Compte rendu : Julien Schoevaert, Les boutiques d’Ostie. L’économie urbaine au quotidien. Iers. av. J.-C. – Ve s. ap. J.-C., Rome, École française de Rome, 2018, 310 p., XVIII pl. (Virginie Mathé)

Julien Schoevaert, Les boutiques d’Ostie. L’économie urbaine au quotidien. Iers. av. J.-C. – Ve s. ap. J.-C., Rome, École française de Rome, 2018, 310 p., XVIII pl. (Virginie Mathé)

Comment le petit commerce, celui qui se déroule dans les boutiques où les habitants se rendent au quotidien, procède-t-il de la ville tout en participant à la composition du territoire urbain ? C’est à cette question que répond l’ouvrage que Julien Schoevaert a tiré de sa thèse soutenue en 2013 à l’université Paris-7 et saluée par le prix de l’Association Française d’Histoire Économique – BNP Paribas. Pour la ville antique d’Ostie, l’entreprise constituait une gageure : des textes très rares, des sources iconographiques peu nombreuses et des données archéologiques amputées, car si les fouilles se sont étendues sur près de 2/3 de la ville intra muros, soit 46 ha, faisant d’Ostie le plus grand site connu en Italie, elles ont parfois été effectuées d’une manière très rapide, notamment entre 1938 et 1942, détruisant ce qui alors n’était pas jugé important pour procéder à des restaurations hâtives. La fréquentation assidue du terrain, dont témoigne un catalogue de 405 p., téléchargeable sur le site de l’École française de Rome, et celle des archives de fouilles ont cependant permis à Julien Schoevaert de proposer une étude de cas qui apporte non seulement à la connaissance des quelque 1 260 boutiques identifiées à Ostie, mais aussi à la compréhension du rôle que ce type d’établissement commercial tient en général dans les transformations sociales, économiques et urbaines.

Fondée selon la tradition au viie s. av. J.-C., Ostie, dans son fonctionnement et sa physionomie, se singularise par son rôle d’avant-port de Rome. En raison de l’état de la documentation, l’enquête commence au ier s. av. J.-C., mais bien peu des boutiques identifiées sont aussi anciennes. La ville connaît son apogée au iie s. ap. J.-C. lorsque le pouvoir impérial fait édifier de nouveaux bassins : l’essor démographique (sans doute la population atteint-elle 30 000 à 60 000 personnes, ce qui en fait une grande ville romaine), des changements sociaux (présence accrue d’affranchis et renforcement du caractère cosmopolite du port) et des questions de salubrité, entraînent la reconstruction de la ville, où, dans une proportion proche de celle de la capitale, s’élèvent de nombreux immeubles collectifs. Au rez-de-chaussée de ceux-ci, se déploient des rangées de boutiques qui constituent, avec les appartements de différentes catégories aux étages, autant d’unités de rente. La majorité du corpus date de cette période. Tournées vers une clientèle urbaine importante et les gens de passage, les boutiques ne sont qu’indirectement liées avec le grand commerce, qui se joue dans le port et les entrepôts, et avec les grands ateliers. À partir du milieu du iiie siècle et à l’époque tardive, les activités portuaires perdant de l’ampleur, la ville se dépeuple et se délabre en partie. Peu de boutiques sont construites, mais les anciennes ne sont pas abandonnées. Un certain nombre d’entre elles connaît des réaménagements, voire des agrandissements et des embellissements, ce qui suggère que les boutiques occupent alors une place relativement plus importante que les infrastructures d’importation et d’exportation dans l’économie d’Ostie désormais moins dépendante de Rome et davantage orientée vers des enjeux locaux. Le ve s., au cours duquel la ville connaît une seconde crise, constitue le terme de l’étude.

D’un point de vue architectural, les boutiques d’Ostie sont dans leur grande majorité de plan rectangulaire, plus profondes que larges, très ouvertes sur la rue et parfois dotées d’une arrière-boutique ou d’un étage. Elles restent assez peu en relation avec des logements. S’il existe de toutes petites boutiques de moins de 5 m2 et de très grandes de plus de 100 m2, elles font le plus souvent une trentaine de m2. Les façades sont discrètes, la séduction des clients passant surtout par l’étalage des marchandises. Le développement d’un décor luxueux dans certaines boutiques n’apparaît qu’au milieu du iiie s. Les locaux du petit commerce s’alignent en général le long des rues, au pied des immeubles, des entrepôts ou d’édifices assumant plusieurs fonctions, ou, plus rarement, se concentrent autour d’une cour ou sont intégrés à des thermes. Souvent précédées de portiques, sans que cela soit systématique, les boutiques jouent un rôle dans la constitution de la monumentalité des rues. L’aspect de ces dernières est profondément modifié par les empiètements sur la voirie qui se multiplient à l’époque tardive et sont essentiellement le fait des boutiques. Plutôt qu’un relâchement des autorités urbaines, ces pratiques seraient le signe du dynamisme de certains commerces.

Contrairement à ce que l’on observe dans d’autres villes romaines, les boutiques, particulièrement nombreuses à Ostie, se trouvent presque partout, si ce n’est sur le forum, réservé aux activités politiques. Elles se concentrent cependant le long des voies et des carrefours principaux. Bien qu’il soit rarement possible d’identifier la nature exacte du commerce, il ne semble pas qu’il ait existé des quartiers spécialisés. La localisation des boutiques dépend de la proximité de la clientèle (ainsi, les établissements alimentaires sont surtout dans les parties de la ville où s’élèvent des immeubles collectifs dont les logements modestes ne possèdent pas de cuisine), de l’accessibilité, du découpage parcellaire et dans une moindre mesure d’impératifs techniques comme l’accès à l’eau. Les données archéologiques ne laissent percevoir aucune volonté de reléguer dans certains endroits de la ville les activités commerciales qui seraient jugées infamantes.

L’implantation et le développement des boutiques résultent ainsi bien plus d’une juxtaposition de projets indépendants que d’une planification des autorités politiques, quoiqu’un dixième des boutiques connues puisse être mis en relation avec des politiques édilitaires portées par des notables locaux ou par le pouvoir impérial dans les deux premiers siècles de notre ère. Dans cette « fabrique ordinaire de la ville », les acteurs privés sont prépondérants. L’approche archéologique et le manque de sources empêchent toutefois l’auteur de saisir plus précisément les interactions quotidiennes entre les propriétaires ou les exploitants des boutiques, les consommateurs et les autorités urbaines. On n’apprendra rien par exemple sur la manière dont s’exerce le contrôle des échanges dans ces espaces commerciaux. En revanche, les sources d’Ostie permettent de confirmer le tableau que les textes littéraires et juridiques dressent des gens des boutiques : si les biens ou les services vendus sont très divers, le milieu des boutiquiers occupe dans la hiérarchie sociale de la ville une position plutôt subalterne et la richesse est rare. Cela semble d’autant plus vrai à Ostie que la gestion des boutiques paraît se faire de manière indirecte.

Julien Schoevaert prouve que c’est par l’étude pièce après pièce d’un vaste corpus que l’on arrive à dépasser la première impression d’un état documentaire assez désespérant. Le volume imprimé réussit à allier l’examen des cas particuliers et les énoncés synthétiques. Photographies, relevés et cartes analytiques étayent le raisonnement, qui fait une large place à la quantification et la spatialisation des données. Chaque étape de la démonstration se termine par un résumé des acquis. Pour les non-spécialistes, le long prologue méthodologique et historiographique aurait pu être remplacé par une présentation de l’ensemble de la ville qu’un plan général de simple situation aurait pu accompagner. Cela aurait permis de replacer cette partie de l’économie urbaine qui se joue dans les boutiques dans le contexte plus large des activités de production, de commercialisation et de consommation à Ostie. Si l’ouvrage apporte bien la preuve que le paysage urbain est modelé par les boutiques et les échanges du quotidien, on aimerait par exemple savoir ce que pèsent ces influences sur la forme et le fonctionnement urbains par rapport à celles des infrastructures et des pratiques du grand commerce. Ces réserves n’enlèvent rien à l’intérêt de ce livre pour l’historien de la ville : de même que cette étude se nourrit de comparaisons avec d’autres espaces urbains – Rome, Pompéi, Herculanum, mais aussi les villes islamiques médiévales, les villes de l’occident moderne, Paris et Londres au xixe s., … – et des apports théoriques des recherches sur d’autres lieux et d’autres temps, elle sera précieuse aux spécialistes des autres périodes.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.