Compte rendu: Frédéric Jimeno, Karen Bowie et Florence Bourillon (sous la direction de), Du clos Saint-Lazare à la gare du Nord. Histoire d’un quartier de Paris, Rennes, Presses Universitaires de Rennes et Comité d’histoire de la ville de Paris, 2018 (Stéphanie Sauget)

Frédéric Jimeno, Karen Bowie et Florence Bourillon (sous la direction de), Du clos Saint-Lazare à la gare du Nord. Histoire d’un quartier de Paris, Rennes, Presses Universitaires de Rennes et Comité d’histoire de la ville de Paris, 2018 (Stéphanie Sauget)

 

Cet ouvrage de 221 pages offre une synthèse actualisée des dernières recherches concernant un quartier important dans l’histoire des transformations urbaines de la capitale : celui des deux gares du Nord et de l’Est et de l’hôpital Lariboisière qui fut aussi celui de la prison Saint-Lazare après avoir été celui de la maladrerie Saint-Lazare, destinée aux lépreux de Paris depuis le XIIe siècle. Son objectif, comme l’indique le titre, est de réaliser « l’histoire d’un quartier » à partir de l’étude des transformations du parcellaire et des grandes institutions qui sont considérées comme autant de moteurs de son urbanisation. Il se compose de trois parties, d’importances inégales.

La première partie, très richement illustrée, s’intitule « La topographie d’un quartier de Paris » et permet de suivre les évolutions du vaste quadrilatère qui fut pour la première fois mesuré et arpenté à la demande de Vincent de Paul en 1647 mais restait très peu viabilisé et urbanisé, « hormis une mince frange de maisons le long de la rue du faubourg Saint-Denis » (Isabelle Dérens) jusqu’au début du XIXe siècle. Il s’agit de suivre les évolutions du parcellaire. À l’Époque moderne, finit de disparaître l’ancien prieuré-léproserie de Saint-Lazare. En 1632 l’essentiel en est cédé à la congrégation de la Mission ou Société des prêtres de la Mission, fondée par Vincent de Paul qui, rapidement, obtient l’autorisation d’élever un mur de clôture sur tout le périmètre du clos (1644). Dans le clos voisin, celui du « quarré Saint-Laurent », s’installe la maison-mère des Filles de la Charité qu’étudie Mathieu Brejon de Lavergnée. Si la congrégation cherche, à compter du XVIIIe siècle, à faire fructifier son domaine foncier en construisant des maisons de rapport (la Ferme générale s’installe d’ailleurs dans l’une d’elles en 1765) et s’associe même à quelques entrepreneurs-spéculateurs tels que Benoît de Saint-Paulle, Claude-Martin Goupy ou Jean Roch Guérin pour en augmenter les revenus, ces opérations restent limitées. En 1789, l’énorme réserve foncière du clos demeure donc presque intacte : les Lazaristes possèdent encore 52 hectares sur les 60 qu’ils avaient acquis. Dès le 13 juillet 1789, le clos est saccagé. La « Maison de Saint-Lazare », convertie en prison révolutionnaire devient une maison de détention pour femmes en décembre 1794. Les Filles de la Charité sont elles aussi chassées de leur domaine réquisitionné par les Révolutionnaires.

Ces vastes clos serviront de réserves foncières à l’édification des futurs grands aménagements du XIXe siècle, après toutefois une phase de viabilisation étudiée par Karen Bowie. Cette grande spécialiste de l’histoire des gares parisiennes place le clos Saint-Lazare parmi les quatre grands projets de spéculation urbaine de la première moitié du XIXe siècle dans la capitale. Elle s’intéresse ici à la partie nord du clos, investie par la société civile du clos Saint-Charles dès les années 1820, tout en rappelant que la partie sud, appelée à devenir le nouveau quartier Poissonnière, avait été étudié par Jeanne Pronteau en 1958. Si la greffe prend dans le sud du clos grâce aux investissements de la société anonyme du Nouveau Quartier Poissonnière, en revanche, dans le nord, la société du clos Saint-Charles doit être liquidée et est absorbée par la société en commandite des entrepôts du Nord et de l’Est dans les années 1840. Un cahier central en couleur termine la partie et permet de bien localiser les différents terrains en question à l’échelle très locale. On pourra regretter qu’aucune carte ne donne la localisation de ce quartier à d’autres échelles, et en particulier à l’échelle de Paris.

La deuxième partie s’appelle « Construction, embellissement et transformation de la maison Saint-Lazare ». Elle comporte quatre contributions qui chacune présente l’usage de l’ancien prieuré-léproserie Saint-Lazare en fonction des époques. Léonore Losserand suit l’installation de Vincent de Paul dans les anciens bâtiments en ruines situés dans un faubourg encore très rural entre 1632 et 1792. Elle recompose l’histoire longue de la construction de la maison-mère de la congrégation de la Mission, mais aussi de la maison carcérale et d’internement psychiatrique en usage pour les pensionnaires externes, ainsi que de la ferme destinée à la subsistance de la communauté. Frédéric Jimeno reconstitue le mobilier de l’église et du couvent Saint-Lazare aux XVIIe et XVIIIe siècles avant le pillage de 1789. Pauline Rossi étudie les reconversions des bâtiments de Saint-Lazare entre 1794 et 1998. La maison-mère devient prison, active de 1794 à 1933, et une partie des jardins sert d’emplacement pour l’érection d’une infirmerie spéciale, réservée à la visite sanitaire des prostituées de la capitale à partir de 1836. Dès 1912, ce système est contesté et sa disparition programmée. Dans les années 1930, le conseil général vote la démolition des anciens bâtiments du XVIIe siècle. L’emprise de la prison, démolie aux deux-tiers, doit servir à la création de logements neufs et d’un square. En 1954, commencent les travaux d’aménagement de la Maison de santé Saint-Lazare qui devient à partir de 1962 une des institutions rattachées au groupe hospitalier Lariboisière. En 1956 est inauguré le square Alban Satragne, démoli en 1969 pour céder la place à un vaste parking, avant de renaître au-dessus du parking en 1973. En 1966, c’est un centre de tri postal flambant neuf qui sort de terre. Jean-François Cabestan s’intéresse, pour finir, à la transformation du tiers restant de l’ancienne prison en médiathèque Françoise Sagan en 2015.

La troisième et dernière partie du livre, la plus courte de l’ouvrage, est la moins neuve et traite de « L’aménagement du quartier de la gare du Nord ». Karen Bowie actualise et livre plus largement au public les résultats d’une enquête qu’elle avait réalisé en 1996 sur l’implantation de la gare du Nord dans le clos Saint-Lazare entre 1837 et 1865. Pauline Prévost-Marcilhacy détaille les lotissements réalisés par James de Rothschild autour de « sa » gare du Nord entre 1845 et 1868, date de sa mort.

L’ensemble forme un ouvrage collectif bien pensé et très utile où collaborent les meilleurs spécialistes des différentes institutions présentées.

 

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.