Programme : Atelier “Entrer dans le logement populaire: regards croisés sciences sociales, patrimoine, habitants”.

Atelier “Entrer dans le logement populaire: regards croisés sciences sociales, patrimoine, habitants”.

L’Association pour un musée du logement populaire du Grand Paris (AMULOP, Cf. présentation à la fin de ce mail) propose pour la deuxième année l’organisation d’ateliers articulés autour du logement populaire. Celui-ci est envisagé, de manière pluridisciplinaire, comme un moyen d’aborder les transformations sociales contemporaines en faisant des pratiques des habitants un sujet d’étude. Ce projet s’inscrit dans une démarche de synergie entre les différents acteurs scientifiques, culturels, militants, et éducatifs du territoire de Seine-Saint-Denis.

20 février, 14-17h, 3 rue d’Ulm, salle de réunion du 4e étage (exceptionnellement)

Séance 1 : Patrimonialisation et muséographie des migrations

Séance mutualisée avec le séminaire « Global » de l’Institut convergence migrations, animé par Claire Zalc (CNRS-IHMC)

Cette première séance s’organisera en deux parties. La première sera consacrée au patrimoine des migrations, à partir des travaux de Michèle Baussant et Evelyne Ribert. La seconde partie prendra la forme d’une table ronde consacrée à une réflexion sur les enjeux de la mise en musée de l’histoire de l’immigration en France à partir du cas de la Cité nationale de l’Histoire de l’immigration. Son exposition permanente fait l’objet, depuis l’ouverture en 2007 de nombreux débats. Une nouvelle exposition est en voie de préparation. Nous reviendrons au cours de cette table ronde sur les méthodes et collections utilisées pour aborder l’histoire de l’immigration, avec des membres de l’ancien et du nouveau comité scientifique. Il s’agira d’éclairer les enjeux politiques et scientifiques de cette histoire, et ses liens avec l’histoire coloniale et mondiale de la France.

Invitées de la table ronde « Quelle muséographie pour l’histoire de l’immigration ? Réflexions à partir du MNHI » animée par Muriel Cohen (docteure en histoire de l’université Paris 1) et Elodie Paillet (enseignante en Histoire-Géographie à Villejuif (94)) :

-Hélène Bertheleu, sociologue de la mémoire des migrations, université de Tours.

-Marie-Claude Blanc-Chaléard, historienne de l’immigration, professeur émérite de l’université Paris-Ouest Nanterre, membre du comité de préfiguration de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration.

-Elisabeth Jolys-Shimells, conservatrice du patrimoine, responsable des collections ethnographiques, Musée national de l’histoire de l’immigration.

20 mars 14h- 17h, salle 410 MSH Paris-Nord

Séance 2 : Le logement populaire entre sciences sociales et patrimoine, animée par Pierre Gilbert (MCF en sociologie, Université Paris 8) et Sébastien Radouan (MCF associé à l’ENSA Nantes)

Cette séance porte sur les intérieurs domestiques comme objet pour les sciences sociales et comme support de transmission à un public large. Elle s’intéresse à la culture matérielle et à l’architecture comme objet et source pour les recherches sur les classes populaires, mais aussi à la manière dont les objets domestiques et la morphologie des logements peuvent être un support pour la muséographie. Elle vise également à questionner la conversion d’analyses produites par les sciences sociales sous une forme de patrimoine, et les effets de ce passage.

Invitées :

– Monique Eleb, professeure honoraire d’histoire de l’architecture, École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais

– Anne Monjaret, ethnologue, directrice de recherche au CNRS, IIAC / équipe Lahic (CNRS-EHESS)

– Valérie Lecoq, comédienne et metteuse en scène, auteur et interprète de visites théâtralisées dans des logements populaires et des cités ouvrières.

17 avril 14h-17h, salle 410 MSH Paris Nord

Séance 3 : De la maternelle à l’université : projet scientifique, démarches pédagogiques et publics d’un musée du logement populaire, animée par Diane Chamboduc de Saint-Pulgent (doctorante en histoire à l’Université Paris 4, enseignante au lycée le Corbusier, Aubervilliers) et Cédric David (docteur en histoire contemporaine de l’Université Paris Ouest, enseignant au collège Jean Lurçat, Saint-Denis)

Dans le cadre du projet de musée du logement populaire, cette séance portera sur la question du lien avec les publics scolaires et étudiants, des démarches pédagogiques et de la manière dont le futur musée pourra servir de lieu de ressources et de formations pour des enseignants de tous niveaux intéressés par les enjeux liés au logement populaire et à l’urbanisation du Grand Paris.

22 mai 14h-17h, salle 410 MSH Paris Nord

Séance 4 : Des archives au musée, l’archive comme outil de médiation culturelle, animée par Cécilia Cardon (archiviste de la ville de Pantin (93)) et Aurélien Fayet (enseignant en Histoire-Géographie à Plaisir (78))

Le projet de l’AMULOP repose sur l’exploitation d’archives écrites, orales et photographiques, qui serviront de support à la future muséographie du musée pour mettre en récit et incarner les histoires d’habitants. Cette séance reviendra donc sur des expériences de médiation menées par des archivistes.

Un panorama des pratiques traditionnelles de valorisation des archives (expositions, publications, etc.) et des projets de médiation numérique menés par des services d’archives sera brossé par Élodie Belkorchia. Après cet état des lieux, Julien Le Magueresse fera un retour d’expérience sur l’exposition Zone B : Nanterre et la Défense (1950-1980).

Invités :

– Élodie Belkorchia, responsable des pôles Conservation et valorisation patrimoniales et Gestion et communication des fonds iconographiques, audiovisuelles et numériques aux archives municipales d’Aubervilliers, coordinatrice du groupe de travail Médiation ↔ Archives de l’Association des archivistes français.

– Julien Le Magueresse, chef du service des publics des Archives départementales des Hauts-de-Seine.

19 juin, 14h-17h, salle 410 MSH Paris Nord

Séance 5 : Entrer dans le logement : l’expérience sensible comme médiation de l’histoire sociale, animée par Gaïd Andro (MCF en didactique à l’Université de Nantes) et Laëtitia Benbassat (enseignante en histoire-géographie à Paris).

Cette séance a pour objectif de réfléchir aux outils de la médiation de l’histoire et aux enjeux muséographiques que cela suppose. Ce questionnement vise à enrichir la dynamique de patrimonialisation des quartiers populaires d’une démarche d’historicisation des pratiques des acteurs et d’une réflexion didactique en histoire sociale tournée vers les différents publics (notamment du territoire).

Invités:

– Guillaume Mazeau, maître de conférences en histoire moderne à Paris I (CRH 19/ IHTP), commissaire d’exposition et conseiller historique pour le théâtre et le cinéma. Co-animateur du séminaire sur les médiations de l’histoire à l’IHTP.

– Isabelle Backouche (sous réserve), directrice de recherche EHESS, membre du CRH et membre du comité d’histoire de la ville de Paris. Invitée notamment autour du projet de balade sonore “gens de la Seine”.

– Association la boîte à histoire autour de la notion d’ “histoire publique” et à propos du festival “Secousse” (septembre 2018).

Présentation de l’AMULOP

Fondée en 2014, l’AMuLoP (Association pour un musée du logement populaire du Grand Paris) réunit un collectif de professeurs du secondaire et du supérieur, historiens, sociologues, géographes, architectes, et des acteurs du monde de la culture qui portent, à long terme, un projet de musée du logement populaire sur le territoire de la Seine-Saint-Denis. Il s’agira de mettre en valeur la vie quotidienne des habitants des quartiers populaires et les questions sociales auxquelles ils ont été confrontés au gré de l’urbanisation et des mutations économiques de la banlieue parisienne : transformation des conditions de logement et de travail, des espaces publics et des modes de consommation, migrations, mobilités résidentielles, insalubrité et problèmes de santé, solidarités et conflits, rapports aux institutions publiques.

Pour aborder de façon vivante ces questions, notre projet est de faire l’histoire des habitants successifs d’un immeuble emblématique de l’histoire de la banlieue nord-est. Ce sont les itinéraires des familles plus que le bâtiment lui-même qui donneront corps au projet muséographique.

Envisagé comme un Work in Progress, ce projet nécessite de mener une réflexion sur les modalités et les possibilités de mise en musée du vécu des classes populaires en banlieue. Une première journée d’étude a été organisée en octobre 2016 sur la patrimonialisation du quotidien des classes populaires et de nombreux questionnements ont été soulevés lors des ateliers Condorcet 2017-2018. Les rencontres organisées 2018-2019 permettront d’approfondir des questionnements en croisant les approches historique, patrimoniale, pédagogique, sociologique, géographique autour de la question de la représentation du quotidien des habitants dans les quartiers populaires.

Contact : murielcohen_c@hotmail.com

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.