Compte rendu: Joanne Vajda, Paris Ville Lumière, Une transformation urbaine et sociale 1855-1937), Paris, L’Harmattan, 2015. (Sylvain Pattieu)

Joanne Vajda, Paris Ville Lumière, Une transformation urbaine et sociale 1855-1937), Paris, L’Harmattan, 2015, 418 pages. (Sylvain Pattieu)

 

« Nous venons,/ arrivons,/ de tous les pays du monde,/

Par la terre ou bien par l’onde.

Italiens,/ Brésiliens,/ Japonais,/Hollandais,/ Espagnols,/ Romagnols,/

Egyptiens,/ et Prussiens »

C’est par ces quelques vers de l’opéra bouffe La Vie parisienne, de Jacques Offenbach, créé en 1866, que Joanne Vajda inaugure son livre consacré aux transformations de Paris entre 1855 et 1937. D’emblée, cette transformation est placée sous le signe de la mobilité et des voyageurs lettrés, qu’on commence à appeler touristes. Elle choisit  en effet d’étudier les changements urbains à partir du prisme « d’une histoire des déplacements et des métissages culturels que cela génère », dans la lignée des travaux de Daniel Roche sur la période tout juste antérieure. Elle décide ainsi d’envisager l’architecture en lien avec les pratiques culturelles et sociales en décloisonnant l’histoire du tourisme et en croisant celle-ci avec celle des formes du bâti. Pour ce faire, elle mobilise des sources diverses : calepins des propriétés bâties (anciennement dénommés « calepins de révision du cadastre »), dossiers de faillites et de liquidation, plans d’immeubles, permis de construire, statistiques sur les voyageurs, répertoires des grands hôtels, presse, cartes postales, guides de voyage. Ceux qui voyagent dans un but de loisir à cette époque appartiennent à une élite aristocratique ou bourgeoise. Ce sont donc leurs pratiques dans une ville étrangère que l’historienne interroge à travers son ouvrage.

Dans une première partie, elle aborde l’arrivée dans la capitale française. Paris bénéficie d’un imaginaire attractif qui en fait une ville de culture et de loisirs. Joanne Vajda identifie plusieurs types de séjours, plus ou moins longs, qui peuvent aller jusqu’à une installation permanente ou saisonnière à Paris. Les guides, journaux pour touristes ou récits de voyage participent à la construction de cet imaginaire. Le plus intéressant, dans cette partie, concerne le rôle joué par des investisseurs privés dans le développement du tourisme à Paris. Joanne Vajda identifie les frères Pereire qui fondent la Compagnie immobilière, qui intervient dans la construction d’hôtels, mais également une société concurrente, la Société du Louvre. Ainsi se crée un réseau hôtelier parisien de luxe propre à accueillir un certain type de touristes internationaux. Elle souligne aussi la manière dont l’agence Cook participe au développement du tourisme parisien en mettant Paris en avant dans ses circuits étrangers.

La deuxième partie de l’ouvrage détaille la manière dont les grands hôtels se sont intégrés au paysage urbain parisien. La période étudiée voit en effet un important accroissement du nombre d’hôtels, en lien avec les différentes expositions universelles. Plusieurs exemples sont développés de façon conséquente comme ceux de l’hôtel Astoria ou du Crillon. Cette partie de l’ouvrage fait la part belle aux considérations architecturales, mais aborde aussi l’aspect mondain de la vie de ces hôtels. Des services y sont de plus en plus dispensés, au fur et à mesure de la période, et les hôtels se révèlent des lieux de commerce, « extension des grands magasins et vitrine de l’industrie du luxe française ».

Dans la troisième partie, Joanne Vajda décrit la manière dont Paris se transforme, au-delà des arts et des lettres, en capitale du commerce et de l’industrie. Une partie de l’élite voyageuse s’y installe tout ou partie de l’année. Se constituent ainsi de véritables colonies étrangères. Ce phénomène a des conséquences à l’échelle des quartiers parisiens dans leur ensemble,  sur la voirie et les embellissements sélectifs des quartiers les plus prisés. En 1883, les habitants de la rue Daunou invoquent « la présence de nombreux et importants hôtels de voyageurs » pour réclamer l’amélioration de l’état de la chaussée.

Paris, enfin, voit se renforcer son aspect de capitale des plaisirs. L’élite voyageuse étrangère contribue notamment à la mise en place d’activités auparavant méconnues. Joanne Vajda étudie en détail les cercles de jeu qui deviennent à partir des années 1860 une véritable industrie. Lieux de rencontre et de sociabilité entre une société interlope et des élites voyageuses désireuses de s’encanailler, ils sont le plus souvent tolérés malgré certaines inquiétudes des autorités à leur sujet. L’exemple de ces skating-rinks constitue une véritable originalité du travail de Joanne Vajda et retient particulièrement l’attention. C’est lors de l’Exposition universelle de 1867 que le patin à roulettes est présenté pour la première fois en France. Cette pratique s’impose sous l’influence des citoyens des États-Unis installés nombreux à Paris. Le premier skating-rink ouvre en 1870, il peut contenir 600 ou 700 patineurs qui évoluent au son d’un orchestre. Lieux de rencontre et de flirt, destinés à toutes les classes sociales, de nombreux lieux semblables ouvrent au cours de la décennie. L’architecture de bois et métal de ces constructions autorise une ouverture rapide pour des entrepreneurs qui en espèrent des profits considérables. Les skating-rinks s’imposent en complément des bals, et si leur existence ne dépasse pas, pour la plupart, l’orée du siècle, ils constituent des audaces architecturales éphémères.

Cet ouvrage est parfois, dans certains chapitres, un peu trop exhaustif par ses exemples qui pourraient être utilement synthétisés. Il manie avec précaution la notion de tourisme de masse, mais on peut se demander si elle est vraiment adaptée à la période. Ces menues réserves ne gâchent pas l’intérêt de ce livre, qui parvient à montrer comment les voyageurs étrangers contribuent à façonner non seulement l’image mais aussi l’espace et les pratiques de la ville, comment ils sont moteurs dans la constitution de lieux de loisirs et de rencontres ou l’évolution des mœurs. Sur certains points, il permet de préciser et de détailler des éléments déjà connus, sur d’autres, comme sur les skating-rinks, il apporte des éléments nouveaux pour la connaissance de l’histoire de la ville. Il remplit l’objectif de mêler histoire architecturale, économique et sociale du tourisme urbain.

 

 

 


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.