port de la rivière Dordogne qui la met en connexion avec les grands marchés atlantiques, moteur de sa vocation viticole ; elle tiendrait aussi de sa création médiévale par union de deux bourgs, castral et prieural. D’emblée, sa fonction défensive en a fait une place stratégique majeure mais dépourvue de fonctions centrales ; faute d’avoir été siège épiscopal (au bénéfice de Sarlat) et dotée de compétences politico-judiciaires, elle est demeurée une ville moyenne et n’a pu véritablement rayonner que sur l’Entre-Dordogne. Le récit de sa fabrique historique est articulé en quatre chapitres chronologiques d’inégal volume – la part belle est donnée à l’époque contemporaine qui couvre un gros tiers du volume – selon une perspective globalisante, dans la tradition des monographies d’histoire urbaine.

Après une analyse spatiale de la ville menée en introduction, le chapitre 1, intitulé Avant la ville, entend montrer la continuité de l’occupation humaine depuis pas moins de 250 000 ans. Le préhistorien Serge Maury pointe la dimension référentielle du Bergeracois pour la connaissance de la socio-économie et de la culture matérielle des premiers habitants du Sud-Ouest, à tel point que son rappel des grandes fouilles menées depuis le XIXe siècle est comme un condensé de l’histoire de la discipline. Durant la période protohistorique et antique, traitée par Jean-Claude Ignace et Yan Laborie, la rivière Dordogne s’affirme comme un axe pourvoyeur d’échanges et polarisateur de l’habitat. Dans la plaine de Bergerac, sur la place du Marché-Couvert, une villa des Ier-IIIe siècles, mise au jour en 1991, semble être la matrice originelle de l’occupation du site. Des sépultures paléochrétiennes y ont également été repérées, avant qu’une nouvelle aire d’inhumations soit établie, au VIIe siècle, à l’emplacement de la future église Saint-Martin. Attestée seulement au XIe siècle, probablement d’initiative épiscopale, celle-ci est à l’origine d’un noyau d’habitats mais aussi de la vaste paroisse dont la commune de Bergerac embrasse encore aujourd’hui les limites.

Des mêmes auteurs, le chapitre 2, Au Moyen Âge, naissance et épanouissement d’une ville fait pleinement entrer dans la fabrique de la ville. Celle-ci débute par la fondation d’un castrum établi, autour de 1070-1080, par le comte du Périgord et confié à un prévôt. Au bourg castral qui se forme fait pendant le pôle ecclésial de Saint-Martin, devenu prieural. La croissance urbaine gomme progressivement ce caractère bipolaire, en densifiant l’espace interstitiel et en suscitant faubourgs et lotissements que l’enceinte de réunion des années 1260-1280 peine à enserrer, jusqu’à devoir être agrandie au début du siècle suivant. Dans cette phase initiale de la fabrique urbaine, le pouvoir prévôtal, accaparé au XIIIe siècle par les Rudel, a joué un rôle essentiel ; il a conféré à la ville sa fonction défensive et en a fait la ville-tête de la moyenne Dordogne, notamment en édifiant un pont en 1209. En revanche, sa contrainte a pesé lourd dans l’émancipation de lacommune, accédant à l’universitas seulement par interventions royales. Avec la guerre de Cent ans, Bergerac devient une place stratégique que sa situation de verrou du Bordelais soumet à plusieurs sièges et aux exactions des routiers et « châtelains pillards », au point que les consuls ont voulu en garder mémoire par l’écriture du Libre de vita.

Le chapitre 3, À l’époque moderne, élargissement des horizons et apprentissage de l’ordre (Anne-Marie Cocula, Michel Combet) confirme ces traits originaux de Bergerac. Les guerres de Religion revivifient sa fonction stratégique ; place de sûreté huguenote, elle est aussi ville refuge pour Jeanne d’Albret et Henri de Navarre. La reconquête catholique impose le démantèlement de ses fortifications et suscite le départ de ses élites protestantes. L’ordre royal triomphe au XVIIIe siècle, sans que l’urbanisme n’en soit touché. Bergerac prend alors ses allures provinciales de ville terrienne, vivant du fleuve et du vin.

Le chapitre 4, À l’époque contemporaine les combats d’une sous-préfecture, (Michel Combet, Léonard Laborie et Bernard Lachaise) offre de belles pages d’histoire sociale et politique de Bergerac en sous-préfecture de province. Ville terrienne, où les productions artisanales et manufacturières sont demeurées modestes jusqu’à l’implantation de la poudrerie (1915), Bergerac a la chance de son vignoble ; en revanche, laissée en marge des réseaux routiers et ferroviaires, elle subit un enclavement qui pèse encore aujourd’hui sur son développement. Le tourisme, croissant depuis la restauration du centre ancien, semble en être aujourd’hui le moteur principal.

In fine, l’ouvrage constitue une somme qui appelle à poursuivre le chantier de l’histoire de la ville ; ce dernier gagnerait cependant à délaisser la voie de la singularité de Bergerac pour privilégier celle de la confrontation avec d’autres cas et modèles urbains.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.