Compte rendu: Guy Burgel, Nicolas Ferrand, Un demi-siècle d’urbanisation dans la région lyonnaise 1962-2010, Ministère de la Transition écologique et solidaire, Ministère de la Cohésion des Territoires (Plan urbanisme, construction et architecture), 2017 (Gilles Montigny)

Guy Burgel, Nicolas Ferrand, Un demi-siècle d’urbanisation dans la région lyonnaise 1962-2010, Ministère de la Transition écologique et solidaire, Ministère de la Cohésion des Territoires (Plan urbanisme, construction et architecture, PUCA), 2017, 171 p., cartes, graphiques, tableaux avec la participation de Lise Bourdeau-Lepage, Galia Burgel, Éric Charmes, Marie-Flore Mattéi, (Gilles Montigny)

     C’est un retour sur l’histoire urbaine récente de notre pays que propose cet ouvrage. Il fait suite, d’une part aux Entretiens du CERTU tenus à Lyon en 2012, d’autre part à la thèse de doctorat soutenue par Nicolas Ferrand[1] en 2010. S’il est consacré à l’étude de l’urbanisation de la région lyonnaise, cet ouvrage entend apporter, plus largement, un regard sur la complexité de ce processus à l’échelle nationale. En effet, que ce soit autour de la métropole lyonnaise ou ailleurs dans l’Hexagone, la période couverte, qui va de la seconde moitié des Trente Glorieuses aux décennies de crise économique et de ralentissement de la croissance qui ont suivi le premier choc pétrolier, a été marquée par une tendance lourde, qui a contribué à modifier profondément la physionomie et le peuplement de nos agglomérations urbaines et de nos campagnes : la périurbanisation. Ce phénomène était déjà perceptible au milieu des années 1970, avec, notamment, la publication de l’ouvrage de Gérard Bauer et Jean-Michel Roux[2] sur ce que l’on appelait, à l’époque, la « rurbanisation ».

     Animé par un constant souci d’objectivité, le livre de Guy Burgel et Nicolas Ferrand s’abstient de porter un jugement de valeur sur ce phénomène, perçu comme positif par certains (la périurbanisation constitue un facteur de desserrement urbain, de limitation du renchérissement de l’immobilier dans les centres-villes, de salutaire rapprochement des populations avec la nature), comme négatif par d’autres (facteur d’éloignement entre le domicile et le travail, de pertes de temps liées à l’allongement des déplacements, de mitage de la campagne par la ville). Il entend avant tout apporter des éléments de compréhension, reposant à la fois sur la mesure des faits, l’observation des mutations, le décryptage des mécanismes à l’œuvre.

     Dans l’un de ses précédents ouvrages, Guy Burgel a dénoncé ce qu’il appelle l’« illusion spatiale », visible aussi bien dans l’analyse géographique que dans les choix des politiques d’aménagement, résultant de l’omniprésence de la référence à l’espace. Quoiqu’indispensable, celle-ci tend à faire perdre de vue l’essentiel. « [Il ne faut pas] survaloriser l’espace comme objet d’analyse et mode d’action ; toujours lui préférer l’intelligence des processus sociaux. »[3]

     Cette préoccupation se retrouve, ici, avec le choix d’un cadre spatial original. « Large et arbitraire », il s’affranchit délibérément des découpages préétablis, c’est-à-dire les unités urbaines, aires urbaines, couronnes périurbaines telles que définies par l’INSEE. Il est constitué d’un carré de 200 km de côté centré sur l’agglomération lyonnaise (à l’intérieur duquel, sur toutes les cartes produites, un fin liseré vert matérialise les limites de l’aire urbaine de Lyon, au sens officiel, en 2010). La « grande région lyonnaise » ainsi délimitée permet d’embrasser une grande diversité de situations. En effet, cet espace comprend une métropole régionale (Lyon), une grande agglomération (Grenoble), des villes moyennes (Annecy, Bourg-en-Bresse, Chambéry, Mâcon, Roanne, Saint-Étienne, Valence, Vienne-sur-Rhône), de plus petites agglomérations (Annonay, Le Puy-en-Velay, Montbrison, Romans-sur-Isère, Oyonnax, Tournon-sur-Rhône), mais il inclut aussi des territoires de la ruralité (Auvergne, Dombes, Forez, Savoie). Ainsi, des zones dynamiques côtoient des territoires à problèmes, victimes, au cours des dernières décennies, de la désindustrialisation et de fermetures d’usines (ce particulièrement autour de Saint-Étienne et, plus largement, dans la bordure orientale du Massif Central). De la sorte, on se trouve en présence d’une sorte de condensé des réalités urbaines et territoriales nationales.

     Synthèse des données démographiques, économiques et sociales disponibles et comparables sur le temps long considéré (d’après les recensements de la population), le matériau présenté recourt abondamment à la cartographie (avec des données détaillées à l’échelle communale) et aux représentations graphiques. Il porte autant sur les évolutions, mesurées à l’aide de taux de croissance, que sur des données absolues. Les 204 cartes et 30 graphiques que contient cet ouvrage sont accompagnés de brefs commentaires destinés à questionner les faits, à émettre des hypothèses explicatives et à susciter la curiosité critique du lecteur. Ils constituent autant de « regards jetés sur des réalités complexes », celles d’une urbanisation contemporaine assez déroutante, puisque, au cours des dernières décennies, devenue diffuse, aux limites fluctuantes et incertaines, connaissant au cours du temps des tendances et contre-tendances.

     Le livre est organisé en cinq chapitres, respectivement intitulés : « Population » (p. 19-37) ; « Résidence» (p. 39-57) ; « Activité » (p. 59-73) ; « Société » (p. 77-133) ; « Périurbanisation et centralité » (p. 135-145).

     Dans le cadre de la présente recension, il n’est bien sûr pas possible de restituer l’intégralité de la richesse de ce dossier, tant les données qu’il contient sont abondantes et variées. Voici quels sont les principaux constats qui, chapitre par chapitre, ressortent de ce travail.

     Sur la période étudiée, la croissance de la population de la « grande région lyonnaise » considérée, a toujours été supérieure à celle de la population française, avec un double mouvement, devenu net à partir du recensement de 1982 : d’une part, un fort accroissement de population dans les villes-centres et les communes centrales, d’autre part, le même phénomène observé en périphérie, correspondant à la périurbanisation. Cette double tendance peut être qualifiée de « bipolarisation de l’urbanisation ». Second constat : à l’exception des communes situées en dehors d’une influence des pôles urbains, il s’observe partout, d’un recensement à l’autre, une élévation des densités de population.

     L’habitat, ramené ici à la résidence principale, constitue le « tissu conjonctif de la ville ». Sur la période considérée, aussi bien dans la « grande région lyonnaise » qu’en France métropolitaine, il a été réalisé un doublement du parc de logements résidentiels. Sa croissance a été nettement supérieure à celle de la population, ce qui signifie qu’il s’est produit un véritable rattrapage de la construction, même si celui-ci est encore insuffisant par rapport aux besoins des ménages. Il a surtout été marqué entre 1962 et 1982, avant d’être suivi d’un ralentissement du rythme de la construction. Logiquement, dans la mesure où on a le plus construit dans les cœurs d’agglomérations et dans les couronnes périurbaines, on retrouve la double polarisation déjà mentionnée au sujet de la population. Dans ces couronnes périurbaines, surtout entre 1982 et 1990, il est même permis de parler d’une « déferlante ».

     En matière d’activité, appréhendée ici d’après le nombre des actifs occupés, la « grande région lyonnaise » n’échappe pas aux tendances nationales bien connues : effondrement continu de l’activité agricole (mouvement nullement incompatible avec celui de la périurbanisation dans la mesure où les communes rurales accueillent des actifs employés dans les secteurs secondaire et tertiaire) ; stabilité des effectifs du secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP) ; effritement de l’activité industrielle, accéléré à partir de 1999 ; forte progression des occupations tertiaires, bien que subissant un ralentissement entre 1999 et 2010. Spatialement, il apparaît que l’emploi, créé principalement dans les cœurs d’agglomérations, se desserre moins que la résidence (pour celle-ci, du fait du peuplement des couronnes périurbaines). Au final, au croisement des données de l’habitat et de celles de l’activité, il se manifeste une dissymétrie croissante entre la métropole lyonnaise, qui compte de plus en plus de cadres supérieurs aisés et de membres des professions libérales, dont les localisations résidentielles ont, de ce fait, tendance à rester plus centrales, et les zones périurbaines où habitent, davantage disséminés, les membres des classes moyennes, les employés, les ouvriers.

     Ces constats conduisent à envisager l’aspect social de l’urbanisation, objet du quatrième chapitre, de loin le plus développé du livre. Comme dans le reste du pays, il s’est produit de profondes transformations dans la structure de la population active (ici, ramenée aux actifs occupés de 25 à 54 ans). La « grande région lyonnaise » n’a pas échappé au processus de « moyennisation » de la société, dont l’interprétation s’avère toutefois délicate : « L’ascension des couches moyennes, qui a éliminé la lutte des classes entre prolétariat et bourgeoisie, a été autant à cet égard le ciment de la société contemporaine que le creuset de nouvelles scissions internes. » (p. 77) Il en est de même, compte tenu des catégories sociales impliquées, de l’interprétation du phénomène de périurbanisation. « Pour les catégories populaires, vivre dans le périurbain n’est pas seulement un choix de genre de vie, ou, de réponse économique au marché immobilier, ce peut être aussi un avenir incertain. » (p. 83) La désindustrialisation et la réduction du nombre des ouvriers sont patents à partir de 1975, qui représente un tournant en la matière (l’industrialisation et l’emploi ouvrier progressaient encore avant cette date, avant de connaître un net repli par la suite, surtout marqué dans les centres industriels anciens, comme ceux de Saint-Étienne, de Roanne, de Lyon). S’agissant des employés, le tournant se situe, lui, en 1982 : c’est à partir de cette date qu’ils s’implantent massivement, pour leur résidence, dans les zones périurbaines. Les analyses très détaillées de ce chapitre, qui passe en revue les localisations résidentielles de l’ensemble des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) et leur évolution d’un recensement de population à l’autre, confirment que ce sont bien les couches les plus aisées de la population qui ont le plus résisté à la périurbanisation.

     Le dernier chapitre, « Périurbanisation et centralité », met en perspective certains des constats précédents. Il revient sur la profonde modification intervenue entre 1962 et 2010 dans le mode d’organisation du territoire. D’une opposition encore nette entre ville et campagne en début de période, on est passé, du fait de l’étalement urbain et de la périurbanisation, à une configuration  dans laquelle les espaces qui échappent à l’urbanisation font désormais figure de zones résiduelles, demeurées à l’écart de la dynamique régionale dominante. Expression de la « bipolarisation de l’urbanisation française », l’éclatement et la dispersion de la ville, bien que spectaculaires, ne doivent pas pour autant faire perdre de vue l’urbanisation poursuivie à l’intérieur des pôles urbains. Enfin, les auteurs reviennent sur les retombées de la crise et de la mondialisation. Elles sont particulièrement visibles dans la région lyonnaise, tiraillée entre les conséquences de sa désindustrialisation et celles de la poussée des activités tertiaires (aussi bien supérieures que banales). De ce fait, la composition par PCS de la population active a connu une inversion du rapport numérique entre les effectifs ouvriers et ceux des autres catégories sociales.

     Cette étude contribue à sa manière à un renouvellement de la monographie régionale. Pour ce qui est du cadre retenu, on est ici bien loin, on le voit, des approches qui prévalaient au début du XXe siècle quand les disciples de Paul Vidal de la Blache se fondaient sur la notion de « région naturelle »[4]. Si Guy Burgel et Nicolas Ferrand reconnaissent le caractère arbitraire du cadre qu’ils ont eux-mêmes retenu, ils rompent avec la conception traditionnelle de la région, reconnaissable à des caractéristiques physiques (sol, climat) et humaines (peuplement, type d’habitat, activités principales) et renvoyant à l’existence de « pays » aux réalités plus ou moins affirmées. Cependant, en s’appuyant sur le maillage communal du territoire, à l’égard d’une autre génération de travaux de géographie régionale, celle qui, dans les années 1950 et 1960 s’était attachée à décrire les réseaux urbains régionaux[5], nos auteurs s’éloignent de la question du fonctionnement économique de la région. Au-delà des relations de dépendance sur lesquelles repose la périurbanisation, qu’en est-il exactement de la circulation des hommes, des richesses et des capitaux à l’intérieur de la région considérée ? Comment l’activité de celle-ci s’articule-t-elle avec le pôle central lyonnais ? Au-delà de l’emploi et des fermetures d’usines, de quelle manière la mondialisation a-t-elle modifié, voire perturbé, l’économie régionale ?

     L’ambition affichée de ce livre, contribuer au passage à une meilleure compréhension de l’urbanisation à l’échelle nationale, pose forcément la question de la « représentativité » de la région dont il traite. Il est permis de se demander si le cas lyonnais – le territoire de l’étude comprenait 6,1 millions d’habitants en 2010, soit, à lui seul, près du dixième de la population nationale – n’est pas singulier. Sur le plan des dynamismes régionaux, en dehors de l’Île-de-France, la région Auvergne-Rhône-Alpes[6] en supplante bien d’autres, si ce n’est toutes les autres. Si des phénomènes semblables (bipolarisation de l’urbanisation, désindustrialisation, tertiarisation, moyennisation de la société) s’observent ailleurs, ils se manifestent sans doute dans celle-là avec une plus grande d’intensité, créant autant d’exceptions.

     Dans la mesure où il existe une longue tradition de recherche sur l’urbanisation lyonnaise[7], ce livre, aux annexes statistiques très complètes, aurait sans doute gagné à être accompagné d’éléments bibliographiques rétrospectifs, ne serait-ce que pour permettre au lecteur une remontée encore plus haute dans le temps. En effet, il est bien évident que certaines des évolutions décrites à partir de 1962, comme la tertiarisation, n’ont pas commencé de se manifester seulement à partir de cette date. D’autre part, comme dans bien des domaines, la compréhension du présent appelle un solide appui sur l’histoire.

     Pour en revenir au genre monographique régional, même si les outils, l’abondance, la qualité de l’information statistique, les possibilités de traitement de celle-ci (grâce aux techniques informatiques et graphiques) sont sans commune mesure avec les moyens de jadis, on peut mesurer à la lecture de cet essai, aujourd’hui comme hier, la difficulté de cet exercice. Guy Burgel et Nicolas Ferrand apportent en la matière, en plus de celle à l’histoire urbaine récente de notre pays, une contribution des plus originales.

[1] Nicolas Ferrand, Approche morphologique de l’urbanisation : Lyon et son agglomération de 1945 à 2005 : données, outils et méthodes, Lyon, thèse, Université Lyon 3, menée sous la direction de Bernard Gauthiez.

2 Gérard Bauer, Jean-Michel Roux, La Rurbanisation ou la ville éparpillée, Paris, Éditions du Seuil, 1976, 189 p.

[3] Guy Burgel, Questions urbaines, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2017, p. 27.

[4] Voir, par exemple, des travaux comme ceux de Albert Demangeon, La Plaine picarde. Étude de géographie sur les plaines de craie du Nord de la France, Paris, Armand Colin, 1905, VI-496 p. ; Raoul Blanchard, Étude géographique de la plaine flamande en France, Belgique, Hollande, Lille, 1906, VIII-530 p. ; Raoul de Félice, La Basse-Normandie, étude de géographie régionale, Paris, Hachette, 1907, 596 p.

[5] Les auteurs rappellent l’étude de Jean Labasse,  Les Capitaux et la région, étude géographique. Essai sur le commerce et la circulation des capitaux dans la région lyonnaise, Paris, Armand Colin, 1955, 532 p.

[6] Pour prendre la référence régionale issue de la réforme territoriale du 17 décembre 2014, entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2016. Cette région officielle ne se confond pas exactement avec celle retenue dans la présente étude.

[7] Rappelons, au moins, les études suivantes : Société de géographie de Lyon, Lyon et la région lyonnaise. Études et  documents, Lyon, Imprimerie Emmanuel Vitte, 1894, LXVI-151 p. ; Maurice Zimmermann, Lyon et la région lyonnaise, Lyon, Société des études locales dans l’enseignement public, 1913, 155 p. ; Assada, André Cholley, Marcel Clerget et alii, Études géographiques sur Lyon et sa région, Lyon, Société des études locales dans l’enseignement public, 1922 ; Arthur Kleinclausz et alii, Lyon des origines à nos jours. La formation de la cité, Lyon, P. Masson, 1925, XII-429 p. ; Michel Laferrère, Lyon ville industrielle. Essai d’une géographie urbaine des techniques et des entreprises, Paris, PUF, 1960 ; Marc Bonneville, Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière : Villeurbanne. Processus et formes d’urbanisation, Lyon, P.U.L., 1978 ; Jean-Luc Pinol, Les Mobilités de la grande ville, Lyon fin XIXe – début XXe s,, Paris, Presses de la FNSP, 1991 ; Marie-Clotilde Meillerand, Penser l’aménagement d’une métropole au 20e siècle. Enjeux territoriaux, politiques publiques et acteurs locaux dans la région lyonnaise, thèse de doctorat d’histoire, Université Lyon 2, 2010.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.