Compte rendu: Antoine Follain et Maryse Simon (sous la direction de), La sorcellerie et la ville/Witchcraft and the city, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2018. (Diane Roussel) 

Antoine Follain et Maryse Simon (sous la direction de), La sorcellerie et la ville/Witchcraft and the city, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2018, 248 p. (Diane Roussel)

Si l’imaginaire de la sorcellerie reste attaché au monde rural, les villes ont-elles pour autant ignoré le phénomène ? Les citadins seraient-ils tellement plus éduqués et rationnels que les rustres des campagnes pour ne plus croire au Diable et à la magie, et ainsi ne pas envoyer au bûcher sorcières et sorciers ? Le grand nombre diluerait-il dans l’anonymat urbain la haine et les médisances qui souvent nourrissent les dénonciations de sorcellerie ? Partant de ces préjugés et fausses évidences, Antoine Follain et Maryse Simon entendent interroger la possibilité d’une histoire urbaine de la sorcellerie. Car si l’historiographie – prolifique depuis la fin des années 1970 – s’est longtemps focalisée sur la chasse aux sorcières dans l’Europe rurale des XVe-XVIIe siècles, plusieurs cas ont prouvé que le crime de sorcellerie n’est ni exclusivement, ni intrinsèquement rural. Pourtant, les historiens de la ville manifestent peu d’intérêt pour la sorcellerie, souvent envisagée à part, sous un angle marginalisé. La différence entre villes et campagnes reste ainsi à élucider et la spécificité de la sorcellerie urbaine à déterminer.

C’est ce que propose ce volume, composé de 7 articles issus de la journée d’étude qui s’est tenue en 2013 à l’occasion de la réception comme docteur Honoris Causa de l’université de Strasbourg de Carlo Ginzburg, qui signe une énergique postface. La riche introduction revient sur la difficulté d’une entreprise de synthèse sur la sorcellerie et la ville. La définition de l’urbain n’en est pas la moindre, tant ce qui fait la ville de la fin du Moyen Âge et du début de l’Époque moderne ne peut se réduire aux seules définitions juridiques élémentaires. Mais s’il faut nécessairement prendre en considération les caractères démographiques et sociaux qui distinguent la ville du plat-pays, comment prendre en charge l’extraordinaire diversité de villes aussi différentes que Paris, Venise, Amsterdam et les petites villes de quelques milliers d’habitants ?

Le caractère urbain du crime de sorcellerie n’est pas plus facile à établir dans les sources. Sans revenir ici sur les distinctions controversées entre sorcellerie, magie et possession, les sources judiciaires qui traitent de ce type de crime – si tant est qu’elles aient été conservées en dépit de la fâcheuse habitude de la justice de détruire sur le bûcher les pièces de procédure avec les condamnés – posent également de nombreux problèmes et induisent des effets statistiques qu’on ne peut ignorer. La discussion méthodologique sur le périmètre et la pertinence de la comparaison est ainsi au cœur de la démarche.

Comment expliquer que des grandes villes comme Paris, Amsterdam, Londres, Vienne, Venise ou Madrid n’ait pas (ou peu) connu de grandes chasses aux sorcières, contrairement aux petites villes souvent plus enclines à engager de vastes poursuites, alors que la croyance en la magie et en la sorcellerie persiste ? Dès lors, quels facteurs – spécifiquement urbains ? – encouragent ou découragent les poursuites contre le crime de sorcellerie ? Pour tenter d’y répondre, le volume embrasse de multiples échelles, des contextes variés et une périodisation large, grâce à des essais de synthèse sur les villes du Saint Empire (Rita Voltmer), des Pays-Bas et de l’Italie du Nord (William Monter) et par des études de cas portant sur les « Vauderies » médiévales de Lyon et d’Arras (Franck Mercier), les procès de sorcellerie à Lausanne (Georg Modestin), en Lorraine et à Nancy (Antoine Follain et ses étudiants, avec l’édition d’un important dossier documentaire de procès), à Paris (Maryse Simon, en introduction) et à Poitiers (Antoine Coutelle), ainsi que le cas des Illuminés de Picardie autour de Madeleine de Flers au XVIIe siècle (Sarah Ferber).

La question – longtemps centrale dans l’historiographie – de la croyance demeure délicate à trancher. Pour Antoine Follain, le cas lorrain illustre l’absence « de différence dans les mentalités, dans l’imaginaire des populations, de part et d’autre des murailles » (p. 139), tant les liens sont étroits entre ville et campagne, ce que conteste Carlo Ginzburg, attentif au cas d’un soldat savant (discussion p. 142-144 et p. 239-240). De la fin du Moyen Âge au « siècle des Saints », le milieu culturel urbain est travaillé par la diffusion imprimée du message démonologique et des débats qui entourent les procès, la médiatisation des possessions démoniaques et des exorcismes célèbres qui entretiennent la croyance, façonnent les catégories descriptives utilisées dans les procès, servent à contenir la déviance spirituelle, mais aussi à diaboliser l’hérétique, ennemi intérieur ou extérieur.

L’appartenance confessionnelle est considérée comme un facteur plutôt secondaire. Face à la relative réticence des luthériens à poursuivre la sorcellerie, le zèle déployé par les missionnaires catholiques de la Contre-Réforme – Jésuites en particulier – pour purifier la communauté a indubitablement joué un rôle. Cependant, les catégories confessionnelles n’agissent pas de manière mécanique. La comparaison entre deux espaces fortement urbanisés, l’Italie du Nord et les Pays-Bas pourrait ainsi donner l’impression d’une relative « douceur » catholique méditerranéenne face à la « sévérité » protestante du Nord : il s’agit surtout d’un décalage chronologique des poursuites, qui commencent et se terminent plus tôt en Italie du Nord et dans les villes hollandaises (protestantes) que dans le duché de Brabant et dans les Flandres (à Lille, passée sous domination française, les dernières exécutions datent de 1683, soit un an après l’édit de 1682 faisant de la sorcellerie une superstition). Ce qui ressort de l’ensemble des contributions est que ces différentes trajectoires tiennent moins aux facteurs religieux en tant que tels qu’aux éléments de la politique locale, décisifs pour expliquer l’existence, l’ampleur et la chronologie des poursuites contre la sorcellerie.

La clé de lecture politique constitue ainsi le véritable fil rouge du volume. La sorcellerie est lue à la lumière des enjeux sociaux et politiques urbains, définis par l’organisation et le fonctionnement des pouvoirs. Particulièrement stimulante, la proposition de synthèse élaborée par Rita Voltmer pour les villes du Saint-Empire se révèle aussi intéressante pour rassembler les conclusions des différentes contributions. La typologie s’organise en trois grandes catégories. La première est celle de villes dans lesquelles les poursuites sont sous contrôle de pouvoirs municipaux capables de résister à la demande sociale de chasse aux sorcières et d’empêcher l’embrasement en contrôlant la circulation des informations et des rumeurs ; les procès sont limités, les condamnations rares ou réservées aux populations indésirables, en épargnant les élites. C’est le cas par exemple des grandes cités impériales comme Nuremberg, Augsbourg, Aix-la-Chapelle, Frankfort. On pourrait ajouter d’autres grandes villes où les procès sont bien ciblés, traités au cas par cas et sans emballement, comme Milan ou Venise où l’Inquisition conclut le plus souvent à l’absence de preuve, ou Paris, qui se signale par la faiblesse des poursuites (15 cas seulement entre 1568 et 1658) et la clémence – voire l’indifférence – des magistrats du parlement.

Dans d’autres cas (en particulier dans les cités autonomes et les villes allemandes du nord), les politiques répressives repérées peuvent être lues comme des instruments politiques dans des conflits extérieurs (contre des princes territoriaux) ou intérieurs (tensions entre métiers et patriciat, ou entre les bourgeois et le pouvoir épiscopal à Lausanne au XVe siècle) et un moyen de soumettre les sujets déviants et les campagnes à l’autorité urbaine et à une discipline religieuse rigoureuse. La collaboration entre les justices, conjuguée à la volonté du pouvoir temporel d’asseoir son autorité peut aboutir à une répression éclatante (bien que contestée) comme à Arras en 1459-1460, quand elle avorte à Lyon vers 1440 en raison de l’isolement de l’Inquisition. Enfin, dans les petites villes impériales, la persécution de la sorcellerie peut être particulièrement dramatique lorsque les autorités sont impuissantes à contenir la demande sociale.

Cette grille de lecture politique par le local pour ensuite monter en généralité a le mérite de placer au premier plan de l’analyse une perspective bottom-up des phénomènes, attentive aux intérêts et aux capacités d’agir des différents pouvoirs en présence. Le procès de sorcellerie apparaît ainsi comme le résultat de la négociation entre les groupes au pouvoir et la population urbaine (p. 172-173). Face à la peur du Diable, la ville protège ses habitants, défend ses droits et les intérêts des élites qui, le plus souvent, « comprennent que la paix et l’ordre sont ébranlés plutôt que restaurés » par les flambées de persécutions (p. 27).

En dépit de la diversité irréductible des situations urbaines, le volume ouvre des pistes de typologies fécondes et forme une contribution passionnante à la réflexion sur le fait urbain aux XVe-XVIIe siècles.

 

 

 

 

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.