Journée d’études “Les ingénieurs à l’épreuve des chantiers (Europe, XVIe-XIXe siècles)”, 11 mars 2019

Vous trouverez ci-dessous le programme de la  journée d’études  “Les
ingénieurs à l’épreuve des chantiers  (Europe, XVIe-XIXe siècles)” qui aura
lieu lundi 11 mars 2019
MATIN : Université Paris Diderot – Bâtiment Olympe de Gouges, salle 628 –
Place Paul Ricœur 75013 Paris
APRES-MIDI : Cité de l’Architecture et du Patrimoine (entrée d’About) – 7
av. Albert de Mun 75016 Paris
avec visite de l’exposition  « L’art du chantier. Construire et démolir du
16e au 21 e siècle »

Programme et résumés : https://techniqcak.hypotheses.org/4852
Exposition :
https://www.citedelarchitecture.fr/fr/exposition/lart-du-chantier-construire
-et-demolir-xvie-xxie-siecle

Dans le prolongement de la journée d’études tenue en 2017 (Les ingénieurs,
des intermédiaires ? Transmission des connaissances et coopération chez les ingénieurs, Europe xvie–xviiie siècle), l’enjeu est d’analyser les
interactions entre les ingénieurs et les praticiens sur le terrain, à un
moment où se forment des communautés et des corps d’ingénieurs dont les
savoirs restent longtemps hybrides.
Des travaux tels ceux d’Hélène Vérin et de Chandra Mukerji ont montré que
les connaissances acquises lors de la formation ne suffisent pas à résoudre
les difficultés apparues sur les chantiers. Ces limites, perçues par les
ingénieurs de l’époque moderne, ont suscité leurs réflexions sur la
nécessaire coopération avec divers acteurs alors même qu’ils disposaient de savoirs plus théoriques.
Les chantiers sont-ils des lieux de coopération entre ingénieurs et
praticiens, des « trading zones » selon l’expression de Pamela O. Long ? En
vertu de quelles modalités et dans quelles limites ? Des études récentes ont
en effet, remis en cause ce concept et signalent non seulement les impasses
rencontrées par les ingénieurs sur le terrain mais aussi l’impossibilité,
parfois, de coopérer avec d’autres intervenants. Il s’agit donc d’interroger
la figure de l’ingénieur à travers sa maîtrise des contraintes et des
risques et ses capacités à négocier, en collectivité, des solutions techniques, alors que l’historiographie a souligné la force des dispositifs de légitimation des ingénieurs en société, le plus souvent dans un rapport étroit au pouvoir politique.

SESSION 1
L’HISTOIRE DE LA CONSTRUCTION VUE DES CHANTIERS
Présidence : Michèle Virol

9h30
Patricia SUBIRADE École d’histoire de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne / IHMC, UMR 8066
La construction de ponts, de routes et du port de Bellerive dans le duché de
Savoie de la seconde moitié du XVIIe siècle : des ingénieurs-architectes sur
les chantiers
10h00
Isabelle WARMOES Musée des Plans-reliefs, Hôtel national des Invalides
Permanences et évolutions dans la mise en œuvre des chantiers de
fortification  (fin XVIIe s. – fin XIXe s.)
10h30
Anne-Sophie CONDETTE-MARCANT Centre d’histoire des Institutions (CHDI) de l’Université Paris II-Panthéon-Assas
Les ingénieurs des Ponts et Chaussées et l’encadrement juridique des
chantiers au siècle des Lumières

CONFÉRENCE 11h30
Chandra MUKERJI University of California, San Diego, Department of
Communication
Worksites and sovereignty on the Canal du Midi

SESSION 2
Cité de l’Architecture et du Patrimoine (entrée d’About) – 7 av. Albert de
Mun 75016 Paris
ÉTUDES DE CAS : LE CHANTIER, UNE « TRADING ZONE » ?
Présidence : Valérie Nègre

14h30
Anne CONCHON Université Paris 1 Panthéon Sorbonne / IDHE.S
Les ingénieurs des Ponts et Chaussées et l’économie des chantiers routiers
au XVIIIe siècle
15h00
Christoph RAUHUT Berlin State Conservation Authority
The simultaneity of the non–simultaneous: The example of the construction
site of the Stadthaus in Zurich

 

16h00 VISITE DE L’EXPOSITION
L’ART DU CHANTIER. CONSTRUIRE ET DEMOLIR DU 16e AU 21 e SIECLE
Présentation : Valérie NÈGRE, IHMC – Université Paris I Panthéon Sorbonne


Journée d’études organisée avec le soutien du Centre Koyré et des
laboratoires GRHis, ICT, IHMC, IDHE.S Evry
et coordonnée par Stéphane Blond (IDHE.S Évry – Université
d’Évry-Paris-Saclay), Liliane Hilaire-Pérez (ICT – Université Paris-Diderot/
Centre Koyré – EHESS),Valérie Nègre (IHMC – Université Paris 1) et Michèle
Virol (GRHis – Université de Rouen Normandie).

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. mireille bachelard dit :

    Bonjour,
    Est-ce qu’il y a nécessité de s’inscrire, et si oui, auprès de qui, pour participer à cette journée d’étude ?
    Cordialement
    M. Bachelard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.