Compte rendu : Julien Puget, Les embellissements d’Aix et de Marseille. Droits, espace et fabrique de la ville aux XVIIe et XVIIIe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2018 (Christophe Loir)

Julien Puget, Les embellissements d’Aix et de Marseille. Droits, espace et fabrique de la ville aux XVIIe et XVIIIe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2018 (Christophe Loir)

L’ouvrage que nous offre Julien Puget, professeur associé au département d’Histoire de l’UQAM, est issu de la thèse de doctorat qu’il a soutenue en 2015 à Aix-Marseille Université. L’auteur y analyse les processus sociaux et juridiques à l’œuvre dans la fabrique territoriale à l’Époque moderne, plus précisément dans le cadre des embellissements urbains sous le règne de Louis XIV, à travers les exemples d’Aix et de Marseille, au milieu du XVIIe siècle. Croisant histoire urbaine et histoire sociale, à l’aide d’un riche corpus de sources variées et inédites, il diversifie les angles d’observation et étudie successivement les acteurs, le marché immobilier, les chantiers de construction et la gestion de ces nouveaux espaces par les autorités.

Dans la première partie, il identifie les acteurs en présence, en l’occurrence l’action conjuguée du pouvoir royal pour initier les opérations urbaines, celle des instances municipales pour les coordonner et enfin l’action des particuliers. La capacité d’action des acteurs privés, jusqu’ici rarement mise en lumière par l’historiographie, est ici étudiée grâce notamment à une remarquable micro-analyse à l’échelle des îlots urbains1. La deuxième partie est consacrée à l’analyse du marché immobilier et foncier en période d’embellissements, les structures juridiques et le profil de certains investisseurs. Grâce à un corpus d’environ 400 contrats notariés qu’il exploite quantitativement et qualitativement par une analyse statistique et spatiale (SIG), Julien Puget décortique les échanges de biens et restitue la complexité (notamment la fragmentation) des formes de propriété privée. Dans la troisième partie, l’auteur examine les pratiques constructives sous l’angle socio-économique. Il nous montre la manière dont évolue le monde du bâtiment (acteurs du bâtiment, organisation du chantier, approvisionnement des matériaux) pour répondre à cet accroissement urbain. L’ouvrage se clôt par une étude de l’intégration, par les pouvoirs publics, des nouveaux territoires dans l’ordre normatif, spatial et social de la ville déjà existante. L’auteur intègre fort bien, dans cette partie, l’analyse des appropriations par les citadins qui peuvent infléchir la morphologie urbaine.

Dans ses conclusions, Julien Puget arrive à dégager cinq principaux phénomènes accompagnant la fabrique territoriale d’Ancien Régime : un processus de marchandisation de la ville, une volonté de transparence et de concurrence, la clarification des droits individuels et collectifs sur l’espace urbain, l’essor et la structuration d’un droit public d’Ancien Régime, ainsi que la capacité d’appropriation de ces espaces par les habitants.

Bref, par cet ouvrage, au-delà de l’étude de cas envisagée, Julien Puget jette un nouveau regard sur les embellissements urbains en invitant les chercheurs à approfondir les enjeux sociaux et juridiques qui les accompagnent.

1 Voir également Julien Puget, « Une opération d’utilité publique au service d’intérêts privés : l’exemple de la création du quartier Mazarin d’Aix (1646-1750) », Histoire Urbaine, n°42, 2015, p. 81-97.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.