Compte rendu : Monique Dondin Payre et Nicolas Tran (sous la direction de), Esclaves et maîtres dans le monde romain. Expressions épigraphiques de leurs relations, Rome, Collection de l’Ecole française de Rome 527, 2017, 410 pages. (Claudia Moatti)

Monique Dondin Payre et Nicolas Tran (sous la direction de), Esclaves et maîtres dans le monde romain. Expressions épigraphiques de leurs relations, Rome, Collection de l’Ecole française de Rome 527, 2017, 410 pages. (Claudia Moatti)

            La relation entre maîtres et esclaves (et affranchis) revêt avant tout les formes banales de la dépendance et de la soumission. Statutairement, l’esclave est en effet un bien animé. Il fait partie, avec les affranchis, de la familia du maître, entendue au sens juridique comme l’ensemble des personnes et des biens placés sous la puissance du pater familias. Doté parfois d’un pécule, il accomplit de multiples fonctions dans la maison ou aux champs, exerce une multitude de métiers près de son maître ou même au loin ; enfin des normes sont émises concernant sa transmission, son exploitation, sa punition, ou encore son émancipation. Mais quel était le vécu de ceux qu’on désignait comme des biens (des res) tout en reconnaissant qu’ils étaient aussi des humains (personae) ? Quelles relations entretenaient-ils avec leurs maîtres ? Les sources jurisprudentielles et les sources littéraires donnent parfois des indications précieuses mais toujours du point de vue du maitre. Les inscriptions, bien que soumises à de nombreuses conventions de langage, permettent-elles d’aller plus loin ? C’est tout l’intérêt de cet ouvrage collectif, issu de la XXe rencontre épigraphique franco-italienne tenue à Poitiers les 18-19 septembre 2014, que de tenter d’accéder aux relations mutuelles entre maîtres et esclaves et par extension entre patrons et affranchis.

            Soigneusement présenté avec des indices de sources, de notions latines, de noms propres, et des reproductions assez lisibles d’inscriptions, brièvement présenté par F. Chausson, l’ouvrage est divisé en trois parties qui donnent à voir une réalité diversifiée. Dans la première, « Le monde servile et le droit », les auteurs analysent les informations que fournissent formules et formes juridiques présentes dans les inscriptions. D. Mulliez, reprenant le dossier des actes d’affranchissement delphiques, analyse la clause de paramonè par laquelle un maître obligeait ses anciens esclaves (voire la descendance de ces derniers) à rester jusqu’à la fin de leur vie auprès de lui ou de ses ayant-droits, les maintenant donc en sujétion au-delà de leur affranchissement. Une pratique que les affranchis ont aussi suivie à l’égard de leurs propres esclaves, ce qui en dit long sur l’intériorisation de la relation de dépendance et sur la dure condition de l’affranchi. E. Incelli (p.31-64) analyse de son côté les allusions épigraphiques aux modes d’affranchissement. A la différence des Institutes de Gaius, pourtant très précis sur la question, les inscriptions nous font entrer dans la complexité et l’intimité des situations et révèlent les logiques (rapports de confiance ou de méfiance) qui sous-tendent ces choix, notamment dans ces situations particulières où les maîtres, des affranchis, affranchissaient une épouse ou leurs propres enfants.

            Á partir de la clause d’une charte municipale d’époque flavienne et de nombreuses inscriptions italiennes, F. Luciani (p.45-64) s’intéresse à l’affranchissement des esclaves publics : il met en valeur les pratiques d’évergétisme par lesquelles les ex-esclaves remerciaient la cité de leur avoir donné la liberté (mais ces pratiques étaient-elles une autre manière de payer le prix de cette liberté (p.64) ?) et les multiples devoirs (obsequium, operae) auxquels ils étaient astreints envers elle. Ces manifestations de respect ou de dévotion s’adressaient toutefois moins à la cité elle-même, qu’aux entités non personnelles dans lesquelles elle s’incarnait : le populus, l’ordre des décurions ou les municipes. D’autres articles du volume, ceux de S. Antolini et S.M. Marengo (129-140) et de C. Zaccaria (185-213) montrent que les actes cultuels qu’accomplissaient esclaves et affranchis envers une cité s’adressaient aussi aux corps constitués avec lesquels ils étaient en étroite relation en raison de leurs activités ; et il en était de même quand il s’agissait des empereurs : les ex-esclaves offraient le plus souvent un culte non pas directement au Génie de l’empereur, mais au Génie d’un bureau de l’administration à laquelle ils appartenaient.

            Le dernier article de cette partie juridique, celui de N. Laubry (p.65-79), s’interroge sur la formule libertis libertabusque posterisque eorum, que l’on trouve à Rome dans ces inscriptions par lesquelles un ancien maître ouvrait un espace funéraire à ses « affranchis des deux sexes et à leurs enfants ». N. Laubry propose d’y voir tout à la fois une manière d’inscrire son nom dans une longue postérité, un bienfait prolongeant l’assistance d’un patron à ses affranchis, ou encore une manière de s’assurer de la pérennité de l’entretien du tombeau. On le voit, la logique ne relève pas toujours de la relation affective : il s’agirait là plutôt d’un échange — le droit au tombeau pour les affranchis/ l’entretien du tombeau et de la mémoire pour le patron.

            La deuxième partie du volume, « le monde servile face aux hommes, aux dieux, à la mort », présente des études de cas. Ch. Hamdoune (p.83-96) étudie une épitaphe versifiée d’un esclave assez important de la familia de Juba II, par où l’on voit que le roi de Maurétanie imitait le comportement des aristocrates romains ; C. Landrea (p.97-111) reconstitue la familia des Valerii Messalae à partir des inscriptions de plusieurs columbaria ayant appartenu à des familles qui leur étaient liées (les Claudii Marcelli, les Statilii), de la fin de la République à l’époque néronienne : ces patriciens possédaient, comme beaucoup d’aristocrates romains, un nombre considérable de dépendants, nécessaires à leur train de vie, mais ont maintenu aussi des liens étroits avec leurs affranchis, assurant même la promotion sociale de leurs enfants. C’est au contraire au conflit entre maîtres et esclaves que s’intéresse l’article d’A.A. Nuno (p.113-127) sur les malédictions épigraphiques (ou defixiones) d’esclaves contre leurs patrons, pour montrer que ces textes sont en fait très rares, et surtout pour proposer une interprétation de la fameuse malédiction de Politoria : celle-ci apparaît comme un acte réfléchi, ultime recours dans le conflit qui l’opposait à sa maîtresse Clodia Valeria Sophrone.

            La troisième partie regroupe des analyses de corpus régionaux qui concernent soit des régions entières (la Transpadane, la Sardaigne), soit des cités (Aquilée, Ostie, Capoue, Eporedia, Tarente). A tous les cas s’applique la remarque de M. Bastiana Cocco à propos de la Sardaigne, que ces inscriptions se retrouvent en contexte urbain essentiellement, c’est-à-dire là où les esclaves, les affranchis et leur patron partageaient une certaine familiarité. Les articles étant parfois très descriptifs, il est impossible d’en rendre un compte détaillé. Nous nous contenterons ici de quatre remarques. Tout d’abord les corpus sont hétérogènes : certains sont très consistants (celui de C. Zaccaria sur toute la Transpadane), d’autres particulièrement exigus (le corpus d’Ostie analysé par M. Caldelli regroupe seulement 26 inscriptions sur trois siècles), l’une des difficultés du sujet étant d’identifier de manière sûre le statut des individus représentés dans les inscriptions ou les reliefs qui leur sont parfois associés (F. Cenerini, p. 235 ; 241). Ensuite, la plupart des textes sont érigés soit en contexte funéraire (un patron ou une patronne ayant fait construire un tombeau pour lui/elle, ses enfants et un esclave né à la maison (un verna) par exemple ; des esclaves s’occupant de la sépulture de leur patron, telle cette Aurelia Victoria qui dédie une sépulture à sa patronne, patrona incomparabilis (ILSard.I, 46), p 312) ; soit en contexte cultuel (inscriptions par des esclaves ou affranchis en l’honneur du dominus ou du patronus). C. Zaccaria consacre ainsi un long développement aux esclaves publics d’Aquilée et voit dans les pratiques religieuses l’expression d’une certaine « familiarité et attention réciproque » entre esclaves et patrons (p.204). De plus, de nombreux articles s’attachent à dégager, ce qu’on savait déjà, le rôle très important des esclaves et des affranchis dans les sphères économiques et administratives, aussi bien autour des particuliers (l’administration de leur patrimoine) que des empereurs ou des entités abstraites (collèges, cités). Ils montrent aussi la grande diversité du monde servile, et le statut particulièrement privilégié des esclaves et affranchis impériaux : bien lotis, dotés d’une certaine autonomie financière, ils épousaient des ingénues, dédiaient des inscriptions honorifiques et des ex-voto de prix (M. Bastiana Cocco).

Enfin l’expression de l’affection est aussi l’objet de plusieurs analyses : l’emploi de certains mots tout d’abord (delicatus, carissimus, ou plus stéréotypé, benemerens), l’accumulation des détails sur l’âge (M. Caldelli, p. 255), avec toutefois de variations régionales : G.L Gregori (p.243-252) souligne par exemple que les superlatifs (« le plus cher et le meilleur », carissimus et optimus) ne sont jamais utilisés à Rome pour exprimer les rapports entre affranchis et patrons, mais que ces deux mots sont fréquents dans les inscriptions du reste de l’Italie (ce que montre aussi M.Caldelli pour Ostie). Quelques articles s’attardent aussi sur l’usage de mots rares : ainsi G.L. Gregori montre que le mot tatae (tata au singulier), qui est présent dans une soixantaine d’inscriptions de Rome au début de l’Empire, renvoie le plus souvent à des esclaves ou des affranchis chargés de s’occuper d’un enfant en bas-âge, leur petit maître (parfois appelé de manière affective domnulus) ; M. Bastiana Cocco, de son côté, commentant une inscription érigée par des affranchis en l’honneur de leur patrona et de son mari, qu’ils appellent mamma optima et tata (CIL, X, 7564), suggère que le mot peut s’appliquer aussi aux maîtres qui s’occupent de leurs petits esclaves : on a là l’écho d’un langage populaire, autant de marques d’affection qui vont bien au-delà du simple rapport d’obsequium ou de pietas exigé par la loi.

            Ainsi nombre d’articles mettent l’accent sur le lien d’humanité qui unit parfois les esclaves/affranchis à leur maître/patron, donnant de la société une image non conflictuelle, comme le note M. Caldelli pour Ostie (p. 267) : mais les rapports conflictuels laissent-ils des traces autres que ces rares malédictions dont l’inscription de Politoria offre un exemple ?
Là est peut-être la limite de l’exercice qui nous est proposé dans ce livre dont la matière est riche et souvent passionnante, même si certains articles ne traitent pas vraiment le sujet. Faire graver une inscription est déjà un compromis, et peut exprimer l’affection mais aussi la soumission. Par-delà les conventions épigraphiques, ce qui se laisse voir c’est en fait surtout la diversité des logiques (et notre difficulté à les identifier) : besoin de protection d’un côté, intérêt social ou mémoriel de l’autre, vénération d’un côté, paternalisme de l’autre, assistance d’un côté, intérêt matériel de l’autre.

            Il aurait ainsi été intéressant de dégager de manière plus fine les formes de la négociation dans la relation entre maîtres et esclaves, et les intérêts réciproques qui la fondaient, entre devoirs et services, entre responsabilités et profits. Cette dimension de la relation, dont relève parfois l’affranchissement, explique sans doute la stabilité du système, jamais remis en cause tout au long de l’antiquité, et maintenu même par les affranchis. Pour ces derniers, qui connaissaient une liberté plutôt précaire, des manifestations de dévotion ou de fidélité étaient stratégiquement nécessaires pour s’assurer de la bonne volonté de leurs anciens maîtres ; et ces derniers, aussi, avaient quelque intérêt à manifester une apparence d’humanité s’ils voulaient par exemple que quelqu’un prît soin de leur tombeau. La dialectique hégélienne du maître et de l’esclave aurait ainsi mérité d’être discutée quitte à être nuancée !


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.