Compte rendu: Minayo Nasiali, Native to the Republic. Empire, Social Citizenship, and Everiday Life in Marseille since 1945, Cornell University Press, Cornell and London, 2016 (Sylvain Pattieu)

Minayo Nasiali, Native to the Republic. Empire, Social Citizenship, and Everiday Life in Marseille since 1945, Cornell University Press, Cornell and London, 2016 (Sylvain Pattieu).

Dans son livre Minayo Nasiali décale le discours habituel présentant la modernisation urbaine de l’Après-Guerre comme une politique centralisée, décidée d’en-haut et imposée localement. Elle se concentre sur une ville, Marseille, en travaillant des années 1945 à 1990 sur les pratiques et les discours publics liés à la reconstruction puis à la modernisation des logements. Elle part du local mais aussi des pratiques quotidiennes des habitants pour mener l’histoire par en bas de ce phénomène. Il s’agit d’analyser, à partir de l’histoire urbaine, les mutations de la citoyenneté dans une époque où la décolonisation entraîne de profondes modifications du projet impérial. Sa base archivistique est très solide : archives de la planification urbaine, études démographiques, comptes-rendus de conseils municipaux, de comités de quartier, lettres aux édiles, presse, rapports d’experts. Son livre suit une trame chronologique et s’appuie sur des exemples précis largement détaillés, constituant autant de passionnantes études de cas. Elle réussit de façon magistrale à enchevêtrer ces différentes problématiques pour aboutir à des conclusions convaincantes.

Elle identifie tout d’abord différents acteurs des politiques urbaines. Si l’État et la municipalité sont largement attendus, elle met l’accent sur ce qui permet de nuancer la centralisation de telles politiques. Les experts locaux en urbanisme sont de véritables médiateurs entre les politiques nationales et municipales. Ils traduisent les premières selon leurs propres termes en fonction des enjeux locaux. Ainsi, les techniciens se livrent dans les années 1950 à une recension très précise des différents îlots insalubres de la ville et de leurs habitants. Dans les décennies qui suivent les chercheurs en sciences sociales prennent le relais pour décrire habitat et populations. Ils prônent à partir des années 1980 la participation des habitants à l’élaboration des politiques. Mais Minayo Nasiali insiste surtout sur la manière dont les habitants influent sur les politiques. Ce sont d’abord des mouvements sociaux de squatters dans l’immédiat Après-Guerre qui mettent sur le devant de la scène, le problème du mal-logement. Ils posent le droit au logement comme un élément essentiel de la nouvelle citoyenneté qui s’élabore à la Libération, lui donnant une indéniable coloration sociale et ils parviennent à obtenir un consensus sur ce point. Les pouvoirs publics, qui réagissent d’abord par la répression et l’expulsion, doivent mettre en place des campements d’urgence pour accueillir les squatters. Ces mouvements sociaux, dans lesquels catholiques et communistes travaillent côte à côte, conçoivent le fait d’avoir un toit, mais aussi d’accéder à certaines normes de confort, comme un aspect important de la dignité ouvrière. Se dessine ainsi le modèle idéal d’une famille dans laquelle l’homme travaille, la femme est une bonne ménagère, et à laquelle le nouvel État-Providence doit fournir un logement de qualité. De tels mouvements ne survivent pas aux tensions de la guerre froide mais les comités d’intérêt de quartier prennent le relais et portent de multiples revendications qui influent sur les décisions politiques. Les migrants coloniaux eux-mêmes revendiquent cette appartenance à la nation dans leurs courriers de demande de logement : ils font valoir leur attachement à la France, leur travail, leurs états de service militaires. Ils développent de telles stratégies pour voir intégrer leur droit au logement à la citoyenneté acquise en 1946 par la loi Lamine-Guèye.

Si la question de la modernisation urbaine a souvent été présentée comme une affaire de technocrates apolitiques, l’auteure lui restitue toute sa dimension politique. Il y a d’abord, à Marseille, le clientélisme politique car la municipalité choisit les familles qui intégreront les logements neufs et notamment des HLM à partir des années 1950. C’est aussi un enjeu de batailles politiques : en 1960, les communistes accusent la municipalité Defferre de délaisser les quartiers populaires après l’effondrement tragique d’un immeuble insalubre dans le quartier Saint-Lazare. Le politique se niche aussi dans une question délicate, celle de savoir qui mérite d’être bien logé et quelles sont les familles « asociales » jugées incapables de bénéficier et de tirer parti du confort moderne. La conception nouvelle du droit au logement comme partie intégrante de la citoyenneté sociale a pour corollaire l’exclusion de ceux qui sont jugés comme indignes de cette citoyenneté. Les fonctionnaires locaux du bureau de l’Hygiène sont ainsi chargés d’évaluer, dans les années 1950, les familles d’une cité de transit, la cité Peysonnel. Ils les classent selon leur profession, la capacité à tenir et à décorer un intérieur, le mode de vie. De leur propre initiative, puisque de tels critères ne figurent pas dans les évaluations nationales, ces experts locaux ajoutent une catégorie « nationalité » qui permet de classer les habitants selon des critères en définitive raciaux : d’un côté les Français et les Italiens, de l’autre les Espagnols, il faut comprendre les Gitans, et les Nord-Africains. Les familles jugées les plus aptes sont relogées dans des HLM tandis que les autres sont renvoyées vers des logements à normes réduites, beaucoup moins confortables. Or, ce qui détermine le sort des familles est moins la façon dont elles sont notées que la nationalité qui leur est attribuée. Les familles jugées les plus fragiles sont placées dans des espaces envisagés comme des lieux provisoires d’apprentissage de la façon de vivre et d’habiter à la française. Mais la détérioration rapide de ces cités en fait des lieux de relégation. Ces populations logées dans les conditions les plus difficiles, en sont rendues responsables et les différences culturelles, jugées insurmontables, réifiées.

Plus tard, dans les années 1960 et 1970, certains chercheurs en sciences sociales participent à définir le « seuil de tolérance » au-delà duquel la trop forte densité ethnique d’un quartier nuirait à sa cohésion, en usant de catégories souvent héritées de la période coloniale. Les résidents eux-mêmes n’échappent à ces classifications ethnico-raciales. Dans les années 1950, le comité de quartier de la Belle-de-Mai, dans un espace qui compte de nombreux descendants de migrants italiens, intervient pour aider des familles de squatters d’origine italienne à obtenir des logements, et dans le même temps demande l’expulsion de squatters gitans. Dans les années 1980, le comité de résidents du quartier du Grand-Saint-Barthélémy, appelé à choisir, dans le cadre de la réhabilitation de ce grand ensemble, quelles familles disposeront des appartements rénovés, privilégie systématiquement les familles blanches sur les extra-européens, quand bien même ils habitent plus anciennement le quartier. Préjugés de classe et préjugés raciaux se conjuguent chez des résidents souvent eux-mêmes d’origine immigrée pour rejeter des familles dont la présence entraînerait une dévaluation du quartier. La volonté de participation des habitants aux décisions de rénovation et de relogement, basée sur des principes républicains et sur de nouvelles théories sociologiques, aboutit à construire, ou à révéler, des catégories raciales. Dans les années 1990, les jeunes habitants des quartiers sont vus à la fois comme de potentiels citoyens ou délinquants. Les politiques urbaines se transforment en politiques culturelles avec le développement de l’animation. Il s’agit de discipliner les corps à travers les pratiques sportives ou le développement du hip-hop, dans une conception très genrée des activités allouées aux jeunes garçons et aux jeunes filles.

A travers le logement, Minayo Nasiali montre comment certaines catégories de l’Empire se déplacent vers la métropole pour s’appliquer aux immigrés plutôt qu’aux coloniaux. Le logement participe d’une nouvelle citoyenneté sociale qui s’est construite par en bas et pas seulement par en haut, dans laquelle un certain standard de vie est exigé. Ces normes ne sont cependant pas homogènes et tout au long de la période un des enjeux consiste à définir ceux qui en sont exclus. A travers cette perspective, l’historienne américaine pose un regard acéré sur la société française et, à nouveaux frais, les questions des catégories raciales et de l’héritage impérial de la France, à partir non pas de débats théoriques mais de pratiques concrètes. Espérons qu’il soit un jour traduit en français.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.