Compte rendu : Jennifer Anne Boittin, Colonial Metropolis, The Urban Grounds of Anti-Imperialism and Feminism in Interwar Paris, University of Nebraska Press, Lincoln and London, 2010 (Sylvain Pattieu)

Jennifer Anne Boittin, Colonial Metropolis, The Urban Grounds of Anti-Imperialism and Feminism in Interwar Paris, University of Nebraska Press, Lincoln and London, 2010 (Sylvain Pattieu)

Dans l’Entre-deux-Guerres, Paris est devenue une véritable métropole coloniale, dans laquelle des connexions inédites ont pu se mettre en place. Telle est la thèse défendue par le livre de cette historienne étatsunienne, qui s’inscrit dans une histoire urbaine aux fortes dimensions culturelles et politiques. Une histoire déployée à la fois à une large échelle, puisqu’il y est question de la « vogue nègre » des nuits et spectacles parisiens et de l’Exposition coloniale de 1931, et à une échelle plus réduite, puisqu’elle s’intéresse de près à de petits groupes voire à des individus, militants anti-impérialistes, féministes, intellectuelles et écrivains. Elle parvient par ces jeux d’échelle à restituer toute la complexité des interactions entre coloniaux et Françaises, entre l’Empire et la capitale, entre différentes politiques d’émancipation non exemptes de certaines contradictions. Alors qu’il existe de nombreux discours théoriques sur l’intersectionnalité (le croisement des questions de classe, de genre, de race), elle en livre une démonstration empirique laissant toute sa place aux ambiguïtés et aux difficultés. La capitale d’un Empire colonial apparaît sous sa plume comme un lieu paradoxal d’ouvertures multiples, de possibilités de s’organiser, de se rencontrer et de croiser les combats. Elle examine ces différentes possibilités à partir d’une dimension culturelle qui conduit immédiatement au politique et au social. Elle regarde ainsi davantage du côté des interactions entre les individus que de leur rapport aux institutions. Elle s’appuie, pour ce travail convaincant, sur de nombreuses archives, pour la plupart issues des archives d’outre-mer. Elle a également dépouillé les archives nationales, celles du centre des archives du féminisme et les archives nationales du Sénégal. Il faut ajouter l’analyse fructueuse de nombreux périodiques et de la presse, ainsi que de différents ouvrages écrits par les acteurs de cette histoire. Les archives issues de la surveillance des militants coloniaux, avec les rapports de plusieurs agents infiltrés, livrent de passionnantes et savoureuses informations.

Si Jennifer Boittin s’intéresse au Paris de l’Entre-deux-Guerres, c’est que la ville est le lieu d’une affluence inédite de sujets coloniaux venus pour certains avec la guerre. Il faut y ajouter un certain nombre d’Africains-Américains, notamment les musiciens de jazz qui écument alors les caves à concert parisiennes. On peut estimer entre 10 000 et 15 000 le nombre de Noirs (surtout des hommes) qui vivent alors dans la capitale. La vie culturelle parisienne en est alors marquée, à tous les niveaux, du prix Goncourt de René Maran aux spectacles de Josephine Baker, par une « vogue nègre » qui repose sur des stéréotypes, sur un attrait pour l’exotisme et sa mise en scène, mais qui ouvre des espaces pour affirmer dans l’espace public des corps noirs. Jennifer Boittin analyse ainsi la carrière de Josephine Baker qui, bien que venant des Etats-Unis, devient un symbole de la sensualité prêtée aux femmes des colonies. Elle se coule dans ces représentations pour assurer son succès, mais parvient à les détourner et à les dépasser en devenant aussi un symbole du chic et de la sophistication française.

Dans les salles de bal parisiennes, le triomphe de la biguine, danse originaire de la Martinique, correspond au même phénomène, avec des stéréotypes mais aussi la possibilité d’une plus grande visibilité. Cet imaginaire, s’il trouve son origine dans le colonialisme et dans des stéréotypes racistes, permet la construction d’un imaginaire social qui intègre et interroge les questions raciales. Il permet aussi, dans la vie quotidienne, des contacts interraciaux. C’est le cas dans les bals, dans les salles de concert, ou plus simplement dans les rues de Paris. Paris concentre une diaspora aux multiples origines qui, par-delà cette diversité, forme une véritable colonie noire dans cet espace commun. Y naissent ainsi des organisations anti-impérialistes, non exemptes de tensions, notamment entre Antillais et Africains, mais dans lesquelles le fait d’être noir devient un élément unifiant. Jennifer Boittin prolonge ici le travail de Philippe Dewitte (Les Mouvements nègres en France, L’Harmattan, 2004) en décrivant la fondation de la Ligue de défense de la race nègre (LDRN), puis de l’Union des travailleurs coloniaux (UTN). Même ces organisations radicales n’hésitent pas à utiliser l’exotisme pour mieux le retourner, à travers des bals par exemple, dans lesquels sont prononcés des discours politiques.

Jennifer Boittin décrit enfin comment les questions de genre se trouvent recomposées par ces interactions dans l’espace de la capitale. Les groupes anti-impérialistes sont composés d’hommes noirs souvent issus des classes populaires. Ils sont les lieux d’affirmation d’une fierté masculine, à rebours des stéréotypes coloniaux, mais excluante pour les femmes. Les seules femmes qui parviennent à s’y faire une place, au prix de débats houleux, sont les épouses ou compagnes blanches de militants noirs. Pourtant des femmes noires parviennent à développer au même moment un espace politique et intellectuel alternatif plus ouvert aux questions qui les concernent. Les sœurs Nardal, issues de la bourgeoisie martiniquaise, s’installent à Clamart comme étudiantes et leur salon, où on ne sert pas d’alcool mais du thé, devient un lieu de débat pour de nombreux étudiants et militants noirs, notamment Césaire ou Senghor. Elles participent à des revues de grande qualité comme la Dépêche africaine ou La Revue du Monde noir et sont les premières à relier questions raciales et questions de genre, par exemple à travers une réflexion sur la façon dont les corps des femmes noires sont vus comme sensuels ou exotiques par les hommes blancs. Les sœurs Nardal sont en contact avec des milieux très différents, grâce à leur audience intellectuelle et leur engagement : elles travaillent avec des féministes blanches, écrivent dans les journaux des organisations anti-impérialistes, relient travailleurs noirs et artistes ou intellectuels blancs.

Si Paris, capitale de l’Empire, est le siège des organisations anti-impérialistes, il en est de même pour les mouvements féministes. Alors que les mouvements de féministes blanches ont été parfois décrits comme peu ouvert aux questions raciales, Jennifer Boittin démontre au contraire le rôle pionnier qu’elles jouent en liant inégalités liées à la race et au sexe. Les féministes, comme les militants coloniaux, ont été flouées des efforts réalisés pendant la guerre en n’obtenant pas l’égalité civique à laquelle elles aspiraient. Cette déception commune les rend particulièrement sensibles aux inégalités liées à la colonisation et au racisme. Plusieurs militantes féministes se posent ainsi très tôt la question de la justification de la colonisation et s’intéressent au sort des femmes dans les colonies. Elles le font parfois sans se défaire complètement des stéréotypes de leur temps, dont certaines s’émancipent néanmoins avec une ironie mordante. Mais elles portent ces questions sur le devant de la scène, dans leur presse, dans des livres, ou même à la tribune des congrès anti-impérialistes, où en 1938 la femme blanche d’un militant noir reconnu interroge ses camarades sur leur peu de souci du sort des femmes noires. L’effervescence culturelle et politique de la capitale concernant les questions coloniales et raciales pousse ainsi les militantes féministes à prendre position. On trouve l’acmé de ces rapprochements dans les mouvements antifascistes et dans la large opposition à l’invasion de l’Ethiopie par Mussolini.

Par sa façon de lier le politique, le social et le culturel à l’échelle d’une capitale impériale, Jennifer Boittin dresse un panorama convaincant et donne des idées pour travailler sur d’autres villes de métropole où la présence coloniale a pu être importante. Il faut souhaiter que ce livre puisse un jour être traduit et publié en français.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.