Compte rendu: Sandra de La Torre Gonzalo, Grandes mercaderes de la Corona de Aragón en la Baja Edad Media. Zaragoza y sus mayores fortunas mercantiles, 1380-1430, Barcelona, editorial CSIC, 2018 (Hilario Casado Alonso)

Sandra de La Torre Gonzalo, Grandes mercaderes de la Corona de Aragón en la Baja Edad Media. Zaragoza y sus mayores fortunas mercantiles, 1380-1430, Barcelona, editorial CSIC, 2018, 435 p., (Hilario Casado Alonso, traduit par Denis Menjot)

 

            La connaissance du commerce et des différents groupes marchands de l’Ancien royaume d’Aragon est longtemps demeurée obscurcie par les nombreux travaux existants sur les autres territoires de la Couronne d’Aragon. La prospérité de la Catalogne et son expansion méditerranéene, au cours des XIIIe, XIVe et XVe siècles, et celles de Valence au XVe siècle, sont bien connues. Cet état de fait a conduit à penser que l’Aragon au Moyen Âge était un royaume exclusivement rural, dominé par la noblesse et l’Église avec une population clairsemée, constituée de paysans et de quelques artisans habitant dans les agglomérations de la vallée de l’Ebre. Cela revenait en fait à appliquer au passé pré-industriel, les postulats de l’Espagne contemporaine. Cependant, au cours des trente dernières années, le panorama historiographique a radicalement changé. Il montre que le territoire aragonais se trouvait pleinement inséré dans les courants commerciaux du monde méditerranéen, qu’il avait atteint un bon niveau de développement et de spécialisation dans le secteur de l’agriculture et un niveau appréciable dans les secteurs de l’artisanat, du commerce et des finances.

Le livre de Sandra de la Torre Gonzalo s’inscrit dans ce révisionnisme historiographique qui a donné  tant de résultats et dont nous espérons qu’il continuera à en produire dans le futur. Son auteure étudie les comportements économiques, sociaux et politiques des grands marchands de Saragosse à travers l’analyse détaillée de trois d’entre eux : Beltrán de Coscó, Ramón de Casaldáguila et Juan Donsancho dans la période comprise entre 1380 y 1430 qui coïncide avec l’expansionnisme politique militaire et économique des rois d’Aragon. Elle utilise une documentation diversifiée provenant principalement des riches archives notariées de Saragosse et de Barcelone (quittances, testaments, contrats de prêts, titres de dette des diverses institutions fiscales,  comptes, documents de la chancellerie, etc…) Pour l’analyser, elle emploie une méthodologie très variée qui inclut les courants actuels des théories dérivées de l’économie institutionnaliste et des réseaux sociaux.

L’ouvrage comprend cinq chapitres, plus une introduction méthodologique. Dans le premier d’entre eux, l’auteure aborde les contours de l’élite économique de Saragosse, aussi bien ses dimensions et son processus de formation, que les moyens internes et externes qu’elle adopte pour maintenir la cohésion du groupe, et les manifestations destinés à montrer symboliquement la position privilégiée de ses membres. Traits communs aux autres oligarchies marchandes européennes au sein desquelles se mêlent l’appartenance à un monde commercial et, en même temps, le désir d’occuper les charges municipales, de maintenir un style de vie chevaleresque et de collaborer avec les institutions monarchiques.

Le second chapitre est consacré à l’analyse détaillée du négoce auquel se livraient ces personnages à la fin du XIVe siècle. Partant d’une riche documentation qui inclut des inventaires après décès et des comptabilités, l’auteure analyse le rôle que jouèrent les relations de parenté dans la gestion économique des entreprises – dans laquelle la place des femme n’était pas accessoire – pour garantir la transmission des capitaux par le biais des héritages, l’élargissement des aires de chalandise et les relations de pouvoir. Mais en même temps, elle se livre à d’intéressantes micro-analyses des magasins et du personnel qui en était chargé ainsi que des déplacements des agents sur tout le territoire de la couronne Aragon, pour terminer, dans les cas où c’était possible, par des recherches sur les composantes du commerce de quelques-unes de ses grandes compagnies. Le panorama n’est donc pas très différent de celui que nous connaissons pour les grands marchands de Barcelone durant ces mêmes années et avec lesquels commerçaient ceux de Saragosse, même s’ils avaient un moindre rayonnement international.

Un autre chapitre est consacré à l’étude des routes et des marchandises que commercialisaient ces grands personnages. Les biens négociés étaient importants et variés, parmi lesquels de grandes quantités de céréales et de draps  – dont  beaucoup fabriqués dans leurs propres ateliers -, mais aussi de la laine, du safran, des colorants,  des cuirs, etc. Une partie d’entre eux provenait de la vallée de l’Ebre, mais ces grands marchands tiraient partie aussi de la position géographique de Saragosse pour échanger des produits de l’Atlantique avec ceux de la Méditerranée, du Béarn, de Toulouse et de Castille. Cela démontre que les relations commerciales établies au travers des routes terrestres dans le monde préindustriel étaient aussi importantes que les maritimes. Un aspect qu’on oublie souvent en parlant du commerce médiéval.

Le monde de la banque et du crédit occupe le chapitre suivant. Selon moi, ce chapitre est un des plus novateurs du livre. On a coutume de dire que les opérations de crédit – à petite ou à grande échelle – était aux mains des juifs dans l’Espagne médiévale. Sandra de la Torre démontre, documents à l’appui, que cette affirmation est fausse. Même s’il existait un crédit juif, ces grands commerçants pratiquaient tous les types d’opérations financières, – ce qui remet en question l’efficacité des interdictions ecclésiastiques à l’égard de l’intérêt et de l’usure -, depuis le dépôt, le change, les transferts de fonds, en passant par les petits prêts à la consommation jusqu’au crédit à la monarchie et aux grandes institutions du royaume (l’Église, les Generalidades, les municipalités). Un tel négoce était parfaitement compatible avec leurs autres activités comerciales : ils étaient banquiers et commerçants simultanément, étant donné que le crédit, sous toutes ses formes, était consubstantiel à l’activité économique à cette époque en Aragon.

Dans le dernier chapitre, l’auteur aborde de façon remarquable, les débats commerce/capitalisme en rapport avec la rente féodale ou la question braudélienne de la « trahison de la bourgeoisie ». Ces trois grandes compagnies manifestèrent un très grand intérêt pour les investissements immobiliers, l’acquisition de seigneuries et de rentes, l’achat de titres de la dette publique ainsi que pour la gestion des finances des municipalités et de la monarchie, sans que ces dernières activités supposent un renoncement au commerce et à la banque. La rentabilité de ces derniers investissements ne doit pas s’entendre exclusivement à partir de calculs économiques, mais sur le plan social, politique et symbolique. Explications qui doivent être prises en compte pour comprendre le fonctionnement de l’économie et de la société d’Ancien Régime.

Cet ouvrage, depuis l’analyse d’une riche documentation, unie à une méthodologie scientifique actuelle, présente un panorama du commerce et des finances médiévales aragonaises qui doit désormais être pris en compte pour le comparer avec celui d’autres régions européennes. Il est certain que les années postérieures à la Peste noire furent des moments de grande prospérité dans la couronne d’Aragon, particulièrement en Catalogne, mais la taille et la diversité de ses grandes compagnies Saragosannes sont véritablement surprenantes et parfaitement comparables à celles de leurs homologues italiennes. Souhaitons que l’auteure ou d’autres chercheurs poursuivront dans le temps leurs investigations pour voir ce qu’il advint dans la seconde moitié du XVe siècle.

 

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.