Compte rendu : Brigitte Blanc, La cité internationale universitaire de Paris. De la cité-jardin à la cité-monde, Lyon, Editions Lieux-Dits, 2017 (Loïc Vadelorge)

Brigitte Blanc, La cité internationale universitaire de Paris. De la cité-jardin à la cité-monde, Lyon, Editions Lieux-Dits, 2017, photographies de Philippe Ayrault, collection Patrimoine d’Ile-de-France dirigée par Julie Corteville, 390 p. (Loïc Vadelorge)

Née en 1921 au moment du déclassement des fortifications de Thiers, la cité internationale universitaire de Paris a longtemps été considérée comme achevée en 1969, avec la construction de la Maison de l’Iran aux abords du boulevard périphérique. La relance des constructions depuis 2012 a logiquement suscité une mise à jour de l’historiographie qui depuis les années 1940 s’est intéressée à cet espace parisien singulier, emblématique de la mondialisation culturelle et universitaire. Ce renouvellement coïncide aussi avec le dépôt aux archives nationales de 872 cartons d’archives par la Fondation nationale de la Cité internationale universitaire de Paris, source de premier plan couvrant tout le XXe siècle. Après la publication en 2013 de la Babel étudiante[1] et dans l’attente en 2020 d’un second volume de l’histoire globale de la CIUP, le « beau livre » publié par l’Inventaire général du patrimoine culturel d’Île-de-France mérite d’être signalé et de prendre toute la place qui lui revient dans les fonds documentaires consacrés à l’histoire urbaine des universités.

Son auteure principale, Brigitte Blanc, archiviste-paléographe et conservatrice en chef au Service Patrimoine et Inventaire de la région Île-de-France, n’a pas voulu produire une livre de circonstances au moment où le conseil régional se positionne sur le marché concurrentiel des capitales universitaires mais donner le fruit d’un travail de longue haleine et en grande partie de première main. Si le fil conducteur attendu est le patrimoine architectural et paysager de la cité, l’auteure n’en oublie pas pour autant les aspects urbains, politiques et culturels de son sujet. Derrière l’inévitable fascination que suscite le « tour du monde des architectures » d’une « petite ville aux portes de Paris » devenue à la fin du XXe siècle un véritable musée de plein air de l’architecture régionaliste ou internationale des années 1920-1960, Brigitte Blanc prend soin de restituer l’enchevêtrement complexe de l’histoire du domaine. Reprenant et systématisant ses analyses sur les tractations foncières entre la Fondation internationale de la cité, le ministère de la Guerre, la Ville de Paris et celle de Gentilly, parues une première fois dans In Situ en 2011, elle prend soin de contextualiser les monographies de la quarantaine des résidences étudiantes, édifiées depuis le début des années 1920. La reproduction très soignée de documents d’archives pour la plupart inédites, la clarté de définition des photos contemporaines de Philippe Ayrault et le travail de cartographie, à la parcelle, réalisé par Hervé Bouilly, font de ce livre un ouvrage de référence.

Le plan chronologique choisi s’imposait de lui-même, tant les ruptures de la Guerre et de la fin des Trente Glorieuses constituent pour la cité universitaire des moments de crise et de remise en cause. L’optique patrimoniale conduit cependant à déséquilibrer la présentation : près de 200 pages pour l’Entre-deux-Guerres, 110 pour les Trente Glorieuses et moins d’une cinquantaine pour les années postérieures à 1975, pourtant essentielles dans la constitution de notre regard contemporain sur la cité. Sur cette dernière partie au moins, la mobilisation de l’histoire urbaine, notamment les rapports Paris-banlieue, auraient pu être davantage pris en compte, en particulier pour ce qui concerne les terrains partagés avec Gentilly.

Dans la longue première partie, l’auteure revient sur les débuts de la cité, délaissant la question méconnue des origines lointaines pour se concentrer sur le contexte des années 1919-1921. Elle reprend l’histoire de la conjonction des projets des fondateurs (le recteur Appel, le ministre puis député André Honnorat et l’industriel Emile Deustch de la Meurthe, le mécène John Rockefeller) et souligne le déclic de l’opportunité foncière que constitue la libération du sol des fortifications en 1919. Loin de se contenter d’analyser les spécificités architecturales des premières fondations, Brigitte Blanc prend aussi le temps d’exposer les contraintes topographiques et techniques (aqueduc de La Vanne et ligne de Sceaux) qui pèsent sur l’aménagement, les conceptions urbaines du politique (« hameaux-jardins ») et celles des architectes qui planchent sur le projet, Jean Claude Nicolas Forestier et Lucien Bechmann, qui dessine le plan initial de la cité. L’hybridation de la garden-city et des jardins à la française que réalise de facto la cité dans les années 1920 contribue au renouvellement des parcs sportifs. Les monographies des Maisons qui suivent éclairent principalement les questions proprement architecturales (styles constructifs, décors intérieurs et mobilier) mais le long développement sur les chambres des étudiants pose aussi le problème, toujours actuel, de l’élitisme de la cité.

La seconde partie (1945-1975) reprend la présentation de la première : contexte politique et urbain, monographies des nouvelles fondations emblématiques de l’architecture internationale, évolution des chambres étudiantes. La situation très délicate de l’Après-Guerre, rapidement brossée, de même que l’impact de la décolonisation et des mouvements étudiants des années 1960, auraient pu être davantage pris en compte car ils fragilisent la Fondation internationale et posent la question de l’obsolescence de la cité à l’heure de l’explosion démographique de l’Université de Paris. De la même manière, la concurrence ouverte entre les projets d’aménagement d’Arcueil et de Gentilly et ceux de Raoul Dautry, qui présida un temps la Fondation, est lourde de conséquence sur les relations entre la cité et son environnement urbain. A cet égard, l’amputation du domaine au moment de la construction du périphérique, malgré les maigres compensations qu’elle engendre, signale que les soutiens de la cité ne sont plus aussi efficaces qu’au temps d’Honnorat.

La dernière partie (1975-2015) constituait un défi. Eclairer le temps présent de la cité était d’autant moins évident que le temps des décisions et des arbitrages politiques coïncidait avec le temps de l’écriture de l’ouvrage. Difficile dans ses conditions de prendre la distance nécessaire pour aborder par exemple la question de « l’écoparc », gadget écologique à quelques mètres du périphérique, peau de chagrin d’un domaine que la pression foncière contribue à densifier mais aussi borne témoin des nouveaux usages de gestion des parcs urbains. Plus intéressant sans doute est le développement sur les conséquences pour la cité, de la création, à l’initiative de Malraux de la notion de patrimoine du XXe siècle. L’auteure restitue le rôle des chercheurs et des conservateurs dans ce qu’elle appelle à juste titre « la renaissance de la cité ». La lente prise de conscience de l’unicité que constitue la CIUP débouche sur un vaste programme de rénovation, soucieux de conservation, sans muséifier l’ensemble qui reste un lieu habité. Les études de cas du collège néerlandais et de la Maison du Maroc attestent de l’utilité de la longue durée en la matière. Au final, par la rigueur du référencement, l’approche globale du patrimoine et la qualité de la documentation réunie, cet ouvrage est appelé à devenir un classique de l’histoire urbaine et architecturale de la CIUP.

[1] Dzovinar Kénovian et Guillaume Tronchet, La Babel étudiante : La Cité internationale universitaire de Paris (1920-1950), Presses universitaires de Rennes, 2013.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.