Compte rendu : Hilde Greefs et Anne Winter, ed., Migration Policies and Materialities of Identification in European Cities : Papers and Gates, 1500-1930s, Routledge, Londres, 2019 (Peter Clark)

Hilde Greefs et Anne Winter, ed., Migration Policies and Materialities of Identification in European Cities : Papers and Gates, 1500-1930s, Routledge, Londres, 2019 (Peter Clark)

 

Il est évident que l’immigration est l’élément vital de la ville. Elle affecte l’économie, le renouvellement des élites, les activités culturelles, la pauvreté, les problèmes sociaux, et aussi, bien sûr, les structures démographiques. Le contrôle et l’intégration des migrants sont des défis globaux pour la société urbaine et son gouvernement. Ces enjeux n’ont longtemps pas été bien perçus par les historiens européens, en particulier ceux de l’Époque moderne. En France, le travail de Jean-Pierre Poussou sur Bordeaux (1983), qui montre l’importance des flux d’immigrants de la région, a été un tournant décisif pour la recherche en histoire urbaine. Un peu après, Etienne François a dirigé un livre important sur l’immigration et l’intégration des migrants dans la ville européenne : Immigration et société urbaine en Europe occidentale XVIe-XXe siècles (Paris, 1985). Depuis lors, la littérature sur l’immigration urbaine, ses effets sur la ville, les contrôles, les institutions d’intégration (famille, voisinage, auberges, hôpitaux) est devenue florissante. L’accent a été mis récemment sur la documentation migratoire. C’est le sujet principal de ce nouveau livre collectif, dirigée par deux historiennes belges, Hilde Greefs et Anne Winter. Une bonne introduction discute l’importance de nouveaux systèmes de régulation documentaire depuis l’Époque moderne – papiers d’identité locales divers, registres d’immigrants, et après la Révolution Française passeports nationaux. Hilde Greefs et Anne Winter pointent la divergence entre les régulations officielles et leur mise en œuvre, la variété locale des contrôles, et enfin, l’exploitation par les immigrants de la documentation officielle pour se protéger contre les autorités. Deux chapitres portent sur les villes françaises : Delphine Diaz explore les politiques urbaines à Marseille et à Bordeaux et les différences entre les villes, très liées aux contextes locaux dans la première moitié du XIXe siècle, malgré une politique nationale ; Ilsen About aborde un sujet peu connu, les gitans avant la Deuxième Guerre mondiale, et examine les pratiques de surveillance et d’expulsion à Paris, Lyon et Marseille après la loi de 1912, pratiques mises en œuvre sous la pression locale d’habitants et politiciens pendant dans une période particulièrement tendue. Parmi les autres essais, Rosa Salzberg analyse les lieux d’arrivée à Venise au XVIe siècle – les stations de ferry, les auberges, les maisons d’hébergement et les contrôles documentaires qui leur sont associés. Pour Francfort en Allemagne entre 1550 et 1750, Jeanette Kamp examine les régulations municipales et les documents des immigrants – passeports impériaux, passeports de santé, papiers des corporations – ainsi que les problèmes de falsification. Les villes du Nord sont un peu négligées dans la littérature européenne et l’article de Karin Sennefelt sur Stockholm fin du XVIIe siècle n’en est que plus intéressant. La ville ayant des portes, mais pas de murs, Sennefelt suggère que l’absence d’enceinte crée une politique spécifique vers les immigrants et les étrangers, moins bureaucratique et plus empirique, avec plus d’accent mis sur la capacité de travail des nouveaux arrivants et leurs réseaux sociaux. Aussi intéressant, le chapitre de Sinan Dincer sur Istanbul montre comment les documents fiscaux sont employés par les autorités ottomanes pour surveiller et réguler les communautés migratoires ; au XVIIIe siècle, avec l’instabilité économique et politique, l’empire impose les passeports à tous les immigrants. À Turin, Beatrice Micheletto raconte le contrôle des immigrants par les hôpitaux, les corporations et le voisinage. En Russie, Alison Smith explique comment les documents impériaux relatifs à la fiscalité, au recensement et à la surveillance étaient utilisés par les villes russes pour contrôler les immigrants avec une grande variété. À l’Époque contemporaine, Ellen Debackere examine la variété des papiers d’identité apportés par les étrangers à Anvers en Belgique pendant la deuxième moitié du XIXe siècle, après le déclin des passeports nationaux entre 1850 et 1900. Selon Peter Becker, le système de passeports impériaux, établi en Autriche en 1801, fut mis en cause par la croissance de la mobilité interne avec les chemins de fers et, après la révolution de 1848, par la nouvelle puissance des municipalités. Les passeports domestiques ont disparu après 1857, mais les contrôles sur les chômeurs et les pauvres sont renforcés par une nouvelle coopération entre les bureaux de police, via les gazettes policières et la collecte bureaucratique de données.

Voici un bon livre collectif, riche dans la variété des villes discutées, dans leur approche, dans les périodes et les détails traités. Si les articles, tous en anglais, semblent un peu compliqués et spécialisés, on lira avec profit l’introduction par Hilde Greefs et Anne Winter, qui synthétise les idées et les thèmes les plus importants.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.