Compte rendu : Sophie Abdela, La prison parisienne au XVIIIe siècle. Formes et réformes, Champ Vallon, « Époques », 2019, 313 p. (Julie Claustre)

Sophie Abdela, La prison parisienne au XVIIIe siècle. Formes et réformes, Champ Vallon, « Époques », 2019, 313 p. (Julie Claustre)

Version remaniée d’une thèse de doctorat, l’étude par Sophie Abdela de l’histoire de l’emprisonnement à Paris au cours du siècle qui a précédé la généralisation de la peine de prison par le Code pénal français est située par son auteure dans la production d’« une nouvelle génération de chercheurs » pour lesquels « la prison pénale ne suffit plus » (p. 12) à rendre intelligible l’histoire des prisons : elle y soutient l’idée que les formes matérielles qu’elles ont prises, leur économie, l’organisation interne de la vie carcérale et les projets de réforme de cette organisation, qu’ils aient ou non abouti, ont tout autant compté dans cette histoire que les bouleversements institutionnels et juridiques des temps révolutionnaires.

L’ouvrage suit donc deux lignes démonstratives principales : la prison est une structure matérielle urbaine qu’il convient d’étudier comme telle et non à la seule aune de ses fonctions juridiques proclamées ; la prison du XVIIIe siècle connaît des évolutions qui anticipent certains changements que l’on attribue à la Révolution ou au XIXe siècle. Disons d’emblée que si la première ligne emporte parfaitement la conviction, la seconde laisse plus dubitatif, ce qui n’enlève rien au fait que l’ouvrage de Sophie Abdela est une contribution importante tant à l’histoire des prisons, qu’à celle de Paris et de la ville moderne.

Ne pouvant détailler l’évolution sur un siècle de la quinzaine d’établissements carcéraux que comptait Paris, Sophie Abdela retient pour son étude les quatre prisons de la Conciergerie, du Grand Châtelet, du Petit Châtelet et du For-l’Évêque qui étaient alors considérées comme les principales de la ville et qui fonctionnaient en système. Ce choix est parfaitement justifié, et pas seulement par la masse documentaire concernant ces établissements : mémoires d’experts – architectes, médecins, juristes, comptes des receveurs charitables, documents judiciaires, plans et iconographie -, Sophie Abdela n’a laissé de côté que les registres d’écrous et manie avec aisance une typologie documentaire diversifiée.

La première partie s’intéresse à « la prison comme équipement urbain » et met en évidence l’inscription profondément urbaine de la prison, un trait caractéristique des prisons anciennes, qui étaient alors situées au cœur et non en périphérie des villes. Maisons, boutiques et échoppes voisinaient directement avec elles, en dépit des risques que cette mitoyenneté faisait courir à l’efficacité de la garde des détenus. Les visiteurs quotidiens des prisons étaient innombrables : avocats et conseillers juridiques, créanciers, visiteurs charitables, épouses, mères, mais aussi servantes, commissionnaires venant livrer leurs marchandises, compagnons de jeux, prostituées et simples curieux. Cette porosité était nécessaire à un organisme dont le financement reposait en bonne partie sur les détenus et leurs familles. Sophie Abdela croit déceler une tendance à la fermeture progressive des prisons parisiennes dans les années 1780, quand la fouille des visiteurs et des denrées est rendue obligatoire – mais celle-ci figurait déjà dans certains règlements de prisons urbaines quatre siècles auparavant – et surtout quand la nouvelle prison de la Force se voit dotée de parloirs. L’ouverture de cette prison et la destruction du Petit Châtelet et du For-l’Évêque dans les années 1780 constituent les principaux changements de l’espace carcéral parisien au cours de ce siècle, l’incendie du Palais en 1776 n’ayant pas entraîné de grandes modifications. Ces changements tardifs ont-ils été précédés de signes d’une mutation plus lente et plus profonde ? Sophie Abdela part en quête de cette « mutation » (p. 53), suivant une démarche minutieuse dans la documentation adéquate, mais qui l’expose par endroits à des biais de confirmation : si elle reconnaît d’abord que les réflexions sur les prisons parisiennes sont rares avant 1780, c’est pour conclure finalement au « foisonnement des projets de restructuration » (p. 63). L’exposé précis qu’elle mène, permet au lecteur de constater que l’ordre de destruction du Petit Châtelet donné en 1780 eut moins à voir avec une pensée carcérale, qu’avec une pensée urbaine qui donnait la priorité à la circulation, qu’au Grand Châtelet on a tenté de « pousser les murs » à la fin du XVIIe siècle seulement, que les interventions sur le bâti carcéral consistèrent plutôt en réparations qu’en rénovations au cours du XVIIIe siècle, qu’enfin c’est la santé des détenus qui paraît avoir inspiré le plus de réflexions dans la seconde moitié du siècle (cachots du Grand Châtelet, infirmeries de la Conciergerie). Quant aux changements des années 1780, leur exposé aurait mérité plus de détails (p. 68-69) s’il est vrai qu’ils constituèrent un « remaniement cohérent, généralisé et de grande ampleur », mais cela aurait exigé d’intégrer à l’étude un plus grand nombre d’établissements (Force, St-Éloi, St-Germain-des-Prés etc.) et largement excédé le cadre d’un doctorat. Indéniablement, les années 1780 paraissent constituer un seuil dans l’histoire des prisons parisiennes. Sophie Abdela retrace ainsi certains projets de restructuration radicale : en 1782, projet de démolition du Grand Châtelet et de reconstruction sur le bras de la Seine entre Cité et île Saint-Louis ; les divers projets concurrents de la Force (aménagement du couvent des Grands Augustins, de celui des Cordeliers) ; le Rapport sur les prisons de l’Académie. Ils ont en commun d’isoler (plus que d’éloigner) les prisons de leur environnement urbain immédiat, souci que l’on retrouve chez l’architecte Pierre Giraud, promoteur du chemin de ronde au tournant du siècle. En bref, les modifications dans l’espace carcéral parisien interviennent principalement dans ces années 1780 et devraient être mises en relation avec les évolutions qui touchent les dépôts de mendicité et les ateliers de charité, mais aussi le milieu des hygiénistes et des médecins.

La deuxième partie du livre aborde les finances carcérales et met en évidence le rôle central du receveur charitable des prisons qui collectait les recettes assignées aux prisons et gérait leurs dépenses sous l’autorité du procureur général. Sophie Abdela présente les hommes qui se sont succédés à ce poste et exploite leur comptabilité. Elle montre ainsi l’importance pour les prisons de la charité des élites parisiennes, convertie en rentes plus prévisibles que les aumônes, une charité qui tend à s’affaiblir dans les années 1770. C’est la charité qui payait une part de la nourriture, le chauffage, la literie etc. En revanche, le pain des détenus était financé directement par l’État, de même que les dépenses d’entretien du bâti. Sophie Abdela explore ensuite le petit monde des fournisseurs de prison, un monde à tendance fortement monopolistique, stable et endogame de marchands de moyenne envergure. Sur ce versant financier aussi, c’est à la fin du siècle que se dessinent les vrais changements. D’une part, le receveur Despeignes et l’Académie des sciences recommandent alors que tout l’entretien des prisonniers soit désormais à la charge de l’État, et non de la charité, quitte à instaurer une taxe spéciale. D’autre part, si en 1724 il est mis fin à l’affermage des prisons aux concierges – un mode de financement remontant au moins au XIIIe siècle -, ces derniers restent tout au long du siècle, comme on le sait et quoiqu’en dise l’auteure (p. 141), les aubergistes des prisonniers, auxquels ils facturent, comme avant, les frais de séjour, d’entrée, de sortie, et même de cabaret, et ce n’est qu’en 1782 qu’émerge l’idée de salarier les concierges, solution qui fut expérimentée à la Force. Enfin, le véritable trafic des prisonniers pour dette qui existait dans le système carcéral parisien en raison des profits spécifiques qu’ils généraient pour les concierges, greffiers et guichetiers (pour leurs écritures et les négociations avec leurs créanciers) fut radicalement traité en 1782 par l’ouverture de la Force et la suppression des offices de greffiers autres que celui de ce nouvel établissement destiné aux prisonniers pour dettes.

La troisième et dernière partie de l’ouvrage met le focus sur les rapports humains dans les prisons, dans une approche « interactionnelle » (p. 13) des récits d’« incidents carcéraux » relatés par les sources judiciaires, destinée à prémunir Sophie Abdela d’une lecture en termes de domination. Son analyse véritablement ethnographique de la figure du prévôt de chambre, celle du rôle de la boisson en prison, celle surtout des révoltes suscitées par la mauvaise qualité du pain sont tout à fait remarquables (chap. IX). La participation des détenus à l’ordre carcéral ancien est ainsi parfaitement démontrée. On sera plus circonspect sur l’usage des chiffres dans la démonstration, en particulier lorsqu’ils sont issus d’un corpus judiciaire et policier (p. 175, huit révoltes carcérales en un siècle pour seulement quatre prisons, est-ce vraiment si peu ?), ainsi que sur certains choix lexicaux effectués pour qualifier les relations internes à la geôle : le terme « alliance », nullement justifié, est-il bien adéquat ? Surtout, le fait que les détenus participent à l’ordre carcéral enlève-t-il quoi que ce soit au rapport de « domination » qui sous-tendait cet ordre ?

Si l’on ajoute que la démonstration s’appuie sur un certain nombre de très bonnes cartes de l’espace carcéral parisien et sur plusieurs graphiques et tableaux bienvenus, on aura compris que ce livre soutient de vraies thèses, propres à susciter la réflexion et la discussion, et que sa lecture est à recommander à tout historien de Paris, de la ville moderne ou des prisons.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.