Compte rendu : Claire Dolan (sous la direction de), Les pratiques politiques dans les villes françaises d’Ancien Régime. Communauté, citoyenneté et localité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, 236 p. (Philippe Guignet)

Claire Dolan (sous la direction de), Les pratiques politiques dans les villes françaises d’Ancien Régime. Communauté, citoyenneté et localité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, 236 p. (Philippe Guignet)

 

Claire Dolan depuis sa retraite en 2010 poursuit sa fructueuse carrière de chercheuse comme professeur associée au département d’histoire de l’université Laval (Montréal). Ses importants travaux il y a vingt ans sur la société d’Aix-en-Provence au XVIe siècle font à juste titre autorité. Elle travaille désormais sur Toulouse et vient de publier un ensemble d’études sur les pratiques politiques à Marseille, Toulouse et Paris qu’elle enrichit d’une introduction et d’une conclusion substantielles.

Cet ouvrage, note d’emblée Claire Dolan, « prend résolument le parti du concret ». Il scrute les relations entre les liens sociaux et les pratiques politiques dès lors qu’elles s’établissent dans la proximité. Il s’agit ainsi de saisir comment le pouvoir s’exerce en l’observant par le bas. Les divers contributeurs mettent en évidence le local comme échelle d’analyse. L’espace en effet « n’est pas un décor, mais un acteur trop oublié » (p. 9). C’est, précise Claire Dolan, « une autre façon de penser l’histoire politique urbaine » (p. 19). Les concepts mis en œuvre dans ce livre quelquefois d’une vertigineuse subtilité sont d’un maniement délicat. Par exemple, il va de soi, et Robert Descimon le montre bien, que la citoyenneté avant la Révolution se démarque de nos références démocratiques. De fait la société d’Ancien Régime est un assemblage de corps, de communautés, de compagnies dotés de statuts, régis par des règles et protégés par un réseau de privilèges.

Le livre s’ouvre par un vaste article de Julien Puget sur le cas marseillais. Il y examine les mobilisations d’habitants face aux projets urbains si nombreux dans une ville qui après 1666 voit sa superficie tripler. Pour comprendre l’action des collectifs pour contester ou promouvoir certains aménagements urbains, Julien Puget valorise la notion de propriété. Les membres des collectifs qu’il tire de l’ombre sont des « possesseurs utiles » de biens taxés. La propriété du sol est le fondement de la communauté spatiale qui intervient dans la fabrication de la ville.

Avec Nicolas Marqué puis Claire Dolan, c’est la ville de Toulouse qui est scrutée sous divers angles. Nicolas Marqué s’intéresse aux diverses autorités qui procèdent au changement de la configuration urbaine et façonnent des territoires qui se superposent. Les autorités exerçant une emprise sont en effet nombreuses : capitouls, parlement, États du Languedoc, seigneur du canal royal du Languedoc, plus faiblement l’intendance. Les rivalités auxquelles se livrent ces autorités limitent assurément certaines réalisations, même si des projets furent abandonnés pour des raisons économiques plutôt que politiques et institutionnelles. L’auteur fait apparaître un « urbanisme paradoxal » qui touche peu le quartier où les élites élisent domicile, alors que les quartiers périphériques où logent des communautés pauvres se développent et s’embellissent.

Avec l’étude particulièrement fouillée de la promotrice du livre Claire Dolan, le lecteur vit un temps fort du type de démonstration que prétend promouvoir cet ouvrage collectif. Elle y étudie la paroisse, le quartier et la rue. Il ne faut pas en effet s’en tenir aux seuls cadres formels de la municipalité avec ses huit capitoulats correspondant à des circonscriptions géographiques fiscales et administratives. Les Toulousains vivent la communauté à travers l’espace et notamment la rue qui organise la vie citoyenne. La participation des fidèles à la gestion de leur paroisse offre un ample champ de réflexion. Chaque paroisse a ses règles de nomination des marguilliers et des bailles des confréries qui en dépendent, mais de façon générale, les chefs de familles qui se pressent aux élections sont nombreux. Il apparaît que les nominations font appel à une représentation par rue qui se maintient jusqu’au XVIIIe siècle. Les critères professionnels priment souvent dans le choix des marguilliers choisis parmi les fidèles les plus riches. Il demeure que l’unité de base de la citoyenneté active est la rue qui détermine le droit d’opiner des voisins qui font communauté plus encore autour des églises non paroissiales. Les artisans qui n’ont plus leur place parmi les capitouls gardent dans la rue un petit pouvoir de gestion de la solidarité et de l’identité.

Paris, on l’imagine aisément, bénéficie d’un traitement de choix dans ce livre. Michel Demonet et Robert Descimon examinent avec l’acribie qu’on leur connaît la représentation politique au sein de la maison de ville. Ils scrutent plus particulièrement les assemblées de la ville de Paris entre 1528 et 1679, jusqu’ à la réforme de 1679 qui transforme une institution municipale qui perd son caractère représentatif. La ville de Paris compte seize quartiers aux limites stables. Chaque quartier n’est pas au premier chef une circonscription géographique, mais une communauté sociale et une communauté civique rassemblant l’ensemble des bourgeois. Les auteurs montrent l’importance de l’édit de Compiègne de 1554 qui stabilise les formes coutumières de l’élection et la composition du Conseil de ville. Ils ont eu la patience d’écheniller les registres des délibérations du Bureau de la ville dont ils livrent une analyse très complète.

Les quartiers étaient sollicités d’envoyer une députation en plusieurs circonstances, on peut distinguer les assemblées électorales, les assemblées fiscales … et les autres (p. 126). La sélection des députés était confiée au soin des quarteniers. Les « artisans mécaniques » ont été exclus par le texte de 1554 ; les cinquanteniers et dizeniers, subordonnés des quarteniers appartiennent surtout au monde de la boutique et de l’artisanat, avec quelques auxiliaires de justice. Le prévôt des marchands et les échevins tirent au sort deux des quatre élus par l’assemblée de quartier. Robert Descimon et Michel Demonet ont mis en série les 352 assemblées de ville comptant des milliers de « bourgeois mandés » que qualifient des centaines de « qualités », d’ « états » et de « vacations » (p. 133 et sv). Demeure l’éternelle question à laquelle le signataire familier aussi des études sérielles s’est trouvé lui-même confronté, « comment agglomérer les ensembles sociaux ? » (p. 139). Les auteurs se refusent à faire des bourgeois de Paris « une catégorie classificatoire » (p. 139) ; on imagine l’investissement-travail qu’a exigé la mise en lumière de l’activité des 546 « mandés » qualifiés de bourgeois, d’autant plus que le cumul des activités défie les tentatives de codification (p. 141). Cette étude d’une insondable profondeur confirme l’importance des troubles sous la Ligue (996 bourgeois siègent à l’hôtel de ville), sous la Fronde (c’est alors le cas de 2 896 bourgeois), alors qu’en année commune, une trentaine de bourgeois seulement passent par l’hôtel de ville. En période de crise, une évolution de la composition sociale vers des catégories moins huppées résulte de cette prise de parole de bourgeoisies moins notables, tant l’hôtel de ville fonctionne comme une caisse de résonance des tensions travaillant la société. Les deux auteurs puisent dans la boîte à outils du quantitativisme si peu à la mode aujourd’hui (droites de régression moyenne mobile, etc) pour dégager les grandes tendances de l’appartenance sociale. Les magistrats des cours souveraines atteignent leur apogée après la Ligue, avant de décliner régulièrement jusqu’à l’après Fronde. Les marchands ont périclité durant le second XVIe siècle. Ils connaissent une embellie lors de la Ligue et de la Fronde, mais leur poids relatif est ensuite orienté à la baisse Les gens de finance montent jusqu’à la Fronde et baissent ensuite. Les gens de loi stables après la Ligue profitent peu de la Fronde mais se renforcent ensuite.

Robert Descimon complète ces radiographies politiques et sociales par une analyse aux confins de la philosophie politique. Bourgeoisie et citoyenneté sont-elles des notions incompatibles ? Les bourgeois de Paris sont-ils des citoyens ? De Paris sans doute, de la France, c’est bien moins sûr. La bourgeoise, nous explique-t-on, relève de privilèges nés d’une grâce royale appliquée à un lieu particulier (p. 176). Bref les « bourgeois » sont égaux entre eux mais uniquement dans un horizon local structuré par un réseau de privilèges. Il faut attendre la Révolution et la force de la pensée rousseauiste pour que l’on « remplace les fondements associatifs de la démocratie corporative par l’ensemble des individus citoyens réunis en corps de peuple » (p. 182).

Laurence Crocq rappelle qu’à ses yeux sous l’Ancien Régime, la hiérarchie de la bourgeoisie est corrélée non à l’étagement des fortunes et des revenus, mais à l’aptitude à accéder aux lieux de pouvoir (consulat, échevinage, fabriques paroissiales). Les tensions entre le pouvoir royal et le parlement scindent la bourgeoisie en deux groupes. Une grosse majorité est pro-parlementaire hostile aux jésuites et s’identifie volontiers au jansénisme qui défend l’autonomie et les identités corporatives. Existe aussi une bourgeoisie « royaliste » qui défend les réformes voulues par le pouvoir et est bien représentée à l’échevinage. Il n’est pas douteux que le retour des parlementaires en 1774 a affaibli les royalistes, mais c’est pour peu de temps, puisqu’en 1789, on assiste à une marginalisation des bons marchands, des notables et des jansénistes. La preuve en est que la bourgeoisie royaliste est très présente dans les assemblées de 1789 du centre de Paris. S’affirment des hommes de loi favorables à la centralisation administrative. Dupont de Nemours appartient au « parti ministériel » comme Condorcet et Morellet… et il y a bien d’autres exemples. Voilà un article qui bouscule quelques idées reçues, même s’il nous apparaît un peu en marge de la problématique d’ensemble du livre.

L’ouvrage s’achève de façon un peu inattendue par un exposé sur l’univers carcéral de Paris au XVIIIe siècle. Une communauté pour exister, agir et se maintenir a besoin de porte-paroles. Or dans les principales prisons de Paris, une structure hiérarchisée et reconnue des prisonniers fonctionne généralement, c’est la prévôté. Chaque chambre de prisonniers a son prévôt, le prisonnier enfermé depuis le plus longtemps. Il représente les siens, organise les détenus autour de lui et assure un certain ordre de conduite dans la geôle. L’autorégulation des prisonniers d’une certaine manière fait écho aux privilèges accordés aux corps et communautés statutaires appelés à se discipliner eux-mêmes. La communauté des prisonniers a la capacité d’agir de façon coordonnée. Le pain est un enjeu permanent, si bien que les manifestations politiques les plus clairement identifiées se nouent autour de la fourniture du pain. Rares a priori sont les mouvements qui ne débouchent pas sur des échecs, mais les réformes importantes qui sont mises en œuvre dans la seconde moitié du siècle prouvent que les contestations des prisonniers ne restèrent pas sans écho.

Dans sa preste conclusion, Claire Dolan rappelle que la société d’avant la Révolution accordait le droit à la parole, mais elle le faisait dans le cadre des corps, des communautés, des corporations. La notabilité est essentielle au sein des diverses communautés et corporations qui sous-tendent les relations sociales. Il est beaucoup question de représentation, d’élection, de participation, voire de citoyenneté dans ce livre foisonnant d’une lecture souvent ardue, mais Claire Dolan martèle in fine son message : « Les pratiques politiques du passé ne sont pas les ancêtres directs de celles d’aujourd’hui » (p. 230).

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.