Compte rendu : duard Juncosa Bonet, Estructura y dinámicas de poder en el señorío de Tarragona. Creación y evolución de un dominio compartido (ca 1118-1462), Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Institució Milà i Fontanals, 2015. (Denis Menjot)

Eduard Juncosa Bonet, Estructura y dinámicas de poder en el señorío de Tarragona. Creación y evolución de un dominio compartido (ca 1118-1462), Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Institució Milà i Fontanals, 2015, 494 p. (Denis Menjot)

Issue d’une thèse de doctorat, cet ouvrage sur la seigneurie de Tarragone est fondé sur une documentation originale, en grande partie inédite, provenant des richissimes archives de la Couronne d’Aragon et des archives civiles et ecclésiastiques de Tarragone. Ville au passé glorieux, capitale d’une riche province romaine, lentement et difficilement conquise et occupée par les chrétiens après des siècles de domination musulmane, Tarragone a la particularité d’être une co-seigneurie entre les deux principaux pouvoirs de la Couronne d’Aragon, le comte de Barcelone et roi d’Aragon et les archevêques de la ville.

Dans une analyse thématico-chronologique, Eduard Juncosa Bonet aborde en deux parties la constitution et la structure juridico-politique de la co-seigneurie de Tarragone, puis les dynamiques institutionnelles et les expressions du conflit juridictionnel. L’ouvrage se présente comme l’étude d’une réalité urbaine du point de vue de l’analyse politico-institutionnelle des relations entre la communauté et ses seigneurs, et des crises et conflits générés dans cette seigneurie urbaine partagée.

L’approche politique et institutionnelle prédomine très largement mais ne se réduit pas à l’analyse classique des institutions et des structures politiques mais s’inscrit dans le courant de la nouvelle histoire politique prenant en considération, d’une part, les dynamiques de pouvoir avec les expressions symboliques de chacun des deux pouvoirs seigneuriaux analysés à travers les différents rites et cérémonies d’accès à la seigneurie, et, d’autre part, la perspective politologique dans des chapitres consacrés à la citoyenneté, aux élections, aux partis politiques (bandos) et à la conflictivité, convertie en fil conducteur. Si l’approche sociale n’est pas négligée ; du moins l’étude des groupes sociaux qui participent au gouvernement, il n’en est pas de même des aspects économiques qui ne sont pratiquement pas pris en compte dans l’explication des épisodes des conflits entre les pouvoirs.

Dans la première partie l’auteur suit pas à pas les péripéties de la difficile conquête de la ville et de sa région par les troupes chrétiennes et la distribution territoriale du pouvoir dans la viguerie de Tarragone depuis 1118, date de l’occupation et de la restauration de l’ancien siège archiépiscopal, jusqu’en 1462, date du début de la guerre civile catalane qui provoqua un grand changement dans les relations entre les co-seigneurs. La donation en 1118 de la seigneurie de Tarragone par le comte Raymond Bérenger III à l’évêque aboutit à un régime co-seigneurial, définitivement établi en 1151 et 1173. Le comte et l’évêque se partageaient le pouvoir mais sans que l’on puisse définir avec précision comment chacun l’exerçait tant la confusion des droits et des juridictions est grande. Une des expressions les plus claires de la dualité des pouvoirs était la coexistence de bailes et de viguiers de chaque autorité qui agissaient comme délégué du pouvoir seigneurial dans la ville et le territoire. Chaque seigneur cherchait à empiéter sur l’autre en introduisant de nouvelles figures institutionnelles : procureur royal et capitaines généraux pour la couronne, procureur fiscal, vicaires généraux et juge des appels pour l’évêque.

Durant une assez longue période, les relations entre le roi et l’archevêque furent marquées par la cordialité et la coopération mutuelle d’abord dans le processus de peuplement de la région et parce que les archevêque furent souvent chanceliers des monarques. L’entente cordiale se transforma en tensions et confrontations plus ou moins ouvertes selon la conjoncture, chaque partie cherchant à évincer l’autre pour se réserver le pouvoir exclusif par tous les moyens possibles. Le conflit se cristallisa institutionnellement au XVe siècle dans la création de deux partis antagonistes : ciudadanos, partisans de la monarchie, et querellantes partisans du pouvoir exclusif de l’archevêque. Malgré les inconvénients de ce système politique pour les citadins, la concurrence entre la couronne et la mitre permit à la ville d’obtenir une grande autonomie, au point que ces habitants se glorifiaient d’être « les plus libres citoyens de toute la Catalogne, pour être de juridiction commune ».

Sur le plan institutionnel, la municipalité de Tarragone se définit très progressivement. Elle apparut en 1231 mais ne fut reconnue qu’en 1388 par un privilège concédé à la ville par Jean Ier dans lequel il reconnaissait à la ville la pleine capacité de décider de son système électoral. Elle se composait d’un consulat de trois magistrats et d’un conseil, assemblée consultative de composition variable, mais dotée d’une capacité de contrôle sur les consuls. A la différence d’autres municipalités de Catalogne, dans le consulat et le conseil se maintint la représentation paritaire du patriciat local, de la petite bourgeoisie et du petit peuple. Les relations de la ville avec ses seigneurs varièrent au cours du temps, mais d’une façon généralement les autorités urbaines cherchèrent toujours à se maintenir dans une position de neutralité entre les deux parties.

Une fois définie les éléments caractéristiques de la structure de la seigneurie de Tarragone, la seconde partie – qui constitue en fait le cœur de l’ouvrage – traite des dynamiques institutionnelles, c’est-à-dire des pouvoirs en action à travers l’analyse en profondeur de quelques unes des principales expressions du conflit juridictionnel : les rituels et les cérémonies d’accès à la seigneurie, les conditions d’accès des nouveaux arrivants à la communauté et à la vie politique à travers les élections ligues et partis. L’étude des rites et des cérémonies d’accès à la seigneurie, qui sont pratiquement identiques pour les entrées royales et la réception des archevêques, est utilisée par Juncosa Bonet comme un observatoire privilégié, – jusqu’alors ignorée, ou traité superficiellement, par l’historiographie – pour suivre la relation entre les princes et la communauté et révéler la nature et l’intensité des discordes.

Le système électoral à Tarragone a comme particularité, dans le monde urbain occidental, de maintenir une cooptation indirecte : les consuls sortants ne pouvaient nommer directement leurs successeurs et on établit, selon les cas, soit un corps intermédiaire d’électeurs, soit un tirage au sort. Les transformations des mécanismes du système électoral ont des conséquences directes sur les résultats et leur étude permet à Juncosa Bonet de définir les phases d’oligarchisation de la municipalité et de clarifier les procédés et les stratégies employées pour contrôler les élections municipales (pressions exercées sur les électeurs, achat de votes, usage de l’excommunication comme instrument de délégitimation politique par l’archevêque). A Tarragone, la majorité des ligues et « bandos » surgit avec une orientation plus politique que familiale avec pour objectif ultime de contrôler la municipalité et de mettre fin à la dualité des pouvoirs au sommet de la seigneurie. L’auteur ignore sciemment la lutte pour la représentation de la ville au Cortés dont il réserve l’étude pour une autre monographie

La crise du bas Moyen Âge eut une grande importance à Tarragone et ses effets continuèrent se faire sentir jusqu’à la fin du XVe siècle comme l’atteste les fogajes. La décadence démographique et économique de la ville fut profonde, jusqu’à la faillite de celle-ci en 1462, asphyxiée par l’énorme dette contractée. Tarragone perdit la moitié de sa population pour atteindre le minimum historique de 300 feux, malgré la politique volontariste des autorités à base de franchises fiscales et de subventions à des artisans teinturiers, tanneurs et des médecins, provenant majoritairement de Barcelone et d’autres lieux de la viguerie. L’accès à la communauté était largement ouvert aux immigrants mais très réglementé. À partir des années Trente du XVe siècle, les nouveaux citoyens pouvaient participer à la vie politique après dix ans de résidence. Seuls étaient exclus de la citoyenneté, les esclaves, les membres des minorités ethniques et religieuses, les femmes et les enfants et les non-imposés. Faute de pouvoir acquérir un rôle économique prépondérant, la ville avait de sérieuses difficultés pour exercer son rôle de centralité.

Au final, un livre parfaitement documenté, fourmillant de détails, bien structuré et parfaitement rédigé sur une ville catalane, souvent négligée au Moyen Âge au profit de Barcelone, qui a la singularité d’être en tant que co-seigneurie, un modèle particulier tant du point de vue de la structure juridique que de son expression pratique dans l’exercice de la politique. L’ouvrage fait non seulement connaître cette ville qui certes n’est plus le centre qu’elle avait été à l’époque romaine, mais enrichit nos connaissances sur l’histoire des pouvoirs municipaux et de leurs dynamiques. Ajoutons qu’il s’accompagne comme c’est la tradition – à conserver – en Espagne, d’un appendice documentaire de dix-huit textes originaux et des deux indispensables index onomastique et toponymique.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.